samedi 1 juin 2013

Turquie : Nouveaux heurts entre policiers et manifestants à Istanbul



Des affrontements se sont produits samedi pour la deuxième journée consécutive à Istanbul entre plusieurs centaines de manifestants qui tentaient d'accéder à la place Taksim dans le centre de la ville et les forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau.

Les protestataires, dont certains portaient des foulards ou des masques de chirurgien sur le visage, ont scandé des slogans appelant à "l'unité contre le fascisme" et à la "démission du gouvernement", selon un journaliste de Reuters.

Les manifestants se sont également heurtés aux forces de l'ordre dans le quartier de Besiktas, sur les rives du Bosphore, après avoir franchi un pont pour tenter d'accéder à la place Taksim.


La contestation a débuté lundi soir dans le parc Gezi lorsque trois arbres ont été arrachés dans le cadre d'un projet gouvernemental d'aménagement urbain.

L'incident s'est immédiatement transformé en critique contre le Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan et son Parti de la justice et du développement (AKP).

De source médicale, on précise que près d'un millier de personnes ont été blessées lors des affrontements survenus vendredi à Istanbul, les plus manifestations antigouvernementales les plus violentes depuis plusieurs années.

Au moins six personnes ont perdu un oeil après avoir été touchées par des grenades lacrymogènes, indique l'association des médecins turcs.

Les violences ont commencé vendredi matin lorsque les forces de l'ordre sont intervenues pour disperser quelques protestataires qui occupaient le parc Gezi.

Des manifestations ont été signalées dans la capitale Ankara et dans la ville côtière d'Izmir vendredi soir. Des appels ont été lancés sur les réseaux sociaux pour l'organisation de mouvements similaires dans une douzaine d'autres villes.

Le département d'Etat américain a exprimé sa préoccupation face au nombre de blessés tandis qu'Amnesty International et le Parlement européen se sont émus d'un usage excessif de la force.

Le ministre de l'Intérieur Muammer Guler a précisé que ces accusations vont faire l'objet d'enquêtes.

Alter Info
l'Information Alternative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles