jeudi 3 janvier 2013

Pourquoi l’usine iranienne de Busherh fait croire à un possible nouveau Tchernobyl…

La confrontation sur le programme nucléaire de l’Iran est susceptible de s’accélérer en 2013, avec un renforcement des sanctions,les menaces de frappes israéliennes et les centrifugeuses qui continuent de tourner à plein régime. Alors que plus d’attention sera concentrée sur les deux sites d’enrichissement d’uranium de Natanz et Fordo – un troisième site de la carte du nucléaire sauvage, situé sur le golfe, pourrait se révéler plus dangereux.
Capture d’écran 2013-01-03 à 12.12.55
Niché entre deux villages endormis de pêche côtière, la centrale nucléaire de Bushehr a longtemps été considéré comme «acceptable» face au programme nucléaire iranien. Construit par les ingénieurs russes et contrôlés par l’Agence internationale de l’énergie atomique, il a  déjà produit de l’électricité, et la plupart des experts nucléaires sont d’accord sur le fait qu’il ne mérite pas le même niveau de préoccupation que d’autres sites nucléaires.
Bushehr pourrait toutefois se révéler être la pièce la plus dangereuse du casse-tête nucléaire de l’Iran pour une autre raison: sa planification hasardeuse et ses innombrables problèmes techniques… En fait, ce pourrait être le nouveau Tchernobyl. Ce pourrait être un désastre humanitaire, économique écologique et mondial.
Les problèmes techniques au cours des 12 derniers mois ont soulevé de sérieuses préoccupations quant à la capacité de l’Iran à exploiter cette installation. L’usine a été fermée en octobre pour limiter les dommages potentiels suite à la découverte de boulons errants trouvés sous ses piles à combustible. Les responsables occidentaux se sont dits préoccupé par un rapport de l’AIEA publié en novembre qui déclare que l’Iran a installé dans cette usine « des carburants inattendus dans le but d’assurer la sécurité de l’état, de la région et de ses habitants. »
Pendant ce temps, les scientifiques russes ont retardé le transfert des opérations à leurs homologues iraniens… Un transfert qui devrait se faire en mars 2013.
Plus troublant encore est le fait que Bouchehr se trouve sur une ligne de faille active, augmentant les risques d’une catastrophe de type Fukushima. Si aucune mesure n’est prise, la probabilité d’un accident est beaucoup trop élevée pour que la communauté internationale continue d’ignorer la vérité.
Une crise de type Tchernobyl à Bushehr infligerait non seulement de graves dommages dans le sud de l’Iran, mais aussi dans au moins 6 états producteurs de pétrole (Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et les Émirats arabes unis). En effet, les capitales de ces États sont plus proches de Bushehr à Téhéran. Les radiations nucléaires dans l’air et l’eau pourraient perturber le détroit d’Ormuz, le plus important passage de pétrole au monde. Les prix du pétrole monteraient en flèche. L’économie mondiale feraient face à un ouragan.
Avec des vents dominants soufflant d’est en ouest dans le golfe, et les courants côtiers ce cercle dans le sens antihoraire, les retombées radioactives pourraient contaminer les champs de pétrole et des usines de dessalement qui fournissent l’eau douce pour les habitants locaux. Ce serait un désastre absolu pour les États du Golfe qui s’appuient sur ces usines de dessalement de l’eau, et menacerait également la Cinquième Flotte de l’US Navy, en poste à Bahreïn.
Nous ne pouvons pas ignorer ce problème frémissant. Alors que tous les yeux sont fixés sur les autres principaux sites nucléaires – Fordo et à Natanz – Bushehr nécessite plus d’attention. L’AIEA. devrait lancer rapidement une évaluation complète des vulnérabilités de la centrale nucléaire de Bushehr. Tant la catastrophe de Tchernobyl en 1986 que  l’accident de Fukushima en 2011 renforcent la réalité que l’inattendu peut se produire dans les centrales nucléaires. Ces événements renforcent également l’importance d’avoir une capacité de réponse d’urgence intégré aux niveaux local, national et régional.
L’histoire de Bushehr est troublante. Commencée en 1975 avec des ingénieurs allemands, arrêtée après la révolution de 1979, et reprise avec l’aide de l’Agence russe de l’énergie atomique, connue sous le nom de Rosatom, il a été aux prises avec des retards et des problèmes techniques depuis le début.
En Août 2010, après plusieurs années de retard, le plant est devenue officiellement opérationnelle lorsque les barres de combustible ont été transportés vers le réacteur. Après plus de six mois de fonctionnement, le réacteur a dû être fermé en raison de problèmes avec le système de refroidissement, qui a été imputé à des composants fabriqués en Allemagne. Selon Gholamreza Aghazadeh, l’ancien chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, les problèmes étaient des anomalies de conception. Selon lui, 24 % de la centrale a été construite par les allemands, 36% par les iraniens et 40% par les russes… Ce n’est pas la façon dont vous construisent une centrale nucléaire sûr.
De plus, il y a de sérieuses questions sur la capacité du régime iranien à répondre à une catastrophe nucléaire majeure. L’Iran n’a tout simplement pas les capacités de préparation civile pour répondre à une tragédie à l’échelle de Tchernobyl ou de Fukushima.
L’Iran est le seul pays qui exploite une centrale nucléaire sans avoir signé la Convention de 1994 sur la sûreté nucléaire. La communauté internationale devrait pousser l’Iran à signer le traité avec la même vigueur qu’il pousse l’Iran à divulguer des informations sur ses sites d’armes présumés. Même des pays comme Israël, l’Inde et le Pakistan – dont aucun n’a signé le Traité de non-prolifération nucléaire – ont signé la Convention sur la sûreté nucléaire.
Les traités sont importants, bien sûr, mais ils ne suffisent pas. Voisins de l’Iran doit collaborer avec les États-Unis et d’autres grandes puissances sur les efforts d’intervention rapide pour atténuer un désastre potentiel. Les Nations Unies devraient former un comité pour étudier les problèmes de Bushehr et offrir une assistance technique afin de minimiser le risque d’accident. En outre, l’ONU doit concevoir sa propre stratégie d’intervention d’urgence pour faire face à un éventuel accident nucléaire de Bushehr.

Par Amos Lerah – JSSNews




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles