samedi 24 novembre 2012

« Ne comparez pas la contraception d'urgence à un avortement… »

Par: Caroline Buet

Bien qu'aucune étude scientifique n'ait jamais prouvé que la pilule du lendemain empêche l'implantation de l'ovule dans l'utérus, la FDA refuse de retirer cette affirmation des notices, induisant en erreur les nombreux militants pro-vie américains qui comparent la contraception d'urgence "http://fr.121doc.net/contraception-urgence.html" à un avortement...
La FDA induirait-elle les patients en erreur ?
Le débat sur l'avortement et la contraception continue de faire rage aux Etats-Unis.
Au pays de l'Oncle Sam, on peut lire sur les étiquettes de toutes les pilules du lendemain, (Plan B One-Step, EllaOne "http://fr.121doc.net/ella-one.html", NextChoice…) que le médicament agit en empêchant l'œuf fécondé de s'implanter dans l'utérus de la patiente.
Affirmation erronée, selon les scientifiques.
En réalité, la pilule du lendemain retarde l'ovulation en déclenchant un nouveau cycle ; ainsi les spermatozoïdes ne peuvent atteindre l'ovule. Certaines pilules épaississent également la glaire cervicale, pour empêcher les spermatozoïdes de se déplacer et d'atteindre les trompes. Aussi, la pilule du lendemain empêche avant tout la fécondation.
Mais alors, comment est né ce « mythe de l'implantation » aux Etats-Unis ? Il se trouve que la Food and Drug Administration (FDA) s'est sentie obligée de mentionner sur les notice que la pilule pouvait contrecarrer l'implantation d'un ovule fécondé (bien qu'il n'existe aucune preuve scientifique soutenant cette théorie), lorsque la première pilule du lendemain, Plan B, a été approuvée en 1999.
Le "mythe de l'implantation"
Pourquoi cette déclaration hasardeuse ? Selon un article publié mercredi dans le New York Times, il s'agirait en partie d'un « vœu pieux » ; cela serait aussi dû au fait que la pilule contraceptive classique peut contenir de la progestérone, (l'ingrédient actif de la pilule Plan B), et que l'hormone peut altérer la muqueuse de l'utérus (là où l'ovule fécondé est censé s'implanter). Peu importe que la science n'ait jamais pu démontrer que la pilule du lendemain, en raison de la progestérone qu'elle contient, empêche réellement l'œuf fécondé de s'implanter.
Au fil des années, à mesure que se sont accumulées les preuves indiquant que la pilule du lendemain n'interférait pas avec l'implantation, les laboratoires fabriquant Plan B, ont à plusieurs reprises demandé à la FDA de supprimer cette allégation de leur notice. Chose que la fédération a toujours refusé, citant les clauses de confidentialité pour ne pas donner d'explication.
A propos de l'auteur:
Caroline Buet, rédactrice sur 121doc "http://fr.121doc.net/".

Fourni par ArticlesEnLigne : Articles Gratuits et Communiqués de Presse Gratuits

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles