mardi 30 avril 2013

le pèlerinage de la Ghriba , s’est achevé dans le calme


Placé sous haute protection , le pèlerinage de la Ghriba, plus ancienne synagogue d’Afrique, s’est achevé dimanche 28 avril dans le calme pour des centaines de juifs venus de Tunisie et d’ailleurs à Djerba.
L’affluence de fidèles a été jugée relativement satisfaisante par les organisateurs de ce pèlerinage annuel, dont les festivités avaient été suspendues en 2011 dans la foulée de la chute du régime Ben Ali et avaient repris timidement en 2012.
Cette année, la kermesse, les ventes aux enchères au profit de la communauté et les processions dans les rues situées aux alentours de la synagogue ont eu lieu dans la ferveur et un esprit festif, entre prières, bénédictions, chants et you-yous typiquement tunisiens.
Le rituel a débuté vendredi 26 avril avant de se poursuivre dimanche, après la pause du Shabbat, donnant lieu à une procession rituelle finale, moment fort du pèlerinage, en présence du ministre du Tourisme Jamel Gamra , du Grand rabbin de Tunisie Haïm Bitan et de l’ambassadeur de France François Gouyette.
Présence discrète, quelques pèlerins sont venus d’Israël, via l’Europe, et ont participé au rite ancestral aux côtés de quelque quatre cents visiteurs.
Tout s’est bien passé,  l’an prochain ils seront des milliers, s’est écrié Perez Trabelsi, chef de la communauté juive de Djerba, alors que ses coreligionnaires se donnaient l’accolade de l’au-revoir ou se détendaient dans l’ancien caravansérail face à la synagogue.
Les autorités tunisiennes ont mis les bouchées double pour assurer la sécurité du pèlerinage à la Ghriba, lieu de culte touché en 2002 par un attentat revendiqué par Al-Qaïda qui avait fait 21 morts.
Dans la paix et la sécurité, nous avons célébré le pèlerinage de la Ghriba, un lieu qui fait la fierté de la Tunisie et de tous ses enfants quelles que soient leurs croyances, a déclaré Haïm Bitan, rendant un hommage appuyé à la police et à l’armée, sur les dents depuis plusieurs jours sur l’île de Djerba.
Le Grand rabbin a appelé dans un discours tous les juifs de Tunisie dans le monde entier à investir dans leur pays d’origine, qui traverse la tourmente difficile de la transition.
C’est votre devoir envers ce pays qui a accueilli et protégé vos ancêtres et continue de protéger votre patrimoine, a-t-il lancé.
Souhaitant la bienvenue aux pèlerins, le ministre du Tourisme a assuré que la Tunisie post-révolutionnaire fera respecter la coexistence de toutes les religions révélées dans la tolérance, la fraternité et la sécurité.
C’est notre conviction profonde, celle de l’Etat et du gouvernement provisoire , dirigé par le parti islamiste Ennahdha, a-t-il soutenu.

L’ambassadeur de France s’est dit quant à lui impressionné par l’excellente organisation, incitant ses compatriotes, qui boudent la Tunisie depuis 2011, à revenir visiter ce pays.
Organisé chaque année au 33e jour de la Pâque juive, le pèlerinage à la Ghriba est une tradition ancestrale des juifs de Tunisie, la plus importante communauté juive du monde arabe, aujourd’hui réduite à 1.500 âmes, contre cent mille en 1956 avant l’indépendance.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles