dimanche 30 décembre 2012

Les Russes face à l'intransigeance d'Assad

Une conférence de presse de Vladimir Poutine, à Moscou le 20 décembre dernier.
DÉCRYPTAGE - Moscou ne parvient pas à imposer l'idée d'un gouvernement de transition aux protagonistes de la crise syrienne.
À l'issue d'une rencontre à Moscou avec l'émissaire international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, samedi 29 décembre, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a déclaré que «les chances d'atteindre une solution politique existaient toujours», pour mettre fin à la guerre civile. Dimanche 30 décembre, au Caire, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies a même annoncé qu'il disposait d'un plan de sortie de crise «acceptable par la communauté internationale».
On ne saurait reprocher à MM. Lavrov et Brahimi d'avoir correctement fait leur travail de diplomates. Mais ces deux professionnels savent mieux que quiconque que les plus belles constructions politiques en chambre ne résistent jamais bien longtemps aux réalités du terrain, souvent moins rationnelles.
Le scénario idéal, tout le monde le connaît: ce serait le cessez-le-feu, puis le déploiement de Casques bleus pour contrôler son application, puis la constitution d'un gouvernement de transition où toutes les confessions et tendances politiques seraient représentées, puis la proclamation d'une amnistie générale, puis des élections présidentielles sous contrôle international, puis, puis, puis

Lire la suite sur Figaro.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles