jeudi 27 juin 2013

L’armée nationale tunisienne est chichement équipée


En ce mois de juin 2013, l’armée tunisienne fête son 57ème anniversaire et perd sone chef d’état major, le général Rachid Ammar. L’armée républicaine tunisienne, cette grande muette, est aussi, la grande ignorée du grand public, rares sont les tunisiens, même parmi les spécialistes, qui sont en mesure de situer aujourd’hui, avec assez de précision, le format de l’armée tunisienne. Mieux, à l’occasion d’opérations menées par l’armée, au Jebal Châambi, tout le monde s’est improvisé spécialiste, pour parler en détail, de l’armée tunisienne. Il est vrai que les tunisiens, dans leur grande majorité, sont d’accords sur deux points : Le grand degré de maitrise de leur camp d’opération, des officiers tunisiens et des appelés du contingent, correctement formés et la faiblesse chronique des équipements dont dispose cette armée. Ce papier est destiné à mieux cadrer l’armée tunisienne.


Mais avant de vous donner une idée sur les effectifs et les équipements de l’armée nationale, il est utile de rappeler que l’état-major se composait en 2010, de la manière suivante : Le chef d’état-major de l’armée de terre était le général de corps d’armée, Rachid Ammar, celui de l’armée de l’air était le général de brigade, Taïeb Laâjimi, et celui de la marine nationale était le contre-amiral, Mohamed Khamassi. En avril 2011, après la révolution du 14 janvier, qui obligea Ben Ali, à fuir le pays, le général Ammar devient chef d’état-major des armées, tout en restant chef d’état-major de l’armée de terre. Le 1er septembre 2012, le colonel-major, Mohamed Néjib Jelassi, devient chef d’état-major de l’armée de l’air et Taïeb Laâjimi, devenu entre temps général de division, est nommé inspecteur général des forces armées. En juin 2013, le général Rachid Ammar annonce publiquement, son départ à la retraite.


La création de l’armée nationale est décidée le 21 juin 1956. Elle est alors, constituée d’environ 9 500 hommes, qui servaient dans l’armée française et la garde beylicale. 25 officiers, 250 sous-officiers et 1 250 soldats sont transférés de l’armée française, à l’armée tunisienne. Le 30 juin 1956, l’armée tunisienne est officiellement fondée par décret publié au JORT n° 52 des 29/30 juin, 1956. L’intégration de la garde beylicale, l’apport des conscrits du service militaire, rendu obligatoire en janvier 1957, et le rappel des réservistes permettent à la jeune armée de passer de trois à douze bataillons et de 2 300 à 20 000 hommes, dès 1961. 60 % des forces servaient alors, à la surveillance des frontières. Le 10 janvier 1957, une loi interdit à tout militaire d’être membre d’un groupement ou d’un parti politique, ce qui n’empêchera pas ZABA de devenir président et de nommer deux officiers au poste de ministre, donc, membres du gouvernement, en flagrante contradiction avec la loi.


La marine nationale, fondée en 1958, reçoit ses premiers navires, dès l’automne 1959. Quant à l’armée de l’air, elle acquiert ses premiers avions de combat, en 1960. Si les fournisseurs de l’armée tunisienne sont extrêmement nombreux, les États-Unis restent les plus grands pourvoyeurs de l’armée de terre et de l’air. Cependant, le fusil d’assaut qui équipe l’armée de terre, le célèbre Steyr AUG est de fabrication autrichienne. Très apprécié par les soldats tunisiens, il ne s’agit pas seulement d’un fusil d’assaut, mais plutôt d’un véritable système d’arme, puisqu’il est conçu pour pouvoir être modifié, en quelques secondes, à l’aide d’un simple kit et ainsi passer d’une version à une autre. Cette configuration lui permet de rester compact, sans sacrifier la longueur du canon. Quant à la formation des cadres, d’abord assurée par les écoles militaires françaises et américaines, elle est progressivement confiée aux écoles militaires tunisiennes, nouvellement créées.


En dehors de la bataille de Bizerte que l’on évoquera en temps opportun, la plus grande tragédie connue par l’armée tunisienne est celle survenue il y a onze ans,le 30 avril 2002. Ce jour là, aux environs de 18 h 15, la direction de l’armée de terre composée du général de brigade Abdelaziz Skik, qui avait dirigé le contingent tunisien au Cambodge, de deux colonels-majors, trois colonels, quatre commandants, deux lieutenants et un adjudant-chef disparaît dans un accident d’hélicoptère, non loin de la ville de Medjez el-Bab. A l’époque on avait soupçonné un coup monté par Ben Ali, pour décapiter l’armée, dont il se méfiait fortement.


D’après les informations à notre disposition voici maintenant une idée assez précise du format réel de l’armée nationale tunisienne :


Armée de terre


L’armée de terre, forte de 27 000 hommes, est répartie entre quatre régions militaires : Bizerte, Tunis, Béja et Gabès. Elle se compose de :


- huit régiments d’infanterie mécanisée basées à Kairouan, Béja, Gabès, Kasserine et Gafsa




- six unités de commandos parachutistes basées à Borj el-Khadra et Remada




- six unités des forces spéciales basées à Remada




- six brigades d’élite de la protection présidentielle




- une unité de la police militaire




- seize bataillons de blindés.


On y ajoute les troupes paramilitaires soit :


-Les brigades de l’ordre public (BOP) : 2 000 hommes




- La garde nationale : 7 000 hommes


Equipements :


Chars de combat :


89 chars de combat dont 84 en service : 54 M60-A3 et 30 M60-A1




59 chars SK-105 Kürassier


Blindés légers


110 Fiat – OTO Melara 6614




24 Saladin




18 EE-9 Cascavel




18 EE-11 Urutu




45 AML-90


Armée de l’air


L’armée de l’air a à sa disposition, la base aérienne de l’Aouina, accolée à l’aéroport de Tunis-Carthage. Elle dispose également de l’aérodrome de l’École de l’aviation de Borj El Amri, ainsi que les bases aériennes de Bizerte (Sidi Ahmed), Gabès, Gafsa et Sfax. Elle se compose de 4 000 hommes.


Equipements :


Chasseurs de combat et chasseurs :


15 Northrop F-5 Tiger II (douze F-5E et trois F-5F)




6 Aermacchi MB-326 (trois MB-326K et trois MB-326L16)


Avions d’entraînement et d’appui feu :


12 Aero L-59 Albatros16 acquis en 1995 en République tchèque


Transport de fret et de troupes :


Lockheed C-130 Hercules (cinq à six de type C-130B, un de type C-130E et deux de type C-130H)




1 Dassault Falcon 20




2 Let L-410 Turbolet




5 Aeritalia G.222




18 Aermacchi SF.260




2 Aermacchi S.208


Hélicoptères :


5 à 7 SA 341Gazelle




6 SA.318 Alouette II




3 SA.319 Alouette III




15 Bell 205




4 Bell 212




4 Bell 412




1 AS365 Dauphin




6 Eurocopter AS350 Écureuil




1 Eurocopter AS355 Écureuil 2




1 Hughes 500




1 Sikorsky S-76 Spirit




1 Sikorsky SH




3 Sea King




4 Bell UH




1 Iroquois


Marine nationale


Outre le fait de défendre la zone maritime tunisienne, la marine nationale aide grandement, la marine italienne à limiter les passagers clandestins vers les côtes européennes. Elle réalise également des missions de sauvetage en mer. Elle se compose de 4 500 hommes.Les navires de la marine nationale se répartissent sur les six bases navales de Bizerte, Kélibia, La Goulette, Sfax, Sousse et Tunis.


Equipements :


23 patrouilleurs lance missiles




15 patrouilleurs (appartenant à la garde nationale)




4 frégates




6 dragueurs




2 dragueurs de mines


En conclusion, on peut affirmer que l’armée nationale est chichement équipée. elle ne dispose d’aucun équipement moderne de qualité. A titre de comparaison, le Maroc dispose de 24 F-16 et 27 Mirages F1. L’Algérie aligne de son côté, 461 avions, dont 241 de combat. On y trouve 34 Mig-29, 14 Mig-25, 22 Sukhoi SU-24, 28 Sukhoi SU-30 plus quatre sous-marins. Je pense qu’il est temps de remédier à cela.


Par Ridha Ben Kacem le 27 juin 2013





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles