vendredi 12 avril 2013

Femen et l'Islam ...



Depuis quelques années, il est apparu sous le ciel parisien, une Ukrainienne de 22 ans accompagnée d’autres jeunes femmes et qui ont décidé de se mettre nues en écrivant des obscénités et insultes contre Jésus (PSL) sur leur torse. Au début, c’était sur le dos mais les caméras préfèrent les seins… alors va pour les seins ! Au début aussi, c’était contre la religion chrétienne et ce qui reste encore comme morale dans la société qui, depuis mai 68, célèbre le nu comme le summum de l’art et la beauté. C’était tout de même peu compréhensible même si on acceptait cette idée ‘’novatrice’’ de revendication, parce qu’il ne persiste qu’une chrétienté délavée en France, jadis fille aînée de l’Eglise.

Sous la houlette d’un chef d’orchestre qui finance et entretien quelques amazones à Paris, les Femen multiplient les coups de pubs et provocations dont une mise à nu dans la cathédrale Notre Dame de Paris après l’annonce de la démission du Pape Benoît XVI. Tout ceci avec la complicité des médias et des responsables politiques Français et avec un silence malicieux  des ‘’intellectuels’’.  Personne ne parle d’attentat à la pudeur ou du sacrilège de lieux de culte qui plus est est symbolique, on peut alors rafraîchir et mettre au goût du jour le célèbre slogan soixante-huitard : « Il est interdit d’interdire ».

Le printemps arabe et la révolution numérique qui encourage les hommes et les femmes de par le monde à s’étaler sur Facebook,  nous aident à comprendre le véritable « target point » (dessein) de ce mouvement qui nous vient des descendantes des Khazars. C’est encore une fois l’attaque de l’Islam, mais il a bien fallu commencer par la chrétienté, qui n’est plus,  avant de passer à l’offensive sur l’Islam. Amina, pace que c’est bien de cette jeune Tunisienne de 19 ans qu’il s’agit, se fait photographier les seins nus, en position lascive une cigarette à la main avec l’inscription en arabe : « Mon corps m’appartient, il est l’honneur de personne ». Tout est dit dans ces deux phrases. Il s’agit du corps et de l’honneur.
 
En Islam, le corps ne nous appartient pas, il est un octroi du Seigneur. On a obligation de s’en occuper, de le soigner et de ne pas en abuser. Ni le détruire par les drogues et le suicide et encore moins le vendre ou le louer. On peut ne pas être d’accord, c’est notre droit, alors ce n’est plus de l’Islam. L’honneur est le ciment de toutes les sociétés qui ont gardé encore des valeurs de dignité, ce n’est pas  une caractéristique de l’Islam. Par contre en Islam, le tuteur légal d’une femme : son père, son frère ou son mari, est responsable devant Dieu et devant les hommes, de son honneur. Celles qui souhaitent s’affranchir de ces règles sont libres également, mais là aussi, ça n’a plus rien à voir avec l’Islam.

Amina serait séquestrée par sa famille selon les médias dominants et leurs caisses de résonances et toutes les femmes (et les hommes) épris de liberté sont priés de se mobiliser pour ‘’libérer Amina’’.  L’icône arabe et ‘’musulmane’’ qu’il fallait est trouvée, alors la mobilisation commence à prendre forme avec la bienfaisance de Facebook, le nouvel instrument de diffusion et de contacts mais également de destruction massive des sociétés. On a eu même droit aux seins de la pourfendeuse de l’Islam Caroline Fourest, qui a suivi le même chemin que les femen : en se faisant connaître en écrivant un livre, nous dit-on, qui dénonce les intégrismes religieux pour enfin se consacrer à ce pour laquelle elle a été mise en selle : une attaque en règle de l’Islam.

Il s’ensuit l’arrivée en scène de femen beurettes pour s’en prendre à la Profession de foi des musulmans, brûlée devant la Mosquée de Paris. La Profession de foi est marquée sur une banderole noire, médiatisée depuis le 11 septembre comme emblème salafiste.  Et qui pourrait bien défendre une telle banderole après l’épée de Damoclès qui s’est dressée sur la tête des musulmans en France, depuis la fumeuse affaire Merah ? Peu de gens... En toute inconscience, les ‘’représentants’’ du culte musulmans en France restent muets, ne voyant pas le manège qui se prépare ni les mains invisibles du marché de l’islamophobie.
 
Les êtres humains naissent nus, sont dévêtus après leur mort et mis dans un linceul (dans la religion musulmane) et seront de même lors de la résurrection (toujours selon la religion musulmane). L’habillement est le propre de l’homme par rapport aux animaux. Des étoffes qui varient selon les régions et les cultures et selon les saisons. D’ailleurs, les conquistadors qui ont massacré les indigènes, en Amérique, en Afrique et en Australie, les ont traités dans leurs récits de « barbares » parce qu’ils étaient justement dévêtus.
Les Femen, féministes de la dernière heure, montrent leurs attributs parce qu’avantagées par une certaine plastique et une jeunesse. Elles insultent toutes les autres femmes qui sont moins favorisées par ces attributs. Mais les magazines de mode et les reality show n’ont-ils pas ouvert la voie vers cette dépravation en starifiant des prostituées ou des femmes légères sans cervelle au mépris de toutes les femmes responsables, vertueuses et mères de familles ?
Tout se passe sous le regard médusé et souvent complaisant d’une humanité ébahie et endormie.
Médecin gynécologue, j’ai appris que les femmes ne se mettent nues que devant leur docteur ou leur partenaire sexuel. Le corps de la femme, quelle qu’il soit sa nature, sa beauté et ses défauts mérite le respect, pas l’exposition vile et gratuite. Après le voyeurisme et  la pornographie, c’est le début d’une pornographie dite de contestation. Prélude à une acceptation du nu sur les trottoirs. N’est-il pas à la mode depuis deux ou trois ans de sortir avec des collants que les femmes mettaient sous leurs jupes ou pantalons ? Et toutes les jeunes femmes de par le monde suivent inconsciemment des habilleurs obscurs qui leur font  exposer de plus en plus d’attributs.
Il a été enseigné aux musulmans que parmi les signes de la fin des temps, les femmes sortiront nues dans la rue et les humains s’accoupleront quand leur bon leur semble, sans se soucier ni des passants ni de leur exposition, exactement comme des ânes. C’est pour cela que le mouvement Femen évoluera inéluctablement vers Fem-âne... A suivre, alors.


Alter Info
l'Information Alternative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles