vendredi 15 mars 2013

Valérie Trierweiler en justice



C'est une affaire, potentiellement médiatique, qui risque de faire grincer la communication devenue bien huilée de Valérie Trierweiler. La compagne du président de la République, François Hollande, est aujourd'hui la cible d'un citoyen lambda mais à l'audace débordante : Xavier Kemlin. Cet héritier du groupe Casino a déposé une plainte, ce jeudi 14 mars, au tribunal de grande instance (TGI) de Saint-Etienne contre la première dame pour "détournement de fonds publics".
Interrogé par le journal Le Progrès, mercredi 13 mars, Xavier Kemlin, résident suisse, avait annoncé sa volonté de déposer plainte contre celle qu'il appelle avec un peu d'exagération "la maîtresse du président". Ce qui motive sa plainte ? L'utilisation des fonds publics versés par les contribuables français à l'État pour entretenir les frais causés par les actions de Valérie Trierweiler. "En tant que résident étranger, mais contribuable français, je trouve absolument scandaleux que nos impôts servent à loger, nourrir, entretenir, payer le personnel et les déplacements d'une dame avec qui on n'a aucun lien juridique", explique-t-il très sérieusement. Ce qu'il oublie de dire, c'est que les déplacements de Valérie Trierweiler comprennent aussi ceux qu'elle effectue au profit d'associations comme ELA. Une action médiatique qui sert ainsi la cause de personnes dans le besoin.
Luttant pour déposer plainte, Xavier Kemlin a raconté son parcours du combattant pour réussir à faire aboutir sa requête. "On m'a dit qu'on ne voulait pas prendre ma plainte, parce que c'était trop compliqué", dit-il. Après force coups de téléphone au procureur de la République et aux renseignements généraux, qui n'ont rien voulu entendre selon lui, il a finalement obtenu de faire enregistrer sa plainte. Pour Xavier Kemlin, il s'agit "d'une question de morale". Le plaignant n'y va pas avec le dos (...) Lire la suite sur purepeople.com


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles