mercredi 28 novembre 2012

L'Egypte tremble, un nouveau Pharaon émerge


Des dizaines de milliers d’Égyptiens étaient rassemblés mardi sur la place Tahrir au Caire pour protester contre la décision de Mohamed Morsi de s’octroyer des pouvoirs exceptionnels.
L’Egypte a connu la plus forte mobilisation contre le président islamiste depuis son élection en juin. «Dégage!», scandaient de nombreux manifestants, reprenant le slogan emblématique de la révolte populaire qui avait chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak en février 2011. Plusieurs cortèges sont arrivés dans l’après-midi sur la célèbre place du centre de la capitale égyptienne, pour dénoncer également le puissant mouvement dont est issu le président, les Frères musulmans. «Les Frères musulmans sont des menteurs», pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un manifestant, tandis qu’une banderole proclamait: «Interdit aux Frères musulmans». Plus tôt dans la journée, des heurts sporadiques avaient eu lieu près de la place Tahrir, aux abords de l’ambassade des Etats-Unis, entre des jeunes et la police anti-émeutes qui répondait aux jets de pierres par des tirs de gaz lacrymogènes. Au Caire, un manifestant de 52 ans est mort après avoir inhalé du gaz. Il s’agit du troisième décès survenu lors de manifestations depuis jeudi, date de la publication du décret controversé. Les accrochages, qui ont lieu depuis une semaine, sont dénoncés par de nombreux manifestants anti-Morsi présents à Tahrir, désireux de garder un caractère pacifique à leur manifestation. Ailleurs dans le pays, des milliers de personnes hostiles au président Morsi se sont réunies à Alexandrie, deuxième ville du pays, Les Frères musulmans, dont le PLJ est issu, ont ordonné à leurs membres d’évacuer le siège de la confrérie, attaqué par des manifestants, selon son compte sur Twitter. Des centaines d’autres opposants descendaient dans les rues de la station balnéaire réputée de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge. A El-Mahalla El-Koubra dans le delta du Nil, sympathisants et opposants au président égyptien ont échangé des jets de pierres et certains ont lancé des cocktails Molotov. Le parti des Frères musulmans a indiqué sur son site que 80 de ses partisans avaient été blessés dans les heurts et a accusé la police de ne pas être intervenue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles