jeudi 6 juin 2013

La Ligue arabe condamne l’intervention du Hezbollah en Syrie


La Ligue arabe condamne l’intervention du Hezbollah en SyriLa Ligue arabe condamne toute forme d'intervention en Syrie, et notamment l'assistance militaire du mouvement libanais Hezbollah prêtée au régime de Damas, a déclaré mercredi soir le secrétaire général de la Ligue Nabil al-Arabi.

"La Ligue condamne toute intervention étrangère dans les affaires de la Syrie, notamment celle du mouvement libanais Hezbollah qui a combattu aux côtés de l'armée syrienne contre l'opposition" a indiqué M.al-Arabi à l'issue d'une conférence diplomatique des pays membres de la Ligue arabe qui s'est déroulé mercredi au Caire.

L'un des principaux objectifs de cette réunion était d'aligner les positions des pays membres de la Ligue arabe pour la prochaine conférence internationale sur le règlement politique de la crise syrienne, Genève 2.

Washington a très vivement condamné la prise par les forces du régime de Bachar al-Assad et de son puissant allié, le Hezbollah libanais, de la ville clé de Qousseir dévastée par deux semaines de combats acharnés.

«Les Etats-Unis condamnent dans les termes les plus forts possibles l’assaut du régime de Bachar al-Assad qui a causé d’innombrables victimes civiles et causé de terribles souffrances humaines», a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney.

Qousseir, située dans la province centrale de Homs près de la frontière du Liban, est stratégique car elle relie notamment Damas au littoral et ouvre la voie au régime pour la prise totale de la ville de Homs.

«C’est un revers» pour les rebelles, «mais cela ne veut pas dire que c’est la fin de la guerre», a affirmé à l’AFP Khattar Abou Diab, professeur de relations internationales à l’université Paris-Sud.

Pour lui, le régime n’aurait pas pu prendre Qousseir sans «la grande coopération» de l’Iran qui parraine le Hezbollah et qui a félicité l’armée et le peuple syriens pour la victoire sur les «terroristes», terme utilisé pour désigner les rebelles.

La télévision syrienne a montré des images de soldats arborant leurs armes devant des bâtiments éventrés mais «libérés», comme la mairie et le centre culturel sur lequel ils ont hissé le drapeau syrien.

Pendant plus de deux semaines, les positions rebelles ont été soumises à d’intenses bombardements.

L’armée a «pu nettoyer Qousseir des terroristes», a affirmé le commandement militaire, en prévenant que «les forces armées n’hésiteront pas à écraser les hommes armés dans chaque recoin du territoire».

Aucun bilan précis des victimes n’a été donné. La Commission générale de la révolution syrienne, un réseau de militants, a parlé de «centaines» d’insurgés tués, et le Hezbollah a déploré la mort de dizaines de ses combattants. Mais on ignore les pertes de l’armée ou des civils.


Alter Info
l'Information Alternative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles