samedi 26 octobre 2013

Les USA commencent à déployer le système de défense antimissile en Roumanie

© Collage : La Voix de la Russie

La participation de la Roumanie au développement de la componente Européenne du système antimissile américain (EPAA / European Phased Adaptive Approach), décidée par le Conseil Suprême de la Défense Nationale le 4 février 2010, est une réussite de la Roumanie dans le cadre de sa relation bilatérale avec les Etats-Unis et aussi un élément qui renforce la position de la Roumanie en tant qu’allié fiable dans l’OTAN. L’EPAA constitue la contribution des Etats-Unis au système défensif antimissile (BMD) de l’OTAN et, en conséquence, la participation roumaine à l’EPAA représente une contribution de valeur au système BMD OTAN.

Le projet bilatéral avec les Etats-Unis contribue substantiellement à renforcer la sécurité de la Roumanie et à consolider le Partenariat Stratégique bilatéral. 

Le processus de négociation de l’Accord réglementant la coopération bilatérale en ce qui le système antimissile a été officiellement initié le 17 juin 2010, le texte final étant agréé au niveau des deux délégations (ad referendum) au bout de sept cycles de négociations. 

Le 3 mai 2011, le président de la Roumanie, Traian Băsescu, a annoncé la décision du Conseil Suprême de la Défense Nationale d’autoriser le déploiement des éléments du système de défense anti-missile en Roumanie, à la base aérienne de Deveselu, dans le Département d’Olt. Le 6 juin 2011, le texte de l’Accord a été parafé par les deux négociateurs-en-chef, Bogdan Aurescu et Ellen Tauscher, à Washington.

Le 13 septembre 2011, le ministre roumain des Affaires étrangères, Teodor Baconschi et la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton ont signé, à Washington, l’Accord entre la Roumanie et les Etats-Unis d’Amérique sur le déploiement en Roumanie du système américain de défense contre les missiles balistiques.

Le document a été ratifié par le Parlement roumain par la Loi 290/2011, et entrée en vigueur le 23 Décembre 2011.

En 2012 une activité intense des équipes de négociation des deux pays se déroula afin de convenir les documents bilatéraux supplémentaires nécessaires pour mettre en œuvre/ transposer l'accord sur la défense antimissile. Le 29 juin 2012 cinq accords de mise en œuvre (Implementation Arrangements) ont été signés. Les responsables roumains ont souligné à cette occasion que la signature de ces documents dans le délais convenu avec les États-Unis est une démonstration irréfutable de l'engagement des deux pays d’atteindre, selon le calendrier convenu, la capacité opérationnelle du component du system défensive antimissile placé en Roumanie.

Les négociations se poursuivirent et le 18 décembre 2012, lors d'une réunion de la Commission mixte roumano-américaine, un nouvel ensemble de cinq accords de mise en œuvre a été signé.

Pour 2013, six accords de mise en œuvre sont en train d’être négociés.

La décision de la Roumanie de participer au système antimissile américain EPAA est en plein accord avec ce qu’on a décidé à ce propos aux Sommets de l’OTAN de Bucarest (avril 2008), de Strasbourg/Kehl (avril 2009), de Lisbonne (novembre 2010) et de Chicago (mai 2012). 

La Roumanie soutient le développement d’un système de défense antimissile de l’OTAN reposant sur les éléments de principe établis au Sommet de Bucarest et réitérés à ceux de Strasbourg-Kehl et de Lisbonne, c’est-à-dire l’indivisibilité de la sécurité de l’Alliance, la solidarité collective et la couverture intégrale du territoire allié.

En tant que tel, la Roumanie a salué - à l’occasion du sommet du Chicago - la déclaration d’une capacité intérimaire de l'OTAN de défense antimissile balistique. Ce moment reflète à la fois la cohésion et la volonté de l'Alliance de maintenir le calendrier convenu pour établir un système autonome et complémentaire, en même temps, renforçant la gamme traditionnelle de capacités de l'OTAN dans les domaines nucléaire et conventionnel. La défense antimissile est un exemple clair qui donne de la substance au concept de Défense Intelligente (Smart Defence).

L’implication de la Roumanie aura lieu a partir de la Phase II de l'EPAA. Cela consistera en l'hébergement sur ​​le territoire roumain (dans la base aérienne de Deveselu, Olt) des intercepteurs terrestres antimissile balistique (Standard Missile 3, bloc 1 B), qui seront opérationnels à partir de la fin de 2015.

Le 15 Mars 2013, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a annoncé la décision prise par l'administration américaine d'annuler Phase IV de l'EPAA (ce qui aurait signifié le déploiement en Pologne, a l’horizon de 2022, des intercepteurs SM3-IIB). A cette occasion, le responsable américain a réaffirmé l'engagement américain en faveur de la défense antimissile du territoire l'OTAN. Chuck Hagel a souligné que, grâce à la mise en œuvre, d'ici 2018, des Phases I à III, y compris des sites en Roumanie et en Pologne, le système de défense antimissile assurera la couverture de l'ensemble des populations et du territoire européens de l’OTAN (The US commitment to Phases 1 through 3 of the EPAA and NATO missile defense remains ironclad, including the planned sites in Poland and Romania. The US missile defense deployments to Europe will be capable of providing coverage of all European NATO territory in the 2018 timeframe, so there will be no impact on the defense of NATO).

En tant que partenaire stratégique des Etats-Unis et Alliée dans le cadre de l’OTAN, la Roumanie a été informée par la partie Américaine, a haut niveau, en préalable de l’annonce publique sur la décision des Etats-Unis de modifier la structure de l’EPAA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles