dimanche 5 mai 2013

La guerre d’internet contre Israël est ouverte . Des tunisiens y participent


En riposte à l’arrogance de l’état sioniste israëlien ,plusieurs groupes d’activistes sur le Net menacent l’État hébreu de représailles « par solidarité avec les Palestiniens ». L’opération qui est programmée pour aujourd’hui dimanche 7 avril vise à « effacer Israël d’Internet ».

« Effacer Israël d’Internet ». C’est le mot d’ordre de plusieurs groupes de pirates informatiques de plusieurs pays : Palestine ,Egypte ,Tunisie ,Algérie ,Maroc ,d’Indonésie et même de France et des Etats-Unis ont annoncé leur intention de lancer une vague de cyberattaques coordonnées contre des sites israéliens, précisément le 7 avril 2013. Et ce, « par solidarité avec les Palestiniens ».
« Il s’agira de la plus grande opération jamais lancée contre un pays, cela va être énorme ! », explique, au site spécialisé The Hackers.Post, le pirate informatique AnonGhost. Ce dernier, présenté comme étant à l’origine du projet, est crédité de plusieurs centaines d’attaques informatiques contre des sites web du monde entier et plus particulièrement israéliens.

Cette nouvelle menace est visiblement prise au sérieux par l’État hébreu. Ofir Ben Avi, directeur des services et systèmes « online » du gouvernement israélien, a affirmé au quotidien israëlien « Haaretz » suivre cette affaire de près. « Ce qui différencie ce plan des attaques précédentes c’est le fait qu’il soit préparé par plusieurs groupes affiliés au réseau Anonymous à travers le monde », explique-t-il au journal israélien, non sans affirmer que son service se « prépare pour le dimanche 7 avril ».
Message des algériens

Cyber-guerre
L’opération aura pour nom de code #opIsrael, à l’instar d’une vague d’attaques opérée en novembre 2012. Cette dernière avait été lancée par le collectif de cyberactivistes Anonymous afin de dénoncer « les méthodes brutales » de l’armée israélienne, qui menait alors l’opération Pilier de défense dans la bande de Gaza. De l’avis des spécialistes, cette vague d’attaques n’avait eu aucune répercussion significative. Son principal fait d’armes avait consisté à prendre le contrôle des comptes Twitter, Facebook, LinkedIn, Picasa et YouTube du vice-Premier ministre israélien Silvan Shalom, ainsi que de son blog.

Le gouvernement israélien avait toutefois reconnu avoir été la cible de 44 millions de tentatives de piratages menées par des hackers pro-Palestiniens, « dont une seule avait abouti ». De leur côté, des membres du groupe Anonymous avaient annoncé avoir bloqué les sites de dizaines d’organisations israéliennes.
Plus récemment, la semaine dernière, un groupe de hackers turcs lié aux Anonymous nommé les Re Hack, a affirmé sur Twitter avoir piraté le site du Mossad, le service de renseignements israélien. Ils affirment avoir volé les noms, les adresses et les numéros de téléphone de plus de 30 000 agents du service. Le gouvernement israélien n’a pas confirmé cette information, reprise par « Times of Israel ».

         source  http://www.tunisiefocus.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles