dimanche 24 mars 2013

Décès « inexpliqué » de Boris Berezovski, détracteur de Poutine


rus-milyarder-boris-berezovski



Boris Berezovski, homme d’affaires russe autrefois proche de Vladimir Poutine avant de devenir l’un de ses plus farouches détracteurs, est décédé dans des circonstances « inexpliquées » à son domicile londonien, samedi.
« Sa mort est actuellement considérée comme inexpliquée et une enquête est en cours », a indiqué la police londonienne dans un communiqué. Le quartier entourant la maison située à Ascot, près de Londres, a été bouclé.
La presse russe qui a relayé l’information indique que l’oligarque a été retrouvé mort dans le sauna de sa résidence et qu’il se serait soit suicidé, soit aurait été victime d’une crise cardiaque.
Boris Berezovski aurait confié la veille de sa mort à un journaliste de «Forbes» que «sa vie n’avait plus de sens». Un entretien informel et non enregistré que le journaliste a décidé de publier sur le site d’information, en version russe, après l’annonce de la mort de l’oligarque.
Plus tôt dans la soirée ce samedi, l’avocat de Boris Berezovski à Moscou, Alexandre Dobrovinski, a affirmé que son client s’était suicidé. Une information aussitôt démentie par un ami de la famille du défunt.
« Je peux confirmer qu’il est mort à son domicile. Je le connaissais depuis longtemps. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble. Je suis choqué. C’est la fin d’une époque », a indiqué à Reuters un ami de l’homme d’affaires, Andreï Sidelnikov.
Boris Berezovski, âgé de 67 ans, fut l’un des hommes les plus riches de Russie et avait longtemps eu accès aux coulisses du pouvoir, étant surnommé « le parrain du Kremlin ». L’homme d’affaires avait notamment participé à la réélection de Boris Eltsine en 1996 avant de jouer un rôle crucial dans l’accession de Vladimir Poutine au pouvoir en 2000.
La discorde entre Berezovski et Poutine était intervenue une fois ce dernier installé à la présidence. Le magnat, qui avait à plusieurs reprises dit craindre pour sa vie, s’était exilé en Grande-Bretagne en 2001 et avait obtenu l’asile politique deux ans plus tard.
Berezovski était également un proche ami d’Alexandre Litvinenko, dont la mort due à un empoisonnement au polonium à Londres en 2006, avait provoqué des tensions entre la Grande-Bretagne et la Russie.
Un porte-parole de Vladimir Poutine a indiqué samedi soir à la chaîne de télévision Rossya-24 que Berezovski avait récemment écrit au chef de l’Etat pour lui demander de l’aider à rentrer en Russie.
« Il y a environ deux mois, Berezovski a envoyé une lettre à Poutine qu’il a écrite personnellement, dans laquelle il reconnaissait avoir commis des erreurs et il demandait à Poutine de l’aider à rentrer dans son pays », a dit Dmitri Peskov.
Berezovski, qui avait débuté dans les affaires en achetant et revendant des automobiles Lada en 1989, avait bâti sa fortune sur les ruines de l’économie soviétique, profitant de la corruption pour mettre la main sur des entreprises pétrolières et métallurgiques.
Le Journal du Siècle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles