vendredi 21 juin 2013

Architip, l’application qui va vous faire découvrir l’archéologie israélienne comme il y a 2.000 ans !


Les visiteurs des sites archéologiques d’Israël sont la plupart du temps équipés de leur caméra et de leur imagination. L’appareil photo leur sert à conserver en souvenir des lieux et l’imagination les aide à visualiser ce que pouvaient être les sites avant de tomber en ruine.


Il y a beaucoup de façons de nourrir son imagination, notamment grâce aux guides papiers, aux enregistrements audio ou encore aux guides touristiques. Mais Architip, une nouvelle application créée par une équipe de professionnels de l’image et de l’archéologie, adopte une approche high-tech de la question.

Grâce à la technologie de réalité augmentée, l’application permet aux utilisateurs de voir à quoi des sites archéologiques ressemblaient réellement il y a des milliers d’années. Le virtuel offrant ainsi une vision claire du passé en le « restaurant ».

La réalité augmentée est une technologie qui utilise les mathématiques, les modèles, les services de localisation, la technologie de la caméra et les algorithmes avancés pour imposer une image virtuelle qui se fond dans une vraie image. «Par exemple, vous pouvez regarder une ancienne mosaïque sur le sol d’une synagogue ou d’une église et avoir du mal à distinguer les motifs en raison de l’ancienneté », a déclaré Yaron Benvenisti, le PDG de Architip, qui est situé à Jérusalem. «Avec Architip, vous verriez la mosaïque en couleur, avec tous ses dessins intacts. »

Parce que chaque site doit être cartographié séparément, Architip est commercialisé comme un moteur « White Label (en marque blanche) « , qui sera utilisé pour des sites spécifiques. L’équipe de R et D d’Architip menée par Israël AR et le pionnier informatique Sagiv Philipp, ont cartographié et «virtualisé» le site archéologique de Tel Lakis dans le centre d’Israël. Tel Lakis était une ville fortifiée encerclée par des tours et avait de nombreux bâtiments imposants. En observant le site aujourd’hui, il est difficile de visualiser la ville telle qu’elle était avant. Avec Architip, les utilisateurs peuvent admirer le site en positionnant l’ appareil photo de leur téléphone à l’endroit voulu et en regardant l’écran.

«Avec Architip, vous pouvez voir Tel Lakis comme elle était auparavant, » selon Benvenisti , « vous pouvez marcher dans ses rues et voir les anciennes constructions à travers votre appareil. »

Benvenisti a un faible pour l’archéologie (l’une des raisons pour lesquelles il a convaincu l’équipe d’orienter leur première application commerciale sur ce type de solution). »L’archéologie est ma passion», a déclaré Benvenisti. «Nous voulions aider à combler le« fossé de l’imagination, entre ce que vous voyez et ce que vous imaginez. Les gens veulent faire l’expérience et notre technologie est tout a fait appropriée. »

L’archéologie est également à l’origine du modèle d’Architip : » les sites voudront utiliser notre technologie pour améliorer l’expérience du visiteur. Ils peuvent offrir le téléchargement pour quelques dollars ou l’inclure dans le prix de l’entrée, comprenant aussi une visite guidée. « L’ajout d’informations vocales sur les sites à l’application serait également possible, dit-il, mais Architip serait alors utilisée comme un substitut aux guides touristiques.

La compagnie a commencé à commercialiser l’application en fin d’année dernière. Jusqu’ici auto-financée, elle a récemment obtenu son premier client : un site touristique à Jérusalem (dont le nom n’est pas encore connu) et l’application sera disponible cet été. »Nous avons parlé à d’autres sites et d’autres villes de l’application », a déclaré Benvenisti. «Les pays du monde entier travaillent sur ​​des moyens d’améliorer les visites des touristes. Cette application va certainement les y aider. «

Maeva Tibi pour-Tel-Avivre – JSSNews

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles