mercredi 30 janvier 2013

Frappes israéliennes et armes chimiques syriennes


IAF-6
-
Michel Garroté, réd en chef – L’on se souvient que peu avant minuit, le 5 septembre 2007 (Opération Orchard), huit avions de combat des Forces de l’Air Israéliennes – quatre F-16 et quatre F-15 – avaient décollé vers le réacteur nucléaire syrien de Al Kibar. Les avions avaient volé le long de la mer Méditerranée, avant de virer à l’est en suivant la frontière syro-turque. Utilisant des dispositifs de brouillage électronique, Israël avait aveuglé les systèmes d’alerte de la Syrie. Israël avait ce jour-là détruit le réacteur nucléaire syrien, conformément à une doctrine établie par le Premier ministre Menahem Begin en 1981, avec le bombardement du réacteur irakien Osirak, doctrine selon laquelle il ne fallait jamais laisser les pays ennemis d’Israël obtenir des armes létales, notamment nucléaires.
Les destructions par Israël d’Osirak en 1981 et de Al Kibar en 2007 furent deux succès incontestés. En septembre 2007, sur dreuz.info, nous avons été les premiers à révéler l’Opération Orchard. Depuis, de nombreuses révélations ont été faites sur cette opération, notamment par le site Internet http://jssnews.com/.
Nous avions, toujours sur dreuz.info, précisé que le réacteur syrien d’Al Kibar détruit par Israël en septembre 2007 devait donner à la Syrie la capacité de produire du plutonium pour la fabrication d’une voire deux armes nucléaires.  L’enveloppe du réacteur syrien détruit était identique à celle du réacteur nord-coréen de Yongbyon. Le renseignement israélien avait identifié un navire nord-coréen suspect acheminant officiellement du « ciment » en Syrie. Le navire suspect avait fait escale en Egypte.
Aujourd’hui, mercredi 30 janvier 2013, à 14h21, l’Agence France Presse écrit que l’aviation israélienne a frappé durant la nuit de mardi à mercredi un convoi transportant des armes venant de Syrie à la frontière syro-libanaise (ndmg – le but israélien étant de stopper l’avancée du convoi et non pas de pulvériser les armes chimiques qu’il peut contenir…). Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a mis en garde contre les importantes menaces sécuritaires qui visent Israël, citant l’Iran et des armes létales dans une Syrie qui est en train de se désintégrer.
Il s’agissait d’un convoi armé en direction du Liban qui a été touché du côté syrien de la frontière vers 23h30 GMT. L’armée libanaise a fait état d’un survol intensif de son territoire par l’aviation israélienne. Seize avions de combat sont entrés dans l’espace aérien libanais durant la journée de mardi. Israël a menacé à plusieurs reprises d’attaquer des convois qui pourraient transporter des armes chimiques ou d’autres types d’armement dont dispose l’armée syrienne vers le Liban pour le Hezbollah chiite libanais, proche de Damas.
L’armée israélienne a redéployé dimanche deux batteries du système antimissile Iron Dome dans le nord du pays en vue d’une éventuelle action militaire contre des cibles en Syrie ou au Liban. Le 23 janvier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a convoqué une réunion du cabinet restreint consacrée aux menaces que peuvent faire peser sur Israël la déstabilisation du régime syrien, en présence des chefs de l’armée israélienne et des services de renseignements de l’Etat hébreu.
De son côté, l’Agence Télégraphique Suisse, aujourd’hui, à 14h06, écrit que selon l’armée libanaise quatre appareils israéliens ont pénétré dans l’espace aérien libanais mardi à 14h30 GMT. Quatre heures plus tard (18h00 GMT), d’autres avions israéliens ont survolé le Sud-Liban et ce survol a duré jusqu’à deux heures du matin.
Un troisième survol a eu lieu dans la matinée de mercredi. Dimanche, le vice-Premier ministre israélien Silvan Shalom a déclaré que l’Etat hébreu pourrait réagir militairement au moindre signe indiquant que la Syrie est en train de perdre le contrôle de son arsenal d’armes chimiques.
Si les chiites du Hezbollah libanais ou les rebelles (ndmg – djihadistes) qui tentent de renverser Bachar al Assad venaient à s’emparer d’armes chimiques, « cela modifierait de manière spectaculaire les capacités de ces organisations », a dit Silvan Shalom. Une telle évolution représenterait « un franchissement de toutes les lignes rouges et nécessiterait une nouvelle approche, y compris même des opérations préventives », a-t-il ajouté.
Reproduction autorisée
Avec mention www.dreuz.info
Et source :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles