mardi 12 novembre 2013

Célébration du 9e anniversaire de la mort de Yasser Arafat




Des évènements solennels ont eu lieu en Palestine pour la commémorer.


La cérémonie d’ouverture de la Semaine de la mémoire a eu lieu à Ramallah où est enterré le célèbre Palestinien. Avant le début de celle-ci, sa femme et sa fille ont déclaré que l’homme politique palestinien avait été empoisonné. Dans une interview à La Voix de la Russie, le général Tawfiq Tirawi, président de la commission d’enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat, recteur de l’Académie palestinienne des sciences de sécurité de Jéricho et chef, jusqu’il y a peu, d’un des services clé de la sécurité, a noté que cet avis était partagé par de nombreuses personnes au sein des autorités palestiniennes.

Il a expliqué que cet avis était fondé sur de nouvelles données, reçues par la commission.

La Voix de la Russie : trois groupes d’experts de France, de Suisse et de Russie ont participé à l’enquête. Il y a quelques jours, les groupes français et suisse vous ont transmis leurs rapports. Que disent-ils ?

Tawfiq Tirawi : Les experts des centres de recherche suisse et russe qui ont travaillé ici et dans leurs laboratoires sont d’accord minimum sur trois points.

Tout d’abord, il ne s’agit pas d’une mort naturelle. Ensuite, cette mort n’a pas été causée par une maladie. Et enfin, Yasser Arafat n’est pas mort de vieillesse. Une scientifique russe, ancienne membre du groupe, a scrupuleusement étudié les échantillons de la moelle osseuse de Yasser Arafat. Les résultats d’analyse de la moelle ont démontré que la mort d’Arafat n’a pas été causée par la vieillesse. C’est une déduction très importante. Car, s’il n’est mort ni d’une maladie, ni de vieillesse, il doit y avoir une troisième possibilité. Quelle est-elle ?

En général, tout le monde s’intéresse à ces recherches scientifiques et à une expertise médicale. Toutefois, une enquête est parallèlement en cours sur la sécurité. Au cours de celle-ci, nous avons eu de nombreuses preuves indiquant Yasser Arafat aurait été assassiné. J’en accuse Israël. Ils voulaient se débarrasser de lui depuis longtemps.

LVdlR : Les résultats de l’expertise russe sont gardés secrets, mais ils n’affirment pas de manière univoque que Yasser Arafat a été empoisonné, n’est-ce pas ? C’est sur ce point, semble-t-il, que les avis d’experts suisses et russes divergent ?

T.T. : L’important ce n’est pas en quoi ils divergent, mais en quoi ils coïncident. Et justement, ils ont de commun l’avis que Yasser Arafat n’est pas mort d’une maladie. Je suis persuadé qu’il a été assassiné. Nous sommes reconnaissants aux Russes pour le grand et bon travail qu’ils ont effectué. Ils ont trouvé de nombreux faits nouveaux. De plus, leur travail continue encore. Ces faits que je ne peux encore divulguer nécessitent une étude commune. Nous faisons confiance aux Russes, c’est pour cela que nous leur avons également demandé de mener cette enquête

LVdlR : Ne vous semble-t-il pas étrange que les informations sur l’éventuel empoisonnement de Yasser Arafat aient d’abord été diffusées par Al Jazeera, une chaine de télévision qatarie ?

T.T. : De nombreuses choses nous parviennent d’abord par des journalistes. Mais le principal c’est que des expertises scientifiques ont bien été menées. Parallèlement, nous menons par nos propres forces une enquête dans le domaine de la sécurité. C’est justement ce dont je m’occupe. Nous avons déjà interrogé des centaines de personnes. Nous continuons d’interroger les témoins, de mener des interrogatoires. Ceux-ci ont révélé des faits qui soutiennent la version du meurtre de Yasser Arafat. Mais nous avons besoin de temps encore. Peut-être quelques mois ou un an. Le principal c’est que ce travail ne fasse pas l’objet d’attention de la part de la presse. Nous devons trouver la vérité et pour cela, nous devons nous concentrer sur ce travail.

LVdlR : Est-ce vrai que c’est le polonium, une substance radioactive, qui a fait office de poison ?

T.T. : C’est ce qu’affirment les experts, en tout cas. Il m’est égal de savoir de quelle substance il s’agit. Le principal c’est le fait : il a été empoisonné. Il est prouvé que Yasser Arafat a été tué. Il n’y a aucun doute là-dessus.

LVdlR : Avez-vous déjà arrêté quelqu’un dans cette affaire ?

T.T. : Je ne peux pas répondre à cette question.

LVdlR : Pour ces expertises, vous avez exhumé le corps afin de prélever des échantillons des tissus et la moelle osseuse du mort. Est-ce acceptable du point de l’Islam de déterrer une tombe pour mener des expertises ?

T.T. : Avant d’ouvrir la tombe, nous avons demandé l’autorisation à nos autorités religieuses. Le mufti nous a donné l’autorisation et a émis pour cela une fatwa spéciale.

LVdlR : Quel est le but de votre commission ?

T.T. : Notre commission s’est fixé pour but de trouver la vérité. Ensuite, des décisions judiciaires et politiques s’en suivront.

LVdlR : Si vous avez prouvé que Yasser Arafat a été assassiné et que, selon vous, Israël en est coupable, pourquoi vous avez décidé de continuer l’enquête ?

T.T. : Parce que nous n’avons pas encore trouvé le meurtrier. C’est Israël qui a commandité ce meurtre. Mais il existe aussi la personne qui l’a perpétré. Un meurtrier erre en liberté. Et c’est lui que nous recherchons aujourd’hui. Et j’espère sincèrement le trouver.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles