vendredi 11 janvier 2013

Le site de Parchin sera-t-il accessible aux inspecteurs de l’AIEA ?

иран магатэ иран
Collage : La Voix de la Russie

Des informations contradictoires proviennent d’Iran au sujet de l’accès des inspecteurs de l’AIEA au principal site militaire nucléaire iranien de Parhin où auraient été testés les détonateurs atomiques ou initiateurs à neutrons pour un dispositif explosif nucléaire. Les essais auraient eu lieu à quelques jours de la visite en Iran des représentants de l’Agence qui comptent signer avec les Iraniens un accord sur la conduite des inspections élargies.

Depuis plusieurs années l’AIEA cherche en vain à accéder à Parchin. Téhéran n’ouvrira l’accès au site qu’en échange de contre-démarches de la part des États-Unis et de l’UE, estime l’expert de l’Institut du Proche-Orient Sergueï Serguitchev.

« Il est peu probable que l’Iran laisse pénétrer les inspecteurs sur le site sans avoir reçu de concessions importantes portant sur les sanctions. Téhéran pourrait aussi assortir l’accès de conditions telles qu’il n’aura plus aucun sens ».

Les États-Unis n’accepteront cependant dans l’immédiat aucun allègement des sanctions. Les militaires israéliens allaient même jusqu’à exiger les bombardements de l’Iran. Les Américains tentent de se justifier en disant que les sanctions portent leurs fruits et qu’elles « étoufferont » bientôt le programme nucléaire iranien, poursuit l’expert :

« Les États-Unis comptent que le régime de Téhéran sera obligé de faire le choix suivant : développer son programme nucléaire ou sauver son économie. En effet, son budget ne lui permet pas d’assumer les deux postes à la fois.

Il est peu probable que l’Iran soit autorisé par l’AIEA à réaliser le cycle nucléaire complet. Le droit international n’interdit pas de développer le nucléaire, mais nous sommes en présence d’un cas spécial, selon Adjar Kourtov, expert de l’Institut russe d’études stratégiques.

« Peu de temps sépare le cycle nucléaire complet de la mise au point des armes nucléaires. C’est pour cette raison que les États-Unis cherchent à obtenir par des procédés à la limite de la légalité des limitations en matière de développement du nucléaire pacifique tout en insistant pour la forme sur la volonté d’empêcher Téhéran de se doter de la bombe nucléaire ».

N’oublions pas non plus que des hommes nouveaux occuperont bientôt les postes de chef du Pentagone et de Secrétaire d’État.

Le journal Asian Times tire la conclusion suivante compte tenu des futurs remaniements au sein de l’administration américaine : l’année 2013 sera favorable à la réduction des tensions autour du programme nucléaire iranien. Cette opinion répond d’ailleurs aux attentes de nombreux dirigeants iraniens.
Источник: Голос России.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles