samedi 1 décembre 2012

Vérité et les traumatismes dans la bande de Gaza

La ville de Gaza.
Dr T., un médecin, un Palestinien vivant dans la ville de Gaza. Il est encore sous le choc de jours de bombardements aériens. Quand j'ai posé des questions sur les enfants dans sa communauté, il m'a dit que son église serait bientôt les préparatifs de Noël pour remonter le moral des enfants. En regardant son bon sourire et les joues vermeilles, je ne pouvais pas m'empêcher de me demander s'il serait demandé de s'habiller comme "Baba Noel,« comme le Père Noël. Je n'ai pas osé poser cette question à haute voix. «La dernière guerre a été plus sévère et vigoureux que le l'Opération Plomb Durci», dit-il lentement, se penchant en arrière sur sa chaise et regarde au loin. «J'ai été plus affecté cette fois. Les armes ont été très forts, détruisant tout. Une roquette peut détruire complètement un bâtiment. "
L'offensive israélienne de 8 jours en Novembre a duré moins de jours et a moins de victimes, mais c'était sans escale et sans relâche, et partout.
"A 01h00 la banque a été bombardée, et tout le monde dans la région a été réveillé de son sommeil. Portes et fenêtres ont été brisées ont été brisées. Il y avait un bruit atroce, comme si nous étions dans un champ de bataille. "
«Le bombardement continua tous les jours. F16 avions américains ont été durement frappé. "
"C'est plus que n'importe qui peut tolérer. Nous étions en danger à n'importe quel endroit à n'importe quel moment. "
Les médias américains et les déclarations du gouvernement sont pleins de témoignages sur le feu saupoudrage de roquettes du Hamas qui avait eu une vie israélienne dans les mois précédant la campagne de bombardement israélien. Le gouvernement américain exige que les Gazaouis désarmer complètement. En raison du racisme simple et un empressement chauvin de se mettre en conformité avec la politique militaire américaine, les commentateurs occidentaux ignorent le bombardement des quartiers de Gaza qui a causé des milliers de victimes au cours des quelques dernières années. Ils automatiquement encadrer les actions d'Israël que la légitime défense et la seule réponse envisageable pour les Palestiniens qui, en vertu de quoi que ce soit provocations, oser faire eux-mêmes une menace.

«Toute maison peut être détruite. Les avions ont rempli le ciel ", a poursuivi le Dr T.. «Ils ont frappé des civils comme celui qui a été la distribution d'eau." Le Centre palestinien pour les droits de l'homme rapport confirme que le Dr T discute Suhail Hamada Mohman et son fils de dix ans, qui ont tous deux été tués sur le coup à 4:30 h le dimanche , 18 Novembre 2012, à Beit Lahiya tout en distribuant de l'eau à leurs voisins.
Dr T. a ensuite mentionné le professeur d'anglais et son étudiant tué à proximité marchant dans la rue. Le rapport note que le PCHR le 16 Novembre, à environ 13h20, Marwan Abu al-Qumsan, 42 ans, enseignant dans une école de l'UNRWA, a été tué lorsque les forces d'occupation israéliennes ont bombardé un espace ouvert dans la section sud-est de Beit Lahia . Il avait rendu visite à la maison de son frère, Radwan, 76 ans, qui a également été grièvement blessé.
Et le Dr T. mentionné la famille Dalu. "Ils ont été détruits sans raison. Vous pouvez aller visiter là-bas. "
Le lendemain, je suis allé au bâtiment au nord de la ville de Gaza où la famille avait vécu Dalu.
Dans l'après-midi le dimanche, Novembre 18 , un avion israélien F-16 de combat tiré un missile sur la maison de 4 étages appartenant à 52 ans, Yassine Jamal Mahmoud al-Dalu. La maison a été complètement détruite, comme tout à l'intérieur. Les équipes de défense civile retiré des décombres les corps des 8 membres de la famille, quatre femmes et quatre enfants âgés de un à sept ans. Leurs noms étaient:
Samah Abdul Hamid al-Dalu, 27;
Tahani Hassan al-Dalu, 52;
Suhaila Mahmoud al-Dalu, 73
Raneen Jamal al-Dalu, 22.
Jamal Mohammed Jamal al-Dalu, 6;
Yousef Mohammed Jamal al-Dalu, 4;
Sarah Mohammed Jamal al-Dalu, 7;
Ibrahim Mohammed Jamal al-Dalu, 1;
Le 23 Novembre, deux autres cadavres ont été retrouvés sous les décombres, l'un d'eux un enfant.
L'attaque a détruit plusieurs maisons voisines, y compris la maison de la famille Al-Muzannar où deux civils, un jeune homme et une femme âgée de 75 années, mourut aussi. Ils étaient: Ameena Matar al-Mauzannar, 75, et Abdullah Mohammed al-Muzannar, 19.
Une bannière qui pend sur un mur endommagé dit: «Pourquoi ont-ils tué?" Une autre montre des images agrandies des visages des enfants Dalu tout.

Au sommet des décombres de l'édifice est l'épave calcinée de la fourgonnette familiale, renversé il ya l'envers dans l'explosion.
L'armée israélienne a prétendu plus tard qu'il avait fait s'effondrer le bâtiment dans l'espoir d'assassiner un visiteur non précisée à la maison, tout nombre de morts massives civile justifiée par le moindre signe d'une cible militaire. Roquettes Qassam tuant un Israélien d'une année sont le terrorisme, mais les attaques délibérées à l'effondrement des bâtiments sur des familles entières sont pas.
«Tous les Palestiniens sont ciblées maintenant," une femme qui vit dans la rue nous ont dit. Chaque fenêtre de sa maison avait été détruite par l'explosion. Elle avait été sûr que c'était la fin de sa vie quand elle a entendu l'explosion. Elle avait couvert son visage, puis, ouvrant les yeux, vu le moteur de la voiture du voisin vole son passé grâce à son domicile. Elle a fait un point sur le sol où un fragment grande fusée a atterri dans son salon. Puis, en regardant les ruines de l'immeuble Dalu, elle secoua la tête. «Ces massacres ne se produirait pas si les gens qui le financent étaient plus conscients."
Neveu de M. Dalu Mahmoud est un pharmacien, âgé de 29 ans, qui est encore en vie parce qu'il avait récemment déménagé à côté de son oncle a aujourd'hui disparu construction d'un appartement qu'il a construit pour lui-même, son épouse et leurs deux ans, fille qui sont aussi vivants. Avec sa mère veuve et plusieurs femmes du quartier, lui et sa femme se préparait à célébrer l'anniversaire de sa fille. Une guirlande de clinquant festons encore un mur en partie détruit. L'explosion a détruit une grande partie de l'infrastructure de sa maison, mais il était capable de berger membres de sa famille et de leurs invités hors de la maison à la sécurité. Plusieurs ont été emmenés à l'hôpital en état de choc.
«Je ne sais pas pourquoi cela nous est arrivé", dit Mahmoud. «Je suis un pharmacien. Dans la maison de mon oncle vivait un médecin et un ingénieur en informatique. Nous étions en train de finir le déjeuner. Il n'y avait pas de terroristes ici. Seuls les membres de la famille ici. Maintenant, je ne sais pas quoi faire, où aller. Je suis au désespoir. Nous vivons dans la misère. "
«Toute guerre est inhumaine, irréligieux, et immoral", mon ami, le Dr T., m'avait dit.
Dr T. a peur qu'Israël prépare une guerre pire, l'un avec des troupes terrestres déployées, après son élection à venir. "Nous avons bon espoir de vivre en paix. Nous ne voulons pas de faire des victimes. Nous aimons les Israéliens comme on aime un être humain. "
"Mais nous perdons le droit à la vie en termes de mouvement, le commerce, l'éducation et l'eau. Les Israéliens prennent ces droits, ils ne sont pas à la recherche sur les droits humains des Palestiniens. Ils se concentrent seulement sur leur sentiment de sécurité. Ils veulent la Palestine à perdre tous les droits. "
La logique électorale de côté, Israël a déjà violé le cessez le feu - à tout moment, les missiles et les roquettes pleuvent pourrait commencer une fois de plus. Toute l'année, c'est ce que cela signifie de vivre dans la bande de Gaza.
J'ai décidé de ne pas soulever la question du Père Noël et à la place l'a remercié pour ses réflexions honnêtes et lui dit adieu.
Kathy Kelly ( Kathy@vcnv.org ) co-coordonne Voices for Creative Nonviolence ( www.vcnv.org )
Crédits photo: Johnny Barber

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles