samedi 1 décembre 2012

La Constitution inévitable

L'Egypte va commencer à se doter d'institutions démocratiques, d'abord un Shura (ou Sénat), puis un Parlement (après de nouvelles élections), après une Constitution va inévitablement être transmis à l'article 2 en indiquant que la source de toutes les lois seront «les principes de la Charia islamique 'a'. Cela est inévitable. Le reste des articles de la constitution ne sera guère différente de la précédente constitution de l'Etat nassérien lancer dernièrement par Moubarak. Ce que je voudrais lecteurs à considérer est ce qui est pire, cet article remaniée 2, ou dans le reste de la constitution conçue pour un Etat nassérien. Je tiens également à envisager la relation entre ces deux aspects de la Constitution. Avant d'en venir à tout cela cependant, une certaine expérience est en ordre.
Une opinion publique éclairée veut que la modification de l'article 2 est désastreux. Pour protester contre cela, de nombreux sages de ces partis politiques qui se disent laïques et libéraux ont quitté l'Assemblée constituante chargée de rédiger la constitution. Il est à noter cependant que quelques-uns des manifestants ont effectivement démissionné. Ils ont simplement quitté ce corps législatif dans les limbes, le secrétariat de mettre dans la position difficile d'avoir à travailler sur les dispositions relatives à l'absentéisme. Comme tout cela va entraîner des retards, le déménagement est un déménagement gâter, et a pour intention, accompagné d'coordonnées des manifestations dans les rues d'accaparer le président élu par le peuple, donc de le renverser. Cela rappelle leur machination politique juste après l'Insurrection de Janvier le 25.
L'Insurrection de Janvier fut vraiment un événement grandiose. Les manifestations pacifiques, les vastes mouvements de masse, la résilience et la persistance de manifestants face à la manipulation et la brutalité d'un régime impitoyable ont été étonnants. Actes délibérés de déstabilisation sociale incluait la libération des détenus dangereux qui a été coordonné avec le retrait de la police dans les rues. Tout a été fait pour rendre la moyenne égyptienne, luttant sous la pression d'une économie de terrible, effrayé, fatigué et désireux de renoncer à sa revendication à la liberté. À la fin cependant, ce n'est pas arrivé. Malgré l'effilochage des bords, ce fut un soulèvement qui du côté de la contestation était totalement pacifique. Si vous comparez avec les événements à travers le Moyen-Orient, nous constatons que même calme la Tunisie a été contraint de conserver son droit urgence en raison de la poursuite des activités terroristes.
L'Egypte est un pays où la conscription exige que chaque citoyen de passer du temps dans l'armée. Cela a montré dans la discipline avec laquelle les manifestants eux-mêmes comportaient, et que la résilience. Mais elle a aussi montré leur confiance dans ce que l'armée n'était pas toujours va tourner sur eux: le peuple et l'armée, en dépit de la politique en laiton, ont finalement celui-ci. Cependant, une chose étrange se produisit. Le laiton politique présenté un candidat aux élections présidentielles contre les prétendants divers autres, et ce concurrent a gagné grâce à la deuxième ronde (bien qu'il ait perdu), divisively réglage de l'armée contre le peuple.
La raison de cela cependant n'était pas de grand plan par les forces armées établies après le départ du dictateur. Le laiton politique de l'armée était sous le choc alors, et seulement les machinations des partis laïques et libéraux eux galvanisé en action. Les Frères musulmans, malgré leur popularité avait, en tant qu'organisation, la délicate tâche de rétablir une relation avec l'armée, depuis la dernière fois qu'ils se disputaient le pouvoir politique de Nasser en 1954, ils ont été écrasés par la force. Les allées et venues entre les Frères musulmans et l'armée ont été dépeints Cependant, comme la collusion. Cette charge est une idée fausse et sa promulgation d'une déception cependant, puisque ce sont les partis libéraux et laïques avaient fait appel à l'armée pour adopter un rôle de tutelle nationale face à la puissance politique organisée des partis islamiques et leur électorat important. C'est ce qui en fait propulsé les forces armées brièvement dans l'arène politique.
A mon avis, l'événement essentiel de cette période révolutionnaire a été le refus des partis libéraux et laïques à accepter immédiatement le principe des résultats démocratiques. Nous voyons la même chose à nouveau maintenant dans leurs relations avec l'Assemblée constituante rédaction de la Constitution. Alors qu'est-ce qui pourrait être plus important pour potentiels nouveaux régimes démocratiques politiciens libéraux que de défendre le principe de processus démocratiques? Après tout cela, faire de l'obstruction constante sur les questions juridiques, ce qui a poussé le président Morsi d'émettre son dernier décrets, ils savent est cruciale dommageable pour un pays tente de se relancer après une période difficile.
Il s'agit d'une fissure dans la politique de la nation étant exploité par des éléments de l'ancien régime, avec l'argent volé à l'Etat égyptien qui ses procureurs cherchent désespérément à rentrer chez eux, afin de prolonger l'instabilité, espérant contre tout espoir qu'ils se réimposer en quelque sorte sur le pays. Il peut sembler comme si les partis libéraux et laïques, ces éléments ne sont pas compatibles, mais ils ne sont pas. Les deux sont des défenseurs de l'Etat nassérien, si peut-être pour certains sous une forme modifiée, car ils ont tous prospéré grâce à elle, malgré le fait qu'il a gravement appauvri le pays. Les Frères musulmans Nahda (Renaissance ou) du projet est ridiculisé par eux comme un document mince ridicule rempli de citations coraniques. Mais ce projet est inquiétant pour eux, parce que ce qu'il dit est que l'éthique doit être ramené à la gouvernance, et les déchets éliminés. Il ne prend pas deux lignes pour dire que, même si cela prend beaucoup de courage pour mettre en œuvre. Cela me ramène aux considérations au début.
Laissant de côté l'article 2, pour le moment, nous aurons dans notre constitution inévitable la grande majorité des articles sont conçus à l'origine pour un Etat nassérien. Articles 14 et 15 stipulent par exemple que c'est l'Etat qui garantit l'égalité entre les sexes, les normes éthiques, les valeurs culturelles, et ainsi de suite. La constitution n'est pas formulée autour des droits qui sont inhérents aux personnes, dont les personnes sont alors la source de la suite des structures politiques qui ont pour but de protéger, défendre et développer ces droits. Dans l'article 1, il est l'Etat qui 'concerne les citoyens ont des droits égaux », mais quel est l'état si ce n'est pas une émanation virtuelle de ces mêmes citoyens? N'y aurait-il pas ici un article qui dit que l'état «nous considère comme humain» peut-être?
C'est évidemment tout le tour ronde, et les partis laïques et libéraux le savent. Ils ne se soucient pas de cela, cependant, parce que leur combat est fini si l'identité de cet état ​​est islamique ou non, même si la majorité des gens en Egypte - qu'on le veuille ou non - se considèrent comme des musulmans. Ce qui me préoccupe, c'est qu'ils seraient à l'aise avec la constitution d'un Etat fasciste fade, mais pas d'un système islamique. Maintenant, je sais qu'il ya beaucoup de gens très moraux entre les dirigeants des partis laïques et libérales en Egypte, et que chacun perçoit que si seulement ils avaient le pouvoir politique, le pays allait prospérer et ils prendraient le pays à la grandeur.
Mais la route vers l'enfer est pavé de bonnes intentions comme on dit. Je suis sûr que Moubarak avait bien l'intention d'être une personne morale et une règle bienfaisante. C'est l'état, cependant, que le laisser tomber dans ces domaines. Nous les personnes autorisées y ait un état ​​de choses dans le pays où les bureaucrates ralenti mal géré nos ressources, retardé nos projets, et nous a fait courir tant que citoyens du pilier au poteau d'obtenir notre plus minime des droits. En plus de toute la corruption, une force de police folle a été visité sur nous. Notre déshumanisation finalement venu à s'incarner dans la figure terrifiante macéré de Khalid Sa'id dont l'image a aidé à lancer le 25 Janvier Uprising, un jeune homme sans défense qui a été mis au pilon face par des policiers sans raison apparente, mais malheureusement, un seul des très nombreux ces chiffres tristes.
Nous avons permis à ces fonctionnaires et agents de l'Etat à penser que c'était leur droit de se comporter de cette façon. Il ne faut pas s'étonner alors que l'Etat a fini par faire un pays pauvre et en faisant les bureaucrates nantis. Il ne doit pas être surprenant que lorsque le pays a manqué d'argent et a dû emprunter des États-Unis et du FMI que les créanciers alors imposé des politiques néolibérales sur le pays pour récupérer leur argent plus les intérêts. Ce fait partie des bureaucrates encore plus riches. Les projets et les privatisations ont été parquées dans des zones séparées avec des effets multiplicateurs minimales pour l'économie dans son ensemble.
Les Frères musulmans ont tout ce temps, faire fonctionner le système d'éducation et de protection sociale que pour les pauvres, intervenir là où l'Etat, dont les employés étaient seulement concernés par eux-mêmes, manifestement pas réussi à s'occuper de ses «citoyens». Quand ils voulaient étendre leurs activités et de fonctionner plus d'entreprises qui pourraient bénéficier le grand public, ils étaient considérés comme une menace, persécutés et leurs dirigeants emprisonnés. Faut-il s'étonner alors les partis islamiques sont très populaires dans les urnes aujourd'hui?
Par l'obstruction de la façon dont ils l'ont fait dans l'arène politique, et le traitement de base des principes démocratiques avec mépris, les partis laïques et libéraux ont fondamentalement marqué leur manque de vision et l'absence d'intention d'investir leur temps dans l'entreprise à long terme de développement du pays. Leur accent est mis sur la gratification instantanée de leurs désirs politiques et leurs fortunes, masqués par le mépris hautain pour leur opposition traditionaliste. Leur seule ambition est d'acquérir un pouvoir sur les leviers de l'État, dont réimposition dans cette constitution inévitable et redoutable est son intention: l'exception n'est pas la forme islamique.
Qu'en est-il l'article 2 de la constitution qui est censé être un tel désastre? «Principes de la charia" évoque des images de lapidation à mort, leur coupant les mains, et d'épouser les filles trop jeunes. Mais puisque ce ne sont pas des pratiques courantes dans l'Egypte parmi les partisans des partis islamistes, pourquoi sont-ils alors de préoccupation? Depuis outre toutes ces pratiques ne sont pas nécessairement les pratiques juridiquement valables sous la charia, qui peuvent être prononcés contre, encore une fois, pourquoi sont-ils alors de préoccupation? Pourquoi ne pas plutôt parler des bonnes œuvres, la charité, l'honnêteté et la propreté que les demandes charia? Pourquoi ne pas parler de la simple justice exige que la charia: la justice qui est si fondamentale pour le bon fonctionnement de toute société, où les gens se traiter mutuellement avec respect, la confiance est effectuée dans la transparence, et le vol exclu? La raison pour laquelle le projet Nahda dans toute sa simplicité, c'est que la société en Egypte a pourri à un point où ces choses de base n'existent plus, que ce soit dans la société ou dans une cour de justice.
Pour le problème de base est la corruption, endémique corruption généralisée. Cela rend impossible une économie
Il ya autre chose. Les Principes de l'article 2 permet de définir sharî'a un corps étranger dans cette constitution étatique, et qui si elle est poursuivie avec vigueur légalement sur le long terme devrait le détruire de l'intérieur, pour l'État, en particulier l'Etat nassérien, est unislamic. L'autorité ultime en matière de Charia est la communauté de personnes qui composent l'islam, qui prévoit que toutes les communautés, y compris les chrétiens et al, pas seulement ceux littéralement «musulman». Ce n'est certainement pas une entité désincarnée comme l'état. L'Etat-nation a émergé dans le 16 ème et 17 ème siècles en Europe et a acquis son caractère archétypique faiseur de paix au cours des guerres de religion. Dans l'expérience de l'Egypte mais nous avons vu comment en termes graphiques, et ceux qui contrôlent les leviers, ont en fait fomenté des divisions religieuses pour promouvoir leurs intérêts: la mesure de causer assassiner. Certains responsables Moubarak État régime sont dans le dock maintenant exactement l'activité alléguée par exemple.
Surtout les "principes de la charia» dans son caractère illimité invite non seulement les avocats, mais des penseurs et des philosophes vigoureusement contester l'interprétation métaphysique de la sharî'a qui prédomine parmi érudition islamique aujourd'hui en raison de l'influence égyptienne du siècle 19 ème réformateurs tels que Muhammad 'Abduh et Rida Rashid. Ainsi, l'article 2 peut-être l'élément le plus important dans la constitution inévitable, celle qui va nous obliger raisonner comme une société qui nous sommes, et où nous venons. Ce n'est rien à craindre, car, malgré tout, nos arguments les uns aux autres comme les Egyptiens ont jusqu'à présent été pacifique. C'est aussi la substance qui a créé de grandes nations dans le passé.
Omar Kassem est un égyptien vivant entre Londres et Le Caire, diplômé de Cambridge en économie théorique, post-universitaire et un doctorat de l'École des études orientales et africaines (SOAS). Il a pris une année sabbatique loin de son entreprise d'écrire un livre sur la théorie de la justice et de l'État-nation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles