mercredi 12 décembre 2012

Israël est aujourd’hui confronté aux plus grandes menaces militaires de son histoire.

 Sur ses frontières nord, la Syrie pourrait être utiliser ses armes chimiques et le Hezbollah est en attente d’instructions de l’Iran concernant ses milliers de missiles destinés aux civils juifs d’Israël. Au sud-ouest, l’Egypte est en pleine effervescence et les Frères musulmans répètent à l’envoie qu’ils veulent voir la destruction d’Israël. De même pour le Hamas qui meurt d’envie de conquérir « toute l’entité sioniste. » Enfin, et c’est le plus important, l’Iran continue dans sa quête de développement des armes nucléaires capables de frapper des villes israéliennes.



Dans le même temps, le soutien à Israël en Europe et parmi les universitaires à travers le monde s’affaiblit.

On pourrait penser qu’il est l’heure pour les supporters juifs d’Israël de mettre de côté leurs différences et de s’unir pour la défense de l’Etat juif. Mais les juifs américains sont plus divisés que jamais.

Considérons par exemple les mesures prises par les dirigeants d’une synagogue influente de New York immédiatement après l’Assemblée Générale. Les rabbins et de cette synagogue libérale ont salués la décision de l’ONU comme « une grande victoire pour nous, en tant que citoyens du monde. »

Quand ils ont fait cette déclaration, les rabbins ne réalisaient pas que, selon le ce vote, le Mur occidental (le site le plus sacré du judaïsme) est désormais occupé illégalement par le gouvernement israélien? Ont-ils compris que prier face au mur des lamentations est aujourd’hui punissable par la Cour Pénale internationale. Les rabbins sont-ils prêts à aller prier sur une terre palestinienne pour aller prier ?

Est-ce que les rabbins se rendent compte que, en vertu de l’Assemblée générale, l’accès à l’Université Hébraïque de Jérusalem se trouve désormais en « territoire occupé illégalement » et peut-être considéré comme un crime de guerre ? Les rabbins ont-ils l’intention de boycotter les étudiants et les recherches estudiantines yérosolomitaines à l’avenir ?

Comprennent-ils qu’à présent, les juifs de Jérusalem y vivent illégalement et que la décision d’Israël de reconstruire des synagogues détruites par les jordaniens après 2000 ans d’histoire, peuvent-être considéré comme des crimes de guerre ? Ont-ils l’intention de rester dans le quartier arménien ou orthodoxe la prochaine fois qu’ils visiteront Jérusalem ?

Je doute fort que ces rabbins, bien intentionnés mais extraordinairement naïfs, comprennent les conséquences de ce vote. Pour eux, il s’agissait d’un vote symbolique en fveur du « deux états pour deux nations. »

Mais savent-ils qu’un pourcentage important des gouvernements qui ont voté en faveur de cet Etat ne reconnaissent pas le droit à Israël d’exister. Deux Etats. Deux peuples. Ceux de Ramallah et de Gaza ?

Naïveté et ignorance ne sont pas une excuse pour soutenir des actions immorales, surtout quand ce soutien vient des dirigeants et des rabbins d’une congrégation qui devrait étudier un peu la géopolitique avant de s’exprimer sur des sujets dont ils ne comprennent rien.

Déjà l’Autorité palestinienne a menacé d’utiliser la présente résolution pour porter des accusations contre Israël pour crimes de guerre. Ces rabbins vont-ils soutenir Abbas ? Vont-is twitter « moment historique » quand cela arrivera (car cela arrivera).

Je soutiens moi aussi la solution à deux Etats, mais je la soutiens basée sur une solution négociée entre Israël et l’Autorité palestinienne. La position officielle du gouvernement israélien est d’accueillir des négociations sans conditions préalables. L’Autorité palestinienne insiste sur les conditions préalables, y compris un gel total de la construction avant.

Quand Israël a imposé un gel, l’Autorité palestinienne a refusé de venir à la table de négociation, puis demandé une prolongation du gel. J’ai proposé que l’Autorité palestinienne conviennent d’entamer des premières négociations, et que le gouvernement israélien alors convienne d’un gel.

J’ai été rejoint dans cette proposition par Peter Beinart et d’autres qui favorisent un règlement négocié d’une solution à deux Etats.Avec la demande unilatérale d’un Etat, approuvé par l’Assemblée générale, il est moins probable que l’Autorité palestinienne n’accepte de négocier avec Israël car ils croient désormais qu’ils peuvent tout obtenir par la négociation.

Il y a un temps pour tout. Un temps pour le débat. Un temps pour la division. Un temps pour l’unité. Il est temps que les « amis d’Israël » mettent leurs problèmes de côtés et s’unissent pour soutenir Israël dans les problèmes qu’ils rencontrent.

Avec Alan Dershowitz – Pierre Zilberstien – JSSNews

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles