jeudi 11 avril 2013

Quel est le véritable stock des réserves d’or en Algérie ?


 Faute de transparence et de données contradictoires, quel  est  le véritable  stock des  réserves d’or en Algérie ?
L’opinion algérienne avec ces différents scandales financiers étalés par la presse internationale, a besoin d’être éclairé. Je demande au gouverneur de la banque d’Algérie de nous éclairer sur cette situation paradoxale à moins que l’exploitation de la mine d’or  au Sud du pays n’ait rien produit contredisant donc les déclarations  des différents ministres de l’énergie qui se sont succédé de 2OO9 à 2O13 qui  avaient annoncé officiellement une production importante.

1.-Le mercredi O3 aout 2O11  dans une contribution  reprise par la presse internationale et algérienne j’avais mis en relief  le montant des réserves d’or en Algérie. J’avais repris le rapport de 2OO9 du FMI et de l’organisation mondiale de l’or repris d’ailleurs à l’époque par une dépêche officielle de l’APS. Ainsi,  l’Algérie disposait, courant 2009 de 173,6 tonnes d’or, et les rapports internationaux reprenant les données officielles algériennes  donnaient le même stock en 2O11. A cette époque l’Algérie arrivait  à la 22ème place mondiale,  le premier pays en Afrique devant la Libye, à la 3ème place dans le monde arabe derrière l’Arabie Saoudite (16ème place mondiale avec 322,9 tonnes) et le Liban (18 ème avec 281,6 tonnes) Les stocks  d’or auraient dû augmenter  suite à une recrudescence des opérations d’exploration engagées dans le sud du pays. Le problème qui se pose où est la production  additionnelle  de la mine d’or d’Amesmessa,  En effet, entre 2009/2013 ,il  est utile de préciser qu’existe un gisement   située dans l’extrême sud du pays, à Tirek-Amesmessa (à 400 km au sud-ouest de la wilaya de Tamanrasset), dans le Hoggar et que la production selon les statistiques officielles avait atteint une production appréciable bien  que nous ayons assisté au   retrait  du partenaire australien GMA Ressources en octobre 2011, la  compagnie publique d’hydrocarbures Sonatrach ayant  assuré  la poursuite de la production, dans l’attente d’un nouveau partenaire.  Pourquoi donne-t-on le même stock qu’en 2OO9 après près de 5 années de production et sous l’hypothèse de non achat de l’or durant cette période ? Pourquoi donc  l’agence officielle algérienne  émet une dépêche mi-mars 2O13  qui constitue du réchauffé, une répétition de sa dépêche de 2OO9 ?

2. Toujours est-il qu’il faille éviter l’euphorie  et préciser que la  monnaie est avant tout un  rapport social traduisant le rapport confiance Etat/citoyens, un signe permettant les échanges ne créant pas de richesses. Autrefois les tribus d’Australie utilisaient les barres de sel du fait de sa rareté comme moyen d’échange. Au contraire la thésaurisation et la spéculation dans les valeurs refuges comme l’or, certaines devises ou certaines matières premières est nocif à toute économie. Avoir des réserves de change en devises ou en or est une condition nécessaire, sécuriser l’investissement et surtout éviter un dérapage plus important de la valeur du dinar par rapport aux devises où existe une corrélation d’environ 70% entre la valeur actuelle du dinar, et ce stock de devises via la rente des hydrocarbures, sinon le dinar flotterait à plus de 300-4OO dinars un euro. C’est loin d’être une condition suffisante d’un développement durable et surtout provenant d’une rente, éphémère les hydrocarbures. Le  problème central pour l’Algérie est de transformer cette richesse virtuelle en richesse réelle passant par un développement hors hydrocarbures se fondant sur l’entreprise et le savoir, le tout  conditionné par une nouvelle gouvernance.  

Professeur des Universités, Expert international en management stratégique, ancien magistrat à Premier conseiller la Cour des Comptes-  Docteur Abderrahmane MEBTOUL  -ademmebtoul@gmailcom



Alter Info
l'Information Alternative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles