vendredi 11 janvier 2013

Hollande confirme l’engagement de forces françaises en appui de l’armée malienne




Le président François Hollande a admis, ce 11 janvier, que des forces françaises apportent leur soutien à l’armée malienne, mise en difficulté à Konna par une offensive des groupes islamistes établis dans le nord du Mali depuis l’an dernier. Le chef de l’Etat a indiqué avoir répondu, “au nom de la France”, à la demande d’une intervention de la France faite par le président malien par intérim.

“Cette opération durera le temps nécessaire” a déclaré le président Hollande, qui a souligné qu’elle se fait dans le cadre de la “légalité internationale”. Il a en outre précisé que le Parlement en sera saisi le 14 janvier prochain. “Les terroristes doivent savoir que la France sera toujours pour défendre non pas ses intérêts fondamentaux mais les populations”, a-t-il expliqué.

Toutefois, le président Hollande n’a pas précisé les modalités de cette intervention militaire française. Ce sont les ministres concernés qui donneront toutes les informations à ce sujet. La France dispose des moyens nécessaires dans la région pour appuyer les troupes maliennes, avec notamment des forces prépositionnées au Tchad et au Gabon. Des avions de combat de type Mirage F1CR et Mirage 2000D sont également présents.

Jusqu’à présent, il était question de déployer une force d’intervention armée par les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) afin d’aider l’armée malienne à chasser les groupes jihadistes au Nord-Mali. En outre, l’Union européenne devait mettre en place une mission de formation (EUTM Mali) au profit des troupes maliennes. Désormais, ces plans sont été bouleversés.

“Il y a une nouvelle donne, c’est Konna” a déclaré Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense. Une des surprises a été la rapidité avec laquelle les combattants islamistes ont disposé de l’armée malienne dans ce secteur. “Ce qui frappe le plus, c’est que Ag Ghaly (le chef du groupe Ansar Dine) ait réussi à rassembler des groupes jusqu’ici éclatés et qu’ils aient une vraie organisation de la bataille mise en oeuvre sous l’autorité d’un chef», a expliqué le ministre.

Depuis ce matin, l’armée malienne a lancé une contre-offensive à Konna, avec, selon Bamako, des forces françaises, sénégalaises et nigérianes. “Ces troupes sont arrivées avec le matériel nécessaire pour faire face à la situation” a déclaré le colonel malien Oumar Dao, chef des opérations militaires à l’état-major des armées. “Comme dans toute guerre, l’armée malienne a subi des pertes, l’ennemi également, mais nous attendons de prévenir les familles des soldats décédés avant de rendre public un communiqué sur le bilan” a-t-il encore précisé.

Quant aux forces françaises envoyées au Mali, le site Sahara Médias a indiqué qu’elles étaient arrivées du Tchad, où des éléments du 21ème RIMa et du 1er REC étaient jusque-là affectés.

Alter Info
l'Information Alternative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles