dimanche 10 février 2013

Chokri Belaïd



Chokri Belaïd en 2012.

Chokri Belaïd (شكري بلعيد), né le 26 novembre 1964 à Djebel Jelloud et mort le 6 février 2013 à El Menzah, est un homme politique et avocat tunisien. Son assassinat provoque des manifestations violentes et la plus grave crise gouvernementale depuis la révolution en Tunisie.

Biographie

Chokri Belaïd étudie le droit en Irak avant de poursuivre des études de troisième cycle à l’université Paris-VIII, en France.

Dans les années 1980, il est très actif au sein de l'Union générale des étudiants de Tunisie dont il est élu membre du bureau exécutif au 18e congrès extraordinaire du syndicat. Il est chef de la mouvance des patriotes démocrates à l'université tunisienne. En avril 1987, il est détenu à R'jim Maâtoug au sud de la Tunisie, sous la présidence de Habib Bourguiba pour son activisme politique en milieu universitaire. Il est relâché en novembre 1987 à la prise du pouvoir par Zine Abidine Ben Ali.

Il devient avocat défenseur des droits de l'homme et a souvent plaidé dans les procès politiques sous le régime du président Ben Ali. En 2008, il dénonce la répression des grèves de Gafsa1.

Au lendemain de la révolution tunisienne, il devient membre de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique. Il est aussi membre du conseil de l'ordre des avocats. Le 12 mars 2011, il fonde son propre parti politique, le Mouvement des patriotes démocrates2. Il participe avec son parti à la création du Front populaire qui est une coalition de plusieurs partis de gauche.

En mai 2012, il est l'avocat de la chaîne de télévision Nessma accusée d'avoir diffusé le film Persepolis3.
Vie privée

Il est marié à Basma Khalfaoui et est père de deux filles, Nayrouz et Nada45. Sa première fille, Nayrouz, veut devenir avocate comme lui et militer pour les droits de l'homme6.
Décès

Chokri Belaid du Mouvement des Patriotes démocrates

Il est assassiné par balles le 6 février 2013 alors qu'il sort en voiture de son domicile du quartier d'El Menzah 67,8. Il est transporté d'urgence à la clinique Ennasr, où plusieurs personnalités politiques et culturelles étaient rassemblées. Il meurt à 8 heures 459.

Ce meurtre déclenche alors de nombreuses manifestations dans tout le pays. En signe de protestation contre cet assassinat, les bureaux d'Ennahda à Sfax, Monastir, Béja, Gafsa et Gabès sont brûlés et saccagés10, les manifestants demandant le départ du gouvernement Hamadi Jebali ainsi que la Troïka, dénonçant leur incompétence. Son frère accuse le parti au pouvoir Ennahda d'avoir fomenté cet assassinat, vu que Chokri Belaïd parlait de violence politique et disait qu'il est menacé et sur écoute11.

Le président français François Hollande dénonce fermement cet assassinat politique12 ainsi que l'ambassadeur américain, Jacob Walles13 et le Parlement européen qui lui rend hommage14.

Le soir même, le chef de gouvernement toujours en poste, Hamadi Jebali, annonce la dissolution du gouvernement, son remplacement par un autre gouvernement de technocrates, et fait part de l'organisation d'élections à aussi brève échéance que possible15,16. Le lendemain, Ennahda désavoue son numéro 2 et refuse le gouvernement de technocrates17,18.

Le 7 février, l'Union générale tunisienne du travail déclare une grève générale pour le vendredi 8 février sur tout le territoire tunisien19. Le même jour, Chokri Belaïd est transporté de la maison culturelle de Jbel Jalloud au cimetière du Djellaz avec la présence de milliers de personnes (un million quatre cent milles personnes)2021. Sa veuve, Basma Khalfaoui, a déclaré : « Il avait confiance au peuple, il avait confiance en l'intelligence humaine, il avait confiance en l'intelligence des Tunisiens ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles