samedi 1 décembre 2012

Le rapport entre les tables gigognes et matriochkas


D'après Le Trésor des Paradoxes, de Philippe Boulanger & Alain Cohen (Éd. Belin, 2007), "le terme gigogne est lié à un personnage du théâtre de marionnettes". Dame Gigogne est était représentée sous les traits d'une femme géante des jupes de laquelle sortait une multitude d'enfants.


Symbole de fécondité, ce personnage de Dame (ou Mère) Gigogne est attesté dès 1602 dans la troupe des Enfants sans souci.

On rapproche aussi gigogne du latin "gigas" (géant), à l’origine du préfixe "giga" et de "gigantesque".


Par analogie, le terme "gigogne" renvoie à des éléments de forme analogue et de taille décroissante pouvant s'emboîter les uns dans les autres (comme les tables).

En Russie, le concept de structure gigogne (à trois dimensions) a donné naissance à un artisanat spécifique, les poupées russes ou matriochkas.

Selon l’agence de presse Novosti, on aurait conservé la première matriochka, façonnée à la charnière du XIX siècle et du XXe siècle : une paysanne tenant un coq. La poupée "mère" fut appelée "matriona" et ses "filles" reçurent le diminutif de "matriochka". Le coq était jadis un symbole de fécondité, en Russie et dans toute l’Europe, notamment en France : gage de prospérité et de fécondité, son effigie caracole en girouette sur les clochers.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles