lundi 3 décembre 2012

La chute vertigineuse de David Petraeus


La chute vertigineuse de David Petraeus
David Pétraeus a-t-il été poussé à la démission et rebondira-t-il d’ici 2016, date de la prochaine présidentielle étasunienne ? Les Républicains préparent déjà leur revanche.
Derrière la démission de David Petraeus de la CIA, il y a « autre chose qu’une affaire de sexe », dit l’ancien espion Robert Baer, dont les aventures ont inspiré le film Syriana (Stephan Gaghan, 2005), et qui a travaillé sous plusieurs directeurs connus pour avoir des relations extraconjugales. Le père de Paula Broadwell, ex-maîtresse du général Petraeus, ajoute que c’est un « écran de fumée » derrière lequel se cache « quelque chose de plus important ».
Le 15 novembre dernier, lors de son audition au Sénat, le général s’est refusé à lier son départ à l’attaque du consulat américain et de son annexe. Il savait depuis le début, a-t-il dit, que l’opération était l’œuvre d’islamistes. C’était écrit, noir sur blanc, dans le bulletin quotidien d’information remis au président Barack Obama. La question est de savoir qui a ordonné de gommer les noms d’Al-Qaïda et d’Ansar al-Charia dans la version non classifiée remise à l’administration américaine. Peter King, congressiste républicain de New York, se fait fort de le trouver, et pourquoi. Le président américain se retrouvera en première ligne s’il est prouvé qu’il a caché le caractère prémédité de l’attaque pour ne pas nuire à sa réélection, et fermé les yeux sur  la véritable nature de l’annexe : une prison secrète pour islamistes hostiles aux Etats-Unis.
Le « Bigeard américain »
David Petraeus, 60 ans, fils d’émigré néerlandais, est entrée dans l’histoire étasunienne comme « le vainqueur de l’Irak ». Le livre que vient de lui consacrer Régis Le Sommier * lui tresse à ce sujet des lauriers immérités. La guerre d’Irak s’est tout de même soldée par un million de civils tués, selon le congressiste démocrate Dennis Kucinich.
Le « roi Daoud » (David en arabe), comme Petraeus aimait se faire appeler, doit sa réputation aux techniques employées par l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Fan du général Bigeard avec qui il correspondait, il est l’auteur du nouveau manuel contre-insurrectionnel américain, inspiré par les écrits du général Trinquier et de David Galula, du service d’action psychologique en Kabylie. Il l’a expérimenté, sous son commandement en Irak, en créant les Sahwa, milices tribales formées d’anciens d’Al-Qaïda, et en semant la terreur sous faux drapeau. Les relations humaines étant primordiales dans la lutte anti-guérilla, les GI’s ne défonçaient plus les portes des maisons, et n’humiliaient plus leurs occupants… quand ils étaient filmés. Mais, derrière la façade, les forces spéciales torturaient à qui mieux mieux.
Certes, on peut porter au crédit de Petraeus la réussite du Surge, stratégie qui a permis de planifier la retraite des troupes US sans trop de pertes. Mais, il n’en demeure pas moins que la résistance irakienne a fait plier bagages aux occupants. Comme l’a écrit Marcel Bigeard dans « Mon dernier round », après avoir encensé Barack Obama : « un outil de contre-guérilla, ça ne se prépare pas en cinq minutes».
Poussé à la démission ?
Chef du CENTCOM (Commandement pour le Moyen-Orient et l'Asie centrale), puis des forces étrangères en Afghanistan, David Petraeus entretenait des relations houleuses avec la Maison-Blanche. Il critiquait le calendrier de retrait des troupes, le jugeant trop rapide, et reprochait à Obama de ne lui avoir accordé que 30 000 hommes pour rééditer le Surge, alors qu’il en fallait plus. Mettant de côté les théories anti-guérilla, il intensifiait l’usage de drones, accroissant les dommages collatéraux. Selon le quotidien pakistanais Dawn, 90% des frappes ciblées tuaient des civils. Sans Paula Broadwell, on n’aurait jamais su qu’en janvier 2011, il avait ordonné de rayer de la carte plusieurs villages de la province de Kandahar pour punir leurs habitants qui refusaient d’indiquer l’emplacement des fabriques de bombes artisanales. Sa future maîtresse avait révélé la destruction justifiée de Tarok Kolache sous 25 tonnes de bombes, au motif que les militaires US étaient « terrifiés » lorsqu’ils traversaient les vergers qui l’entouraient.
Nommé à la tête de la CIA sur recommandation de son prédécesseur Robert Gates et des trois derniers présidents des Etats-Unis, Petraeus accéléra la militarisation de l’agence de renseignement. Le 30 septembre 2011, au Yémen, des tirs de drone tuèrent avec l’autorisation d’Obama, Anwar Al-Aulaqi  et Samir Khan, deux citoyens américains liés à Al-Qaïda. Le 14 octobre suivant, ce fut le tour de Abdulrahman Al-Aulaqi, 16 ans, et de 7 autres personnes dont deux enfants. On dit qu’Obama reproche depuis à la CIA et au JSOC (Programme commun Special Operations Command) de le mettre devant le fait accompli dans les deux-tiers de ce genre d’assassinats.
Très courtisé, Petraeus a repoussé la proposition de Mitt Romney d’être son Vice-président, mais il ne convainquait pas l’AIPAC et l’ADL (Anti-Diffamation Ligue), deux lobbies pro-israéliens, quand il disait ne pas avoir d’ambition présidentielle. Aux aguets depuis qu’en mars 2010, il a lié les difficultés des Etats-Unis au Proche-Orient au conflit israélo-palestinien, expliqué que soutenir Israël ne fait pas progresser les intérêts des Etats-Unis, et que ce « favoritisme » est à l’origine du sentiment anti-américain qui affaiblit les régimes arabes modérés, est pour eux une déclaration de guerre. Croire qu’ils ne le lui feraient pas payer un jour est faire preuve, là aussi, d’un « énorme manque de jugement ».

* David Petraeus - Un beau jour dans la vallée du Tigre, par Régis Le Sommier (Editions Erick Bonnier, 2012 – 20 €)

Sur le même sujet, lire aussi :
L’affaire Petraeus : Sexe, arrivisme et espionnage
http://0z.fr/9i9KO


Alter Info
l'Information Alternative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles