lundi 8 avril 2013

Le message de Théodor Herzl est toujours vivant

Le match de qualification pour la Coupe du Monde, le mois dernier, entre la Roumanie et la Hongrie dans le stade Ferenc Puskás à Budapest, a été une affaire discrète. Malgré le fait que la Roumanie a obtenu le match nul 2-2 grâce à un but à la dernière minute, l’ambiance n’était pas ce qu’elle aurait dû être – le stade était vide !
Theodor Herzl
La Fifa avait interdit aux fans hongrois de venir supporter leur équipe comme punition pour leur comportement honteux les matchs précédents, quand ils criaient des slogans antisémites lors du match « amical » contre Israël en août 2012. Lorsque la Hatikva, l’hymne national israélien, avait été joué dans le stade, la foule avait tourné le dos au joueur et avait sifflé cet chanson d’Espoir. Puis, pendant le match, on a pu entendre des qualificatifs comme « Les juifs puant » et « Heil Mussolini ! ». Régulièrement, sur les terrains de Hongrie, on entends une petite chanson adaptée de « le train va à Auschwitz ».
Non pas que le football anglais est exempt de ce genre de déchets dangereux. Jusqu’à ce que le juif Roman Abramovich reprenne Chelsea en 2003, certains fans simulait le bruit d’une « fuite de gaz » quand des joueurs juifs entraient sur le terrain. C’est pourquoi le Salut Nazi de Paolo Di Canio, nouvel entraîneur d’une équipe anglaise, est lui aussi puant.
Mais les choses sont bien pires en Hongrie. Budapest peut avoir la plus grande population de juifs d’Europe centrale, mais certains d’entre eux se demandent maintenant s’il est temps de partir ou non. Un mois après le match contre Israël, un leader éminent de la communauté juive a été roué de coups par des inconnus dans la rue qui criaient « sales juifs pourris, vous allez tous mourir ».
La station de radio Sainte Couronne – enregistré aux États-Unis, et donc protégée par la liberté de la parole – a défendu cette attaque comme «une réponse au terrorisme juif en général ». Et, en novembre dernier, le chef du parti Jobbik, le troisième plus grand parti au parlement hongrois, a appelé les Juifs hongrois influents a être inscrits sur une « liste » puisqu’ils représentent une menace à « la sécurité nationale. » Et l’on ne compte plus les tombes juives profanées, les statues érigées à la ferveur de Miklos Horthy, un collabo et autres absurdités. Avec la crise financière, la montée du chômage, et la côté ridicule du gouvernement, tout cela ne fait que nous rappeler le passé.
C’est pourquoi la relecture du livre de Theodor Herzl « La question juive » dans un café de Budapest, face à la superbe Synagogue de la rue de Dohány, est plus que jamais d’actualité. Herzl est né en 1860 dans la maison à côté de la synagogue et y a fait sa bar-mitsva. Plus tard, il est parti pour l’Autriche et est devenu le père fondateur du sionisme moderne. Beaucoup de choses qu’il avait alors prédit se sont avérées être vraies. D’autres choses non. « Les juifs, une fois installés dans leur propre Etat, n’auront probablement plus d’ennemis » était une de ses prédictions naïves. Et son désir pour la renaissance de l’Etat Juif veillait à ce que les religieux n’aient pas la possibilité de « s’immiscer dans l’administration ou à l’armée. » Cela ne s’est pas réalité. Mais le sentiment d’Herzl sur le fait que les juifs, même assimilés, ne seraient jamais protégés par leur intégration , est un fait réel.
Je suis un sioniste. Pas un sioniste de droite. Pas un partisan du mouvement de implantations sionistes. Le suit un universaliste de gauche, qui aime Herzl, et sent que tout ce que décrivait Herzl en son temps est en train de resurgir aujourd’hui. Mais malgré toutes les maladresses politiques d’Israël, la nécessité de ce pays comme refuse pour les juifs de Hongrie par exemple, est essentielle.
« Je vous pose maintenant directement la question » écrivit Herzl. « Doit-on partir dès à présent, et où ? » C’était en 1897. Pour beaucoup, cette question reste encore vivante aujourd’hui.
Par Gilles Fraser – The Guardian – JSSNews

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles