mardi 26 novembre 2013

Les Russes sont satisfaits de leur vie



Les salaires plus bas par rapport aux pays développés, la nécessité de compter chaque rouble, dont on parle à la télévision et dans les journaux, sont seulement des mythes construits par les médias. Selon les sondages, les Russes eux-mêmes ne sont pas si pessimistes sur leur situation financière. Au cours des huit dernières années, les personnes insatisfaites de leur salaire ont diminué par deux, et le nombre de personnes satisfaites est passé de 62% en 2005 à 80% en 2013. La situation est à peu près la même en ce qui concerne le bonheur : aujourd’hui, 76% des Russes se déclarent heureux contre 44% dans les années 1990, a indiqué dans une interview avec La Voix de la RussieStepan Lvov, directeur du Bureau d’études sociales et politiques :

« Cela donne un certain élan pour lancer une discussion publique sur le fait qu’en Russie tout ne va pas si mal. Les médias et Internet, on ne sait pourquoi, mettent l’accent sur les nouvelles négatives, et les nouvelles positives sont rarement rapportées. Cette étude est d’une certaine façon une « provocation intellectuelle », pour commencer à dire que chez nous tout ne va pas si mal. »

Les sociologues ne craignent pas d’être l’objet de critiques pour avoir masqué la réalité. Pour les Russes comme pour le reste du monde, il n’est pas gênant d’apprendre des choses positives. D’autant plus que le Centre d’étude de l’opinion publique qui a réalisé l’étude se concentre habituellement sur les problèmes. Les experts ont décidé « de faire une pause dans l’exhumation des problèmes et de montrer la lumière au bout du tunnel », a noté Stepan Lvov :

« Parmi les Russes ce que l’on appelle le comportement modèle – sa base – est, quand nous voyons des objets, de dire que le verre est à moitié vide, même s’il est préférable de dire qu’il est à moitié plein. »

Les scientifiques russes ont décidé de « remplir les verres » avec des indicateurs objectifs. La proportion de ménages disposant d’une voiture, par exemple, a augmenté depuis 2006 en passant de 37% à 48%. La crise de 2009 n’a pas eu de conséquences sur cela. Aujourd’hui, une famille sur deux a une voiture en Russie, quand cinq ans en arrière seul un tiers en possédait une. Le montant de l’épargne des Russes est également un indicateur intéressant. Comme le dit Stepan Lvov :

« Depuis 2005, dans l’opinion le montant minimum d’argent à partir duquel commence l’épargne a augmenté de près de deux fois et demi. Si en 2005, ce chiffre était d’environ 3 000 dollars, aujourd’hui il est de 8 000 dollars. Même si l’inflation représentait près de 20%. »

Il y a sept ans, un quart des Russes était prêt à manifester. Aujourd’hui seuls 17% de la population sont prêts à protester activement. « Quand nous crions haut et fort que tout va mal, a déclaré le directeur du Bureau d’études sociales et politiques, une question se pose, que faisons-nous dans ce pays, pourquoi l’aimons-nous et comptons-nous sur un futur meilleur pour nous-mêmes et pour nos enfants. S’il y a des raisons d’être optimiste, alors les comportements positifs se développeront. »
Rédaction en ligne, Elena Kovatchitch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles