mercredi 17 avril 2013

Boston : les théories conspirationnistes fleurissent

Homme sur le toit, appel au calme avant l’explosion, pages Facebook louches… En l’absence de revendications, les théories du complot ont la vie belle.
Si l’attentat de Boston n’a pas encore été revendiqué, deux pistes pour le moment semblent tenir la corde : Al-Qaeda et le terrorisme intérieur.
Cela reste très large. En l’absence de toutes certitudes, comme toujours après un événement de cette ampleur, les dernières heures ont été propices au développement des théories conspirationnistes de tous ordres. Un site est en première ligne sur le sujet : InfoWars.com. Equivalent du Réseau Voltaire fondé par Thierry Meyssan, ce site tenu par l’animateur de radio Alex Jones est l’un des principaux relais conspirationnistes outre-Atlantique.
Or, Dan Bidondi, l’un des «reporters/analystes» d’Infowars a pu être la première personne à poser une question à Deval Patrick, gouverneur du Massachusetts, regrette notamment David Weigel, journaliste politique de Slate.com. «Pourquoi les haut-parleurs hurlaient-ils au public de rester calme quelques instants avant que les bombes n’explosent ? Est-ce encore une attaque mise en scène sous fausse bannière pour nous priver de nos libertés civiques et promouvoir la sécurité nationale tout en nous fouillant dans la rue jusqu’au slip ?», a-t-il lancé aux autorités.
Le gouverneur a simplement répondu «non». Et, pour David Weigel, «les « haut-parleurs hurlant au public de rester calme » n’ont jamais existé». Dan Bidondi et Alex Jones font partie des «truthers», des personnes aux Etats-Unis qui estiment que la vérité leur a été cachée sur les attentats du 11-Septembre. Elles voient dans chaque nouvelle explosion un complot ourdi par l’Etat pour imposer de nouvelles lois sécuritaires.
Comme le note le site d’analyses Salon, pour Alex Jones et les autres, les bombes de Boston seraient ainsi un moyen d’accuser le Tea Party et d’étendre les pouvoirs de la Transportation Security Administration aux événements sportifs. Cette agence, créée après les attaques du 11-Septembre, est chargée aujourd’hui de la sécurité dans les transports.
D’autres éléments jugés louches, recensés par le Huffington Post, animent pour le moment les conversations des conspirationnistes. Une vidéo postée sur YouTube se demande pourquoi une page Facebook intitulée «nos pensées et nos prières vont à toutes les personnes impliquées dans les explosions de Boston» a été créée quelques heures avant le déclenchement des bombes. Dans les commentaires les pro-conspirations et les autres s’écharpent. Les seconds jugent simplement que la page a été lancée sur un autre sujet mais que les administrateurs en ont changé le nom au moment des attentats pour rendre hommage aux victimes.
md0.libe.com
(L’un des montages de la photo de l’homme sur le toit.)
Un homme sur le toit d’un immeuble voisin au moment de l’explosion attire également l’attention. Les questions à son sujet sont tellement nombreuses qu’il est en train de devenir un mème. 20minutes raconte que «le « man on the roof » fait frissonner le Web». Des détournements apparaissent, tel celui du «philosoraptor».
philosoraptor
(«Et si l’homme sur le toit était simplement en train de regarder la course ?», se demande le dinosaure en proie au doute.)
Un autre montage photo accuse une victime d’être en fait un ancien soldat ayant déjà perdu ses jambes à Kandahar en Afghanistan et de jouer ici la comédie. Sur certains forums, les personnes vont même jusqu’à se demander s’il y a assez de sang sur les images pour que cela soit crédible.
Libération

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles