samedi 12 janvier 2013

Cybermenace : un seul clic peut créer un collapsus

Cybermenace : un seul clic peut créer un collapsus
© © Flickr.com/kryptyk/cc-by-nc-sa 3.0

En 2013 le nombre d'attaques cybernétiques augmentera notablement. Ce seront aussi bien des attaques finalisées, que des campagnes de grande envergure sur commande des structures d'Etat. Cetsécurité informatique te prévision a été faite par la société de Laboratoire Kaspersky. Les services de renseignement américains prévoient dans une vingtaine d'années une confrontation globale non seulement entre les Etats, mais aussi entre les gouvernements nationaux et les communautés civiles.

Les analystes du Laboratoire Kaspersky annoncent que l'année prochaine il y aura beaucoup plus de piratages des informations secrètes des établissements gouvernementaux et des sociétés privées dans les secteurs les plus différents. Les attaques cybernétiques viseront davantage des cibles critiques, notamment l'infrastructure municipale ou les transports.
Pour sa part le Conseil national du renseignement américain promet avec beaucoup d'assurance dans son rapport « Les mondes alternatifs, tendances globales en 2030 » que les magnats d'Internet du proche avenir engrangeront des quantités d’informations supérieures aux banques de données de n’importe que gouvernement. Les réseaux comme Google ou Facebook pourront contrôler en temps réel des quantités immenses d'informations. De plus, les progrès des technologies de la communication offriront aux gouvernements nationaux des possibilités illimitées de contrôle des citoyens. Ceux-ci à leur tour sauront lancer un défi adéquat aux autorités.
Les technologies de l'information et de la communication (TIC) présentent un grave danger du point de vue de notre évolution vers la société de l'information, a expliqué à La Voix de la Russie Guennadi Emelianov, président de l'Association de défense de l'information :
« Parce qu'une mine est posée sous cette société de l'information. Un collapsus total nous menace si nous ne parvenons pas à élaborer des mesures de défense adéquates. Parce qu'au moment où nous tous serons dépendants des technologies de l'information et de la communication un collapsus se produira si elles sont subitement bloquées. Imaginez, à titre d'exemple, que l'électricité disparaisse. Le danger de telles attaques réside dans le fait qu'elles sont facilement réalisables du point de vue financier et économique. Il suffit d'avoir un cerveau bien fait et de bonnes connaissances des TIC. Si l'on pousse cette idée jusqu'à l'absurde, une seule personne sera capable de causer un grand préjudice à l'ensemble de l'espace cybernétique ».
La réalité confirme que les prévisions futuristes des experts ne sont guère un épouvantail. Les services secrets américains ont remis au Conseil national du renseignement susmentionné un aperçu des menaces cybernétiques visant les Etats-Unis. Selon le Los Angeles Times la Chine y est qualifiée d’ « objet le plus dangereux dans l'espace cybernétique ». La Russie, la France, Israël et d'autres Etats s'occupent également du renseignement cybernétique, mais leurs méthodes ne sont pas aussi perfides et insidieuses que les procédés chinois. En tout état de cause, la Russie ne pratique par le vol systématiques des secrets commerciaux des compagnies américaines dans l'intérêt de ses entreprises nationales ».
Les participants au forum international Cyber Security Asia 2012, tenu au début du mois de décembre, ont été unanimes à reconnaître que le problème majeur dans le domaine des TIC résidait dans le fait que les Etats ne parvenaient pas à s'entendre sur la notion de terrorisme cybernétique. Les gouvernements sponsorisent la mise au point de logiciels nocifs les plus efficaces en vue de mener des guerres cybernétiques. Cependant personne ne peut exclure que ces logiciels se retrouvent entre les mains de terroristes capables de modifier le virus et de l'utiliser à leurs fins sans contrôle. Ainsi, le virus Stuxnet,détecté en juin 2010, conçu par les spécialistes israéliens et américains, a subi une série de transformations et de perfectionnements. Tôt ou tard, les Etats seront obligés d'asseoir sur une base juridique et législative les notions de guerre et de terrorisme cybernétiques. C’est d'autant plus important que dès aujourd'hui il existe un grand risque de s'emmailler dans les réseaux cybernétiques et un seul clic suffira pour produire un collapsus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles