lundi 10 juin 2013

Automobile, électronique, secteurs phares du partenariat tuniso-français



À Ben Arous, au sud de Tunis, Sagemcom fabrique des terminaux communicants et Valeo des composants pour automobiles. Les deux groupes comptent des centaines d'employés, des dizaines de partenaires et réalisent des investissements réguliers. Visite de deux entreprises françaises moteurs dans leur secteur d'activité.
JPEG - 107.5 ko
Sagemcom fabrique des terminaux communicants : décodeurs TV, compteurs électriques, Box internet…

Sagemcom, plus grand centre euro-méditerranéen en terminaux communiquants

Investissement et réactivité

8 millions d'euros, c'est en moyenne ce que Sagemcom investit chaque année dans le site de Ben Arous, principale plateforme de production du groupe dans le monde. Décodeurs de télévision, boitiers internet, compteurs électriques intelligents… près de 850.000 produits sortent des ateliers chaque mois, destinés à de nombreux clients européens.
JPEG - 92 ko
Chaque produit est testé à sa sortie de la chaine d'assemblage
« Nous sommes arrivés en Tunisie en 2003 et depuis 10 ans nous connaissons une croissance de production régulière. Les investissements doivent suivre et nos fournisseurs aussi ! Nous avons un gros effet d'entrainement pour l'ensemble de nos partenaires », assure Bruno Cosnier, directeur du site, en accueillant l'ambassadeur de France, François Gouyette, le 6 juin 2013.
Dans chaque boitier vendu, un circuit imprimé sur lequel sont greffés des milliers de composants électroniques. « Nous cherchons continuellement à rendre nos flux de production encore plus rapides ; nous devons être très réactifs ; c'est incontournable dans un secteur qui évolue vite », poursuit le directeur, devant une chaine de montage récemment acquise. Chaque jours, 40 millions de composants sont consommés sur le site. « Notre chaîne d'approvisionnement est vitale. Si un seul composant manque toute la production s'arrête ».
JPEG - 93.9 ko
Les composants, stockés dans des bandes. Ici au moment d'entrer dans une machine d'assemblage

Capital humain

Vital également, le capital humain. Le site emploie près de 3000 personnes dont de nombreux techniciens supérieurs et ingénieurs.
Sagemcom a mis en place un centre de formation interne. Installée à proximité, une plateforme de recherche et développement compte près de 200 développeurs et permet au groupe de gagner en réactivité. "La Tunisie pèse quasiment pour moitié dans le chiffre d'affaire mondial de Sagemcom. De fait, les autres sites de production nous demandent souvent de l'aide". Et Bruno Cosnier de conclure : "C'est désormais ici que se situe le centre de compétence du groupe. Et c'est un savoir-faire tuniso-français que nous exportons".
JPEG - 93.7 ko
L'ambassadeur François Gouyette (à dr) et l'un des ingénieurs du site de Ben Arous

Valeo, diversification, formation et perspectives de croissance

140.000 produits par jour

L'automobile est une autre filière dans laquelle les entreprises françaises jouent un rôle de locomotive en Tunisie.
Arrivé en 2000, le groupe Valeo compte pour principaux client Peugeot et Renault. À Ben Arous, son centre de production assemble les équipements qui entourent le conducteur : manettes associées au volant, commandes de climatisation, boutons pour vitres électriques… Nouveauté cette année, le site de Ben Arous produit désormais également pour Volkswagen et BMW.


« Lorsque nous nous lançons dans un nouvel équipement avec un nouveau client nous procédons par étapes, en fabriquant d'abord de petits volumes pour tester notre savoir faire et gagner en compétence », explique Rémi Merle, directeur du site. « Ce n'est qu'au bout d'un ou deux ans que nous nous lançons dans la production en série ».
Les 3600m² d'ateliers implantés rue des métaux se répartissent en 70 lignes de fabrication, d'où sortent près de 140.000 produits par jour, un flux qui pourrait s'intensifier si l'on en croit le directeur : « Nous avons de bonnes perspectives de croissance. Nous livrons beaucoup en Europe mais aussi au Maroc, au Brésil, au Mexique, en Chine… Cette diversification nous rend moins vulnérables à la crise ». En tout, l'entreprise compte 1450 employés en Tunisie et devrait continuer de recruter.
JPEG - 97.8 ko
Rémi Merle directeur du site Valeo de Ben Arous et François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie

"Tout est testé"

Au bout des ateliers, une salle est dédiée aux tests de matériel : L'intensité avec laquelle le conducteur va devoir presser un bouton, le bruit émis lorsqu'il tourne une commande… rien n'est laissé au hasard. « Nos acheteurs sont très exigeants quand à l'expérience de conduite que va avoir le client final », confie Rémi Merle.
Tout comme Sagemcom, Valeo a implanté un centre de recherche et développement en Tunisie. « On fabrique rarement un produit totalement nouveau. Par contre, chaque produit évolue, notamment son design. Un centre de test et de R&D nous permet de piloter nous-même ces évolutions », poursuit Rémi Merle. Dans ses équipes, seulement deux expatriés. « Tout notre personnel technique et presque tous nos ingénieurs sont tunisiens. Beaucoup d'entre eux ont étudié en France ou ont déjà travaillé pour le groupe à l'étranger. Ils sont rompus à de hauts niveaux d'exigence ».
JPEG - 102.6 ko
Dans les ateliers de Ben Arous, pas de chaîne de montage mais 70 petits modules de fabrication, en forme de U.
Le site a d'ailleurs mis en place un partenariat avec les écoles d'ingénieurs tunisiennes et des cycles de formation internes ou externes, une pratique incontournable aux yeux du directeur. « Ici, beaucoup de salariés, en plus de leur métier, sont capables de former leurs collègues à de nouvelles techniques et de nouvelles pratiques. C'est valorisant pour les individus et ça nous permet de coller aux demandes d'adaptation de nos clients ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles