mercredi 8 mai 2013

Introduction aux Mystères de la Kabbale

cabbale

Voila une introduction à la doctrine de la Kabbale, il est évident que l’on ne pourra pas tout dire à propos d’elle en un seul article donc tentons de faire une introduction de ce domaine ésotérique plus que difficile à définir.
Pour commencer j’aimerais poser quelques fondations. Tout d’abord nous devons garder à l’esprit qu’il est très facile dans un domaine obscur de tomber dans les opinions ou d’interpréter un peu trop généralement que les faits ne le justifient, surtout si on travaille tout ça à partir de convictions basiques propres à nous-même. Donc je ne vais pas dogmatiser aucun des sujets qui seront traités, j’essayerais juste de présenter les faits historiques et certaines conclusions quasi inévitables. Par contre je vous encourage à critiquer et à juger ce que vous allez lire de la même manière que vous jugez n’importe quelle évidence ou enregistrements circonstanciels.
Nous allons d’abord commencer par deux siècles particulièrement intéressants, cette période de 200 ans qui démarre approximativement à partir de -100 BC jusqu’à 100 AD. Le plus on devient passionné par les comparaisons entre religions, le plus nous réalisons que cette période particulière a des intérêts et de l’importance dans bien des domaines de la culture humaine. Bien sur au centre de cette période le monde occidental a reçu l’impact du Christianisme, mais il faut aussi se rappeler que la foi Chrétienne durant ses 3 premiers siècles était un groupe minoritaire qui s’est développé dans une zone géographique très limitée. Nous ne pouvons donc pas assumer que la Chrétienté elle-même a été responsable pour tous les autres changements des régions éloignées, très éloignées des contacts de l’activité chrétienne. Tout comme nous ne pouvons pas assumer que d’autres régions éloignées influencèrent la région Méditerranéenne pour complètement changer la culture européenne.
Nous savons qu’à peu près 600 ans avant l’avènement de l’ère Chrétienne, un groupe d’incroyables chefs philosophes et religieux s’est élevé en l’espace d’un siècle. La plupart de ces hommes étaient des contemporains et chacun laissèrent une marque indélébile dans la culture, la période et zone où ils vécurent. La Chine a reçu Confucius et Lao Tse qui étaient contemporains bien que Lao Tse était l’ainé. Pratiquement en même temps alors que ces deux-là étaient en vie, l’Inde reçu Bouddha, un autre grand professeur du monde. Nous avons la suspicion qu’il y avait une profonde renaissance de la culture Persane au même moment, peut être par le dernier des Zoroastres dont il est dit que Pythagore l’a personnellement rencontré. En Grèce c’était Pythagore qui a établit la fondation du grand Âge de la Philosophie qui pourrait très bien être appelée l’Âge d’or de l’apprentissage Grec. Voila donc une variété d’impulsions qui firent apparition presque simultanément dans différents endroits du monde.
De cette période il y eu un cycle d’à peu près 600 ans, disons entre -500 BC et 100 AD. A n’importe quel endroit et dans n’importe quel cas, ces fondations commencèrent à développer, à évoluer et à murir des systèmes de penser. Nous savons ce qui s’est passé en Grèce et comment la philosophie Platonicienne se développa définitivement de la théorie Pythagoricienne. Nous réalisons aussi que le Pythagorisme et le Platonisme devinrent les philosophies méditerranéennes dominantes et ont atteint cette distinction entre -400 BC et -100 BC. Nous réalisons aussi qu’en Chine la nature particulière du Confucianisme fit qu’elle resta inchangée et avança sereinement en tant que structure. Le Confucianisme était presque totalement une conviction éthique et nous ne pouvons pas changer cela de la même manière que nous ne pouvons pas changer la règle d’or, sa structure l’a empêché de s’impliquer dans n’importe quel formulaire religieux abstrait. Mais le Taoïsme, l’enseignement de Lao Tse, presque au même moment que la naissance du Christianisme, se déplaça d’une fondation philosophique à une fondation théologique et nous observons une incroyable extension de métaphysique Chinoise vers 100 AD.
Presque en même temps, nous découvrons un incroyablement changement interne dans la structure du Bouddhisme. Nous découvrons qu’à cette période le Bouddhisme se déplaça d’un agnosticisme confortable en une métaphysique profonde et émotionnellement mature avec l’avènement du Bouddhisme Mahayana, l’école du nord. Le moment où cette école est née, l’histoire complète du Bouddhisme changea et alors qu’il y a encore des groupes qui s’accrochent ardemment aux vieilles manières la plupart du progrès dans le Bouddhisme a été le résultat des groupes mahayanas opérant en Chine, Corée et au Japon. Ils ont représenté la pointe de lance du modernisme religieux en Asie. En même temps il y eu de gros changements dans l’Hindouisme, la naissance d’écoles mystiques et transcendantales d’interprétation des anciens écrits védiques et puraniques. Ces changements ont aussi été un agrandissement du Mysticisme, une croissance incroyable de spéculation métaphysique, et le développement de systèmes de méditation et différents types de doctrines d’expérience mystique qui joueront un rôle important dans la culture Asiatique.
Alors que le Christianisme était dans son enfance sa direction a été abruptement changée par le ministère de Saint Paul. La Chrétienté des 4 évangiles a graduellement été absorbée dans la Christologie des Épitres. Et Saint Paul se tient debout en tant que la personne qui a transformé le code moral de Jésus en une doctrine hautement transcendantale et universelle de régénération et rédemption. Des changements similaires eurent lieu dans la métaphysique Persane. Et nous observons les racines apparaitre aussi dans la spéculation Grecque. Au début de l’ère Chrétienne la clarté philosophique simple des pensées de Platon s’impliqua dans les très hautes spéculations mystiques des néo platoniciens et des néo pythagoriciens, se trouvant dans ce meltingpot de commerce et culture de l’ancienne cité nord Africaine d’Alexandrie. Aussi à cette même période différents groupes débarquèrent et commencèrent à mélanger les pensées Grecques avec la théologie Chrétienne et inventèrent de tels groupes particuliers comme les Gnostiques et les Manichéens.
Parmi tous ces exemples on apprend quelque chose de très simple : La transformation graduelle de ces vieilles doctrines en très hautes révélations mystiques. Des Révélations avec un but très simple derrière elles et c’était de changer le concept de la transcendance de la Déité en concept de l’immanence de la Déité. C’est un point philosophique très important. Le Mystérieux Dieu ou les dieux des temps anciens, vivant sur leur mont Olympe éloigné, était une race de gens à part habitant au Ciel. Mais dans ce changement graduel qui eu lieu, la Déité a été transformée en un pouvoir éternel à jamais présent n’importe où, toujours invisible, au delà de toutes définitions, mais immédiatement disponible par des transcendances de la conscience humaine.
Nous savons que ce changement a envahit le monde, il y a des preuves de ruines de ce changement dans l’hémisphère Ouest parmi les gens primitifs, ou peut être pas si primitifs que ça, d’Amérique Centrale. Nous trouvons la tendance graduelle d’associer l’élévation du Mysticisme Religieux chez les Mayas à peu près en même temps que la naissance de l’ère Chrétienne. Ce phénomène était si remarquable que le vicomte de Kingsborough qui était une autorité au XIXè de la culture mésoaméricaine, était pratiquement certain que la mystérieuse déité Quetzalcoalt, le serpent à plume, qui est arrivée si bizarrement au Mexique, a forcément du être un des Apôtres de Jésus ! En d’autres mots il n’y a aucun moyen d’expliquer cela.. Parce qu’il n’y avait aucune communication basique entre ces gens sauf qu’à un moment tout le monde est presque arrivé à la même conclusion identique, et ils changèrent totalement leur direction religieuse et transformèrent la structure de leurs religions de leur forme archaïque en l’espèce de compréhension religieuse que nous partageons et comprenons de nos jours.
Tout cela ouvre évidemment à un très grand nombre de spéculations.. Il y a plusieurs explications possibles, certaines plutôt impossibles et qui sont pourtant encore appréciées de nos jours. Peut être qu’une doctrine ou explication possible en relation à toutes ces circonstances est l’idée d’urgences fortuites. Nous avons plein d’exemples de cela, disons que quelqu’un fait une découverte et invente quelque chose, il est assez fréquent de voir la même invention apparaitre à différents endroits et en même temps. Plusieurs personnes arrivant pratiquement aux mêmes conclusions identiques et presque au même moment. Donc le concept des coïncidences n’est pas aussi chaotique qu’il ne parait l’être, car il est basé sur la supposition que le temps est mesuré par une série d’évènements. Et peu importe quand une culture ou un groupe de personnes, ou une civilisation, passe à travers certaines expériences il y a des innovations correspondantes dans cette culture. Des changements dans ses doctrines et croyances.
Peut être que l’intervalle de 600 ans, entre l’avènement des grands professeurs et le début de l’ère Chrétienne, apporta plusieurs nations ou plusieurs groupes culturels à la même plateforme psychologique. Et il n’y a aucun endroit où ils pouvaient aller, à part cette direction qui est naturelle et commune à la Nature Humaine. Une autre solution est possible à ce dilemme, mais demanderait une plus grande investigation même de nos jours, qu’à cause du commerce et du lien entre civilisations, qu’au début de l’ère chrétienne une pensée Mondiale a été établie et cela particulièrement le long des routes caravanières. Et il est intéressant de voir que la plupart de ces innovations se développèrent le long des routes caravanières entre l’Europe et l’Asie. Donc il est concevable que les asiatiques visitèrent les centres d’étude occidentaux. Il est aussi assez possible que des européens visitèrent l’Asie bien plus que nous le réalisons de nos jours. Nous savons que les armées d’Alexandre le Grand ont pénétré l’Asie, et que Pythagore alla en Inde. Nous ne savons pas combien ces mouvements ont contribué aux idées mondiales. Mais une chose que nous pouvons percevoir comme pratiquement indéniable est que les civilisations culturelles du monde arrivèrent aux mêmes idées pratiquement en même temps.
Bien sur pour le transcendantaliste ou le métaphysicien tout cela ne pose pas de problème du tout, car toutes ces choses sont dirigées par des forces invisibles au delà de la compréhension humaine. Nous ne renions pas une telle possibilité mais nous devrions peut être nous intéresser à des procédures plus simples.
Maintenant vous vous demandez certainement en quoi tout cela est lié à la Kabbale et la doctrine des jeunes Juifs La réponse se trouve dans cette circonstance, à savoir que le kabbalisme est peut être le terme le plus large que nous avons pour le transcendantalisme Juif. Le Kabbalisme est pour la vieille croyance orthodoxe Juive la même chose qu’est le Bouddhisme Mahayana au Bouddhisme primitif, ou le Taoïsme théologique à l’absolutisme primitif de Lao Tse. Dans chacun des cas nous remarquons la naissance d’un nouveau point de vue. Nous ne sommes pas uniquement intéressés par ces coïncidences extraordinaires, et le timing, mais nous sommes aussi quelque peu concernés par le symbolisme interne qui s’éleva dans presque la moitié d’une douzaine de cultures en même temps. Le symbolisme suggère que pratiquement tout le monde a lu les mêmes livres ou prit conscience des mêmes faits basiques, ou atteint les mêmes convictions puis ensuite déployèrent cette illumination avec des termes qui leur étaient familiers, ou avec des termes conformes avec le traditionalisme des régions dans lesquelles ils existaient car nous devons réaliser que tous ces groupes étaient opposés les uns les autres. Ils étaient traités d’hérétique par quelqu’un, et la persécution même donna à chacun d’entre eux la forte substance de la survie. Car nous savons que les gens persécutés développent une force incroyable et une intégration qui ne peut être trouvée dans des environnements plus fortunés.
Donc nous avons maintenant une situation mondiale et je pense que la situation des parchemins de la mer morte rejoignent tout cela. Ces parchemins sont assumés avoir été originellement préservés ou mis de côté sous terre quelque part dans cette intervalle entre -100 BC et 100 AD. Nous devons aussi se rappeler que dans ces parchemins il y a une forte indication qu’une attitude hétérodoxe se développa au sein des sectes juives mystiques. Je ne suis en aucun cas convaincu que ces écrits sont le produit des Esséniens. Je ne pense pas que la communauté Essénienne peut en être la source bien qu’elle a pu préserver les vieux manuscrits. Les Esséniens eux-mêmes étaient des groupes en transition entre Judaïsme Orthodoxe et Mysticisme, et leur histoire complète se trouve dans ces 2 mystérieux siècles, après cela ils disparaissent complètement des pages de l’histoire. On ne sait pas ce qui leur est arrivé. Mais ils appartiennent à cette chaine qui a connecté un vieux monde avec un nouveau concept de vie. Comment pouvons nous distinguer ces nouveaux concepts de vie en terme de kabbalisme ?
Le grand livre de la Kabbale est le Sefer Ha Zohar ou le livre des Splendeurs. Il a été donné la première fois au monde au XIIè et XIIIè siècle par le rabbin Moïse de Léon. Il insista qu’il l’avait retranscrit à partir d’une œuvre plus ancienne. Pendant près de 300 ans ou peut être 400 ans les historiens s’en sont pris à lui. Ils ont dit que le rabbin Moïse a écrit le livre lui-même, qu’il n’a aucun lien avec l’antiquité, et probablement aucun lien dans les traditions. D’après le rabbin Moïse ce livre a actuellement été écrit à peu près au début de l’ère chrétienne; Juste à cette période particulièrement critique durant le règne de l’empereur Romain Vespasien.
Persécutés par les Romains et par les plus traditionnels membres des Sanhédrins, le rabbin Shimon bar Yohaï s’enferma dans une caverne avec son fils. Et dans cette caverne il est dit avoir été visité par l’un des corps angélique. Et par ce visiteur angélique et les intercessions des jeunes prophètes il est dit avoir enregistré le livre des Splendeurs, le Sefer Ha Zohar. Nous supposons qu’il n’est pas totalement l’auteur de l’oeuvre mais qu’elle a été préparée par lui ou alors il donna des instructions pour la produire et ainsi on lui attribua l’autorité en mémoire à ses directives. Cette oeuvre particulière changea totalement l’aspect de la pensée Juive. C’était une période très intéressante. Une période d’étranges croyances telle que la réincarnation. Les jeunes Juifs s’intéressaient à cette croyance quelque part, les Pharisiens s’y intéressèrent et certaines sectes la considéraient très favorablement. Mais par la naissance du kabbalisme, la réincarnation arriva dans les esprits philosophiques européens. Et voila un point qui est très intéressant, et qui est que la doctrine en la réincarnation a été perpétuée en Europe de la chute des écoles Grecques jusqu’à l’élévation de la connaissance moderne, elle a été perpétuée non seulement par les kabbalistes Juifs mais aussi par les kabbalistes Chrétiens.
Et il y avait même un mince fil de cette croyance au Moyen Âge, durant la période de la Renaissance et jusqu’à l’aube de notre pensée moderne avec Galilée, Descartes et d’autres penseurs de notre ère moderne. Donc cet enseignement se déploie soudainement parmi les mystiques Juifs. Pourquoi ? Comment est-il possible qu’une doctrine ayant reçu si peu de sympathie de la part des voisins chrétiens et si peu de soutien de la Torah, se soit développée avec autant de détails que dans le Sefer Ha Zohar ? Ce livre était très répandu et très lu et influent parmi les esprits Juifs lettrés. Il attaque beaucoup de principes de la Juiverie Orthodoxe. Il était en conflit avec les modèles de la vie personnelle et familiale Juive. Il violait en partie l’interprétation de l’époque de la Torah et de la loi Mosaïque. Cependant il a fleurit en Espagne, en Italie, en France. Il est presque impossible de se dire que des doctrines si proche du mode Asiatique de vivre ont pu simplement provenir de nulle part, ou que cela était la spéculation d’individus isolés n’ayant reçu aucune aide.
Ici nous avons un autre exemple du développement des traditions. Ces traditions étaient en rapport à la Nature de l’être Divin à la source de la Vie. Et dans la naissance du Zohar nous voyons le concept Juif de Dieu passer à travers beaucoup de changements. Des changements qui plus tard transformeront la foi Chrétienne. Comment ces changements ont lieu et d’où viennent-ils ? Provenaient-ils du Moyen-Orient ou de l’Europe ? Ou venaient-ils de l’Asie lointaine ? Avec le temps je soupçonne que la réponse est l’Asie lointaine. [A suivre...]http://www.nouvelordremondial.cc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles