vendredi 11 janvier 2013

Journal français fondé par Hubert Beuve-Méry en 1944.



Un quotidien français de référence

C'est un journal dit « du soir » qui paraît l'après-midi, daté du lendemain, le seul en France à conserver cette formule en 2012. Quotidien français de référence pendant plusieurs décennies, il est toujours le plus diffusé à l'étranger, avec une diffusion journalière hors France de 40 000 exemplaires. Habitué à recouper ses informations, il respecte strictement le principe légal de Protection des sources d'information des journalistes.

Le journal Le Monde : présentation et histoireLe premier numéro du Monde paraît le 18 décembre 1944, daté du 19 décembre sur une seule page recto verso. Il succède au journal Le Temps, dont il reprend le format et la présentation, ainsi que les anciens locaux situés rue des Italiens, où il restera 44 ans. Le général de Gaulle, qui souhaitait doter la France d'un grand journal tourné vers l'étranger, est un élément moteur de sa création. Réalisé par Hubert Beuve-Méry, qui fonde une société à responsabilité limitée au capital de 200 000 francs répartis en 200 parts sociales, son premier comité de rédaction comprenait également René Courtin, professeur de droit, et Christian Funck-Brentano, ancien chargé des questions de presse au cabinet du général de Gaulle.

1951 voit la création de la Société des rédacteurs, qui a pour mission de veiller à l'indépendance journalistique, 1968 celle des deux sociétés des employés et des cadres, et 1985 celle des lecteurs. Les salariés du journal tiennent une place centrale dans la gestion du quotidien. À l'époque, la ligne éditoriale, sans se revendiquer explicitement de gauche, est généralement solidaire des mouvements révolutionnaires « socialistes » (Vietnam, Portugal, au début aussi auCambodge).

De 1980 à 2006, Le Monde est le partenaire de l'émission Le Grand Jury. Il est remplacé par Le Figaro en septembre 20062.
Chronologie[modifier]
19 décembre 1944 : Le Monde sort son premier numéro, sur une page recto-verso
1951 : création de la société des rédacteurs du Monde, actionnaire à 100 % du journal
1954 : création du Monde diplomatique
1956 : Le Monde devient propriétaire de son immeuble
1960 : la diffusion débute une expansion qui la voit tripler en 20 ans, passant de 137 433 exemplaires en 1960 à 347 783 en 1971, puis près de 500 000 à la fin des années 19703
1969 : départ à la retraite d'Hubert Beuve-Méry
années 1980 et 1990 : le quotidien connaît des difficultés financières
1982 : André Laurens prend la suite.
1985 : André Laurens écarté de la direction, remplacé par André Fontaine
1985 : la BNP exige que le journal vende son immeuble de la rue des Italiens4
1989 : sous la concurrence de Libération et d'un renouveau du Figaro, la diffusion a reculé de 40 000 exemplaires en dix ans5
février 1993 : Jacques Lesourne directeur, Bruno Frappat directeur de la rédaction. Battu, Bernard Guetta part diriger L'Expansion
mars 1994 : Jean-Marie Colombani élu directeur6
avril 1994 : Noël-Jean Bergeroux nommé directeur de la rédaction par Jean-Marie Colombani
1994 : parution d’une enquête sur le Rwanda, qui fait réagir des journalistes du Monde, « L'inavouable », par Patrick de Saint-Exupéry Éditions Les Arènes7
1994 : Le Monde troque le statut de SARL pour celui de société anonyme à directoire et conseil de surveillance8.
début 1995 : nouvelle formule créée par Philippe Labarde, Jean-François Fogel, Michel Lefebvre et Laurent Greilsamer9
avril 1995 : départ de Philippe Labarde pour le CSA
1995 : première recapitalisation, de 295 millions de francs10
juin 1997 : négociations pour racheter L'Express11
février 2003 : publication du livre La Face cachée du Monde, par Pierre Péan et Philippe Cohen13
2003 : achat de Télérama, revente de ses actifs immobiliers14
2003 : émission des obligations remboursables en action15
29 novembre 2004 : démission d'Edwy Plenel de la direction de la rédaction
printemps 2005 : départ d'Edwy Plenel
8 novembre 2005 : nouvelle formule préparée par Éric Fottorino et son groupe de réflexion « Vivaldi »16
2006 Jean-Michel Dumay voit son mandat de président de la société des rédacteurs renouvelé
juin 2006 : Pierre Jeantet remplace Jean-Paul Louveau comme directeur général17
Pierre Jeantet et Bruno Patino entrent dans un directoire aux côtés d’Éric Fottorino
22 mai 2007 : vote à bulletin secret ne donnant pas la majorité à Jean-Marie Colombani18
juin 2007 : Le Monde menacé de voir nommer un administrateur judiciaire19
25 juin 2007 : Pierre Jeantet élu président du groupe20
2 juillet 2007 : les conseils de surveillance de « Le Monde Partenaires Associés », « Le Monde SA » et « la Société éditrice du Monde » nomment Pierre Jeantet à la présidence des 3 sociétés21.
4 juillet 2007 : Eric Fottorino élu directeur du Monde, à 63% des exprimés22
décembre|2007 : Pierre Jeantet déclare qu’une nouvelle recapitalisation aura lieu, sans consulter Éric Fottorino23
19 décembre 2007 : mail à la rédaction de la société des rédacteurs, dénonçant l’abandon de créance de 9 millions d’euros envers LeMonde.fr et une redevance de marque limitée à 4 % du chiffre d’affaires24
19 décembre 2007 : les trois membres du directoire présentent leur démission
janvier 2008 : Jean-Michel Dumay claque la porte de la société des rédacteurs du Monde (SRM) en dénonçant un « marchandage indigne »26.
juin 2010, cinq repreneurs27 : Le Nouvel Observateur, le groupe El Pais (Espagne), le groupe de presse qui édite L'Espresso (Italie), le groupe de presse Ringier (Suisse) ainsi qu'un trio formé par Pierre Bergé, le banquier Matthieu Pigasse et Xavier Niel (fondateur de Free).
2 novembre 2010 : le trio constitué de Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse rachète le journal28
15 décembre 2010 : Éric Fottorino est révoqué de la présidence pour divergences de point de vue avec les actionnaires
10 février 2010 : Érik Izraelewicz, nommé directeur le 7 février 201129, voit ce choix ratifié par les journalistes avec 74 % des voix30.
27 novembre 2012 : Érik Izraelewicz meurt après avoir été victime d'un infarctus au siège du Monde 31.
30 novembre 2012 : Alain Frachon devient directeur par intérim des rédactions du Monde1.
Crise du directoire de 2007-2010[modifier]

Le 19 décembre 2007, suite à des désaccords en matière financière entre la direction et la Société des rédacteurs du Monde, le président du directoire Pierre Jeantet, le vice-président Bruno Patino et le directeur du journal Éric Fottorinodémissionnent en bloc32. Le 4 janvier 2008, alors que Pierre Jeantet et Bruno Patino confirment leur démission, Éric Fottorino décide finalement de ne pas démissionner33. Il devient président du directoire le 25 janvier 200834.

En juin 2010, cinq repreneurs sont présentés35 : Le Nouvel Observateur, le groupe El Pais (Espagne), le groupe de presse qui édite L'Espresso (Italie), le groupe de presse Ringier (Suisse) ainsi qu'un trio formé par Pierre Bergé(entrepreneur, propriétaire du magazine Têtu), Matthieu Pigasse (homme d'affaires, propriétaire et président du magazine Les Inrockuptibles) et Xavier Niel (fondateur de Free). Par ailleurs, le président de la République Nicolas Sarkozyrencontre Éric Fottorino le 9 juin 2010, alors que le journal cherche d'urgence un repreneur, pour interdire la reprise du journal par le trio Bergé-Pigasse-Niel et le met en garde en déclarant que si cette option était choisie, l'État renoncerait à verser 20 millions d'euros pour participer au sauvetage de l'imprimerie du journal36,37. L'autre repreneur potentiel est formé du groupe Nouvel Observateur et Orange38. Fin juin, l'offre du trio Bergé-Pigasse-Niel est plébiscitée par les salariés actionnaires39. Orange et le Nouvel Observateur décident de retirer leur offre40. Ce choix est validé par le vote du conseil de surveillance (11 voix pour et 9 abstentions)41.

Le 14 septembre 2010, Le Monde annonce qu'il porte plainte contre X pour « violation du secret des sources » après que les services secrets français (DCRI) ont été mis à contribution par l'exécutif pour identifier la source d'un journaliste de la rédaction. Bernard Squarcini, directeur de la direction centrale du renseignement intérieur, le reconnaît dans un entretien au Nouvel Observateur : il a ordonné un « éclairage DCRI » sur des fuites provenant du ministère de la justice au sujet de l'affaire Woerth-Bettencourt, une enquête qui peut être considérée comme une atteinte au secret des sources, protégées par la loi, et donc à la liberté de la presse.

Le 15 décembre 2010, Éric Fottorino est révoqué de la présidence du directoire du groupe Le Monde, pour divergences de point de vue avec les actionnaires, tout en restant provisoirement le directeur du journal. Louis Dreyfus est nommé à sa place directeur de la publication42 puis Érik Izraelewicz est choisi comme directeur du journal en février 2011.
Position du Monde dans l'espace politique français[modifier]

Le journal est le point de jonction de plusieurs grands courants d'idées principalement liés au courant de la social-démocratie chrétienne sur le plan intérieur.

Jean-Jacques Servan-Schreiber, responsable de la page de politique extérieure, quitte le journal au début des années 1950 en lui reprochant son neutralisme dans les relations Est-Ouest43. En 1955, les milieux d'affaires reprochent auMonde une position trop à gauche et lancent un concurrent, Le Temps de Paris, opération qui échouera44.

Sous la Ve République, le journal soutient la politique étrangère du général de Gaulle45, tout en critiquant sa politique intérieure.

Dans les années 1970, il s'oriente clairement vers un soutien à l'Union de la gauche[réf. nécessaire], ce qui l'amène à dénoncer des scandales financiers qui éclatent sous la présidence de Giscard d'Estaing (affaire des diamants, etc). Il soutient alors la candidature de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981, tout en montrant son scepticisme sur la politique économique de Pierre Mauroy. Quand les scandales de l'ère Mitterrand éclatent à leur tour (Carrefour du développement, écoutes téléphoniques de l'Élysée contre des journalistes du Monde, etc.), une véritable animosité oppose le journal et Mitterrand[réf. nécessaire], particulièrement avec le journaliste Edwy Plenel46.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles