samedi 30 mars 2013

Egypte : vente aux enchères des réfugiées syriennes réduites en chaire blanche




Le Conseil national des femmes égyptiennes a, vigoureusement, condamné l’exploitation sexuelle des ” réfugiés syriennes, en Egypte, par des mariages forcés et inhumains”.
Selon des medias egyptiens, les hommes égyptiens ont épousé, en 2012, 12.000 jeunes filles syriennes, dans des conditions “injustes, inhumaines”, ce qui fait de leur démarche “une véritable traite humaine”. Le conseil rappelle la lettre envoyée par sa filiale européenne à “la personne du Président Morsi”, pour qu’il intervienne, directement, et mette fin à ces mariages “forcés et injustes”. “C’est en échange d’une dote de 500 livres égyptiennes, (1 Euro = 8,70230 Livre) que ces jeunes filles se marient aux Egyptiens, et ce phénomène est trop récurrent, dans les villes du 6 octobre, du Nouveau Caire, du 10 Radamdan, et dans les provinces d’Alexandrie, de Al-Gharbiya, de Ghana, d’Al-Daghhaliya. Le Conseil national des femmes égyptiennes dit, aussi, avoir expédié deux autres lettres au ministre égyptien de la Justice et à son collègue de l’Intérieur. Le triste sort réservé aux femmes syriennes fait, donc, des émules : en Turquie et en Jordanie, celles-ci subissent le même sort tragique( voir notre article Les réfugiées syriennes vendues à de riches arabes dans tout le Moyen-Orient ), sans que les pays défenseurs des droits de l’Homme et si soucieux, en ce moment, du mariage de personnes du même sexe, ne lèvent le petit doigt. Quelque 20.265 réfugiés syriens vivent, en Egypte, et 5.833 d’entre eux sont arrivés, en février 2013.

Fenêtre externe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles