samedi 29 décembre 2012

Ghannouchi a donné son accord pour assassiner quatre personnalités tunisiennes

 Tunisie: Après une réunion secrète avec Saïd Ferjani et Ajmi Lourimi, Rached Ghannouchi a donné son feu vert pour assassiner Béji Caïd Essebsi, Hamma Hammami, Tahar Ben Hassine et Amor Shabou. Le but de la décision, semer la peur au sein de l'opposition et baliser le terrain avant les prochaines élections pour que l'islamisation de la Tunisie devienne irréversible.
Ghannouchi a donné son accord pour assassiner quatre personnalités tunisiennes
Nous avons eu l’information depuis une semaine, mais nous n’avons pas voulu la diffuser compte tenu du doute qui a pesé sur son origine. Notre informateur nous disait qu’à la suite d’une réunion secrète entre de hauts dirigeants d’Ennahda, il a été décidé d’éliminer physiquement quatre personnalités politiques tunisiennes sans nous indiquer leurs noms ni dans quel intérêt. Cette personne nous appelé au téléphone le vendredi 14 décembre et a prétendu qu’elle était à Tunis. Vérification faite, il s’est avéré que la communication venait d’Alger, même si l’accent de notre mystérieux correspondant était tunisien. Ce mensonge nous a donc amené à considérer cette information comme une intox pour piéger Tunisie-Secret ou pour d’autres raisons obscures.

L’affaire devait s’arrêter là d’autant plus que des appels téléphoniques de ce genre ou des courriels tout aussi mystérieux avec des messages qui sentent l’intox et la manipulation, nous en recevons tous les jours. Seulement voilà, des faits troublants nous poussent aujourd’hui à rendre public cette information. Le lundi 17 décembre, nous avons reçu un autre coup de téléphone localisé cette fois-ci  en Tunisie. Il s’agit de la même information. Mais cette foi-ci, notre interlocuteur nous donne des noms et nous informe surtout qu’il a fait la même démarche auprès de trois sites d’informations connus en Tunisie. Il nous a dit que, fin novembre dernier, une rencontre secrète a réunie Rached Ghannouchi, Saïd Ferjani, Ajmi Lourimi et deux autres personnes dont notre interlocuteur n’a pas voulu révéler les noms. Il aurait été décidé ce soir là de programmer l’assassinat de quatre personnalités tunisiennes, pour « servir de leçon », selon les propres termes de Rached Ghannouchi.
  
 Nous avons attendu une semaine et aucun de ces trois sites tunisiens n’a jugé utile de publier « l’information », ni d’en faire la moindre allusion. Alors, dans le doute, nous avons décidé de le faire indépendamment de la véracité de cette « information ». Nous le faisons par obligation morale et peut-être pour éviter le pire aux éventuelles victimes de ce plan diabolique tout à fait plausible lorsqu’on connaît le passé de ces trois islamistes cités.

A vrai dire, ce sont les noms des personnalités désignées qui nous a intrigués. Ces quatre personnalités sont Béji Caïd Essebsi, Hamma Hammami, Tahar Ben Hassine et Amor Shabou. Pourquoi eux précisément ? La question mérite d’être posée, d’autant plus que nous avons appris hier soir que, ce qui s’est passé à Djerba contre les militants de Nidaa Tounis, n’était pas un banal sabotage de réunion mais une tentative d’éliminer physiquement Béji Caïd Essebsi. C’est pour cette raison que nous avons décidé de rendre public l’information que nous avions depuis le 14 décembre dernier.

Troubler le meeting de Nidaa Tounis, provoquer la panique et en profiter pour viser Béji Caïd Essebsi en personne et en faire endosser la responsabilité à un détraqué mental, volontaire pour venger la mort de Salah Ben Youssef. Actuellement, circule sur Internet l’information selon laquelle Abdellatif Mekki, le ministre de la Santé, s’est rendu à Djerba trois jours avant le meeting de Nidaa Tounis pour galvaniser les youssefistes. Diversion : celui qui s’est rendu à Djerba n’est pas Abdellatif Mekki mais Ajmi Lourimi, originaire de cette ville, né à Chatt Mériam le 8 janvier 1962, déjà condamné à perpétuité en 1992 par un tribunal militaire pour complicité dans la préparation d’un attentat contre Ben Ali. L’homme a donc des atouts organisationnels et des reflexes terroristes bien développés. Les services français connaissent d’ailleurs très bien son dossier.

Abstraction faite de toutes ces « informations », nous pensons que, tôt ou tard, les islamistes vont passer à la violence et au terrorisme, et que ce cycle commencera précisément par l’élimination de toutes les personnes dans lesquelles Rached Ghannouchi verrait un concurrent politique sérieux ou une menace qui limiterait l’hégémonie d’Ennahda. C’est dans la logique même de ce mouvement théocratique, qui n’a jamais hésité de recourir à la violence pour usurper le pouvoir. A plus forte raison aujourd’hui, que le pouvoir est entre ses mains et qu’il ne lâchera plus jamais sans provoquer un bain de sang.
http://www.tunisie-secret.com

Tunisie Secret         

Lire aussi : Explosif : les relations entre les Américains et les islamistes tunisiens remontent à 2004
Interview exclusive. Fethi Amdouni : J’ai fait avorter le coup d’Etat islamiste du 8 novembre 1987

           






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles