samedi 6 juillet 2013

Egypte "Le coup d'Etat n'est pas valide"



AFP Publié le vendredi 05 juillet 2013 à 21h17 - Mis à jour le samedi 06 juillet 2013 à 10h30


INTERNATIONAL "Je dis à notre grande armée (...): 'ne tire pas sur ton peuple'", a déclaré le Guide suprême des Frères musulmans Mohamed Badie 
Le Guide suprême des Frères musulmans Mohamed Badie a affirmé vendredi que les partisans du président déchu Mohamed Morsi, issu de sa confrérie, resteraient mobilisés "par millions" et ne reconnaissaient pas "le coup d'Etat militaire" qui l'a renversé.


"Nous resterons dans les rues par millions jusqu'à ce que nous portions en triomphe notre président élu", a-t-il lancé devant un rassemblement d'islamistes, après que son mouvement a démenti son arrestation annoncée la veille par les services de sécurité.


"Le coup d'Etat militaire n'est pas valide", a-t-il ajouté, un slogan repris par une foule de dizaines de milliers d'islamistes rassemblés sur la place Rabaa al-Aadaouiya, dans le faubourg de Nasr City au Caire.


"Je dis à notre grande armée (...): +ne tire pas sur ton peuple+", a-t-il poursuivi, après que trois manifestants pro-Morsi au moins ont été tués dans l'après-midi lors d'échange de tirs avec l'armée devant la Garde républicaine.


"Notre révolution est pacifique et le restera et si Dieu le veut notre pacifisme sera plus fort que les balles et les chars", a-t-il poursuivi.


"Les arrestations, la prison, la potence, rien ne nous dissuadera", a-t-il encore lancé, faisant référence à la vague d'arrestation et de mandats d'arrêt lancés contre des dirigeants de la confrérie après le coup militaire contre le président islamiste.


"Nous avons déjà vécu sous un régime militaire et nous ne l'accepterons pas une nouvelle fois", a-t-il prévenu, faisant référence aux 16 mois durant lesquels l'armée avait pris les rênes de l'exécutif entre le départ de Hosni Moubarak, chassé par une révolte populaire en février 2011, et l'élection de M. Morsi en juin 2012.
Durant son discours, des hélicoptères militaires survolaient la foule à basse altitude.


M. Badie a ensuite quitté l'estrade entouré d'un important service d'ordre.


Les islamistes ont lancé un "vendredi du refus" du "coup d'Etat militaire" et de "l'Etat policier" qui a arrêté de nombreux dirigeants des Frères musulmans, la confrérie dont est issu M. Morsi, lui-même toujours détenu par l'armée.


Vendredi, le président intérimaire Adly Mansour nommé par l'armée a dans son premier décret dissous la chambre haute dominée par les islamistes qui assure l'intégralité du pouvoir législatif. Il a également nommé un nouveau chef des renseignements.


Ces décisions pourraient faire à nouveau monter la tension d'un cran alors que les accrochages entre pro-Morsi et soldats et entre pro et anti-Morsi renforcent le climat de tension dans le pays profondément divisé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles