mercredi 10 juillet 2013

Ryadh et Dubaï au secours de l’économie egyptienne



Le royaume d’Arabie saoudite a annoncé mardi 9 juillet l’octroi d’une aide de 5 milliards de dollars à l’Egypte pour soutenir l’économie de ce pays, six jours après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi suite à d’énormes manifestations qui ont appelé à son limogeage .
Selon l’agence officielle Spa, l’aide, décidée par le roi Abdallah, consiste en un dépôt, sans intérêt, de deux milliards de dollars à la Banque centrale d’Egypte, un don d’un milliard de dollars et l’équivalent de deux milliards en produits pétroliers et gaziers.

Cette annonce porte à 8 milliards de dollars l’ensemble des aides annoncées mardi par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis à l’Egypte. Le ministre saoudien des Finances, Ibrahim al-Assaf, a précisé que l’aide de Ryadh était destinée à « soutenir l’économie de l’Egypte face aux défis que rencontre ce pays », confronté à des difficultés économiques et à une instabilité politique depuis la chute du régime de Hosni Moubarak en 2011.

L’Arabie saoudite a favorablement accueilli la destitution la semaine dernière de M. Morsi et le roi Abdallah a été le premier chef d’Etat étranger à féliciter le président par intérim Adly Mansour quelques heures après sa nomination.

Les Emirats arabes unis, une autre monarchie du Golfe, ont annoncé plus tôt une assistance à l’Egypte de 3 milliards de dollars, dont un don d’un milliard de dollars et d’un dépôt, sans intérêt, de deux milliards de dollars à la Banque centrale égyptienne. L’aide des Emirats et de l’Arabie saoudite est la première du genre au profit des nouvelles autorités égyptiennes. Elle intervient une semaine après la mise à l’écart de M. Morsi, issu des Frères musulmans, après un mouvement de contestation populaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles