mardi 21 mai 2013

Algérie: Maladie du Président, Enrico Macias y va de sa chanson


Algérie: Maladie du Président,  Enrico Macias y va de sa chanson
Le chanteur pied-noir Enrico Macias dit avoir vu la semaine dernière le président Abdelaziz Bouteflika sur son lit d’hôpital au Val-de-Grâce «dans un état grave», au point de «n’avoir pas pu parler». Interrogé par le journal qatari Al Arab, ce chanteur juif aux origines algériennes s’est montré affirmatif sur la dégradation de l’état de santé du chef de l’Etat, exprimant «des inquiétudes» quant à ses chances de se rétablir. «J’ai vraiment peur pour la vie du président Bouteflika à cause de la maladie dont il souffre depuis près d’un mois», a-t-il souligné tout en indiquant avoir abordé avec l’entourage du Président la question de son empêchement par le passé de visiter l’Algérie. Enrico Macias qui se dit «pessimiste» quand à l’évolution de l’état de santé de Bouteflika estime que «la situation en Algérie n’est pas si catastrophique» et qu’il garde «une bonne relation avec le Président, malheureusement, son état de santé n’est pas du tout rassurant». Enrico Macias est le première personnalité de renommée mondiale à s’être exprimée sur l’état de santé de Bouteflika après lui avoir rendu visite à l’hôpital que tout le monde dit difficile d’accès. Le chanteur ne dit cependant pas comment et qui lui a permis de rendre visite au président Bouteflika. Cela tout en sachant que de hauts responsables et personnalités algériennes n’ont pas pu accéder à l’hôpital. Enrico Macias rajoute ainsi une couche aux tas de rumeurs qui circulent ici et là-bas sur le réel état de santé de Bouteflika. Aussi, l’historien également pied-noir, Benjamin Stora, a affirmé, ce mardi matin, sur Europe1, qu’il «est très difficile de savoir si le président algérien est toujours en vie ou non». Il estime que «l’absence de communication des sphères du régime indique précisément que toute une série de tractations ont lieu. Si la tractation était aussi sereine, il y aurait une communication plus simple, évidente, transparente, autour de la santé de Bouteflika». Des médias français, citant des sources médicales et militaires, parlent depuis deux jours de la dégradation de la santé du Président. Un quotidien algérien est allé jusqu’à dire qu’il est rentré en Algérie depuis cinq jours dans un coma profond. On dit également qu’en plus de son accident ischémique transitoire, Bouteflika souffrait de métastase de son cancer d’estomac. Des rumeurs distillées par certains médias depuis plusieurs jours mais qui sont difficiles à vérifier. Hier, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait démenti toutes ces fausses informations et affirmé que le pronostic vital du Président «n’a jamais été engagé». Mais ce démenti n’a pas fait arrêter les rumeurs persistantes sur sa mort. Ainsi, chacun y va de sa chanson. Enrico Macias en a d’ailleurs fait la sienne.

http://www.algeriepatriotique.com/article/maladie-du-president-enrico-macias-y-va-de-sa-chanson

Il est toujours en France: le président Bouteflika a quitté le Val-de-Grâce

C’est officiel. Le président Abdelaziz Bouteflika a quitté mardi le Val-de-Grâce où il avait été hospitalisé le 27 avril dernier après un mini AVC. Le chef de l’Etat a été transféré « dans un autre établissement afin d'y poursuivre sa convalescence », a annoncé le ministère français de la Défense.

Le nom de l'établissement n'a pas été précisé par le ministère dans son communiqué. En fin d’après-midi, le quotidien français L’Opinion affirmait sur son site internet que M. Bouteflika avait quitté le Val-de-Grâce, pour rejoindre un appartement de convalescence aux Invalides, à Paris.

Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a indiqué de son coté, lors d’un point de presse que Bouteflika se trouvait toujours en France. « Il est en effet en France », a-t-il déclaré, sans donner d’autres détails.

M. Bouteflika a été hospitalisé dans cet hôpital le 27 avril dernier, officiellement pour des examens approfondis après un mini-AVC.

Lundi, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a assuré que la maladie du président Abdelaziz Bouteflika « ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir ». « Je voudrais rassurer nos concitoyens sur l'état de santé de Monsieur le président de la République », avait-il dit dans une déclaration rapportée par la télévision et l’agence APS.

M. Sellal a assuré aussi que « le pronostic vital de Bouteflika n’a jamais été engagé ». « Après avoir subi des examens médicaux à l'hôpital du Val-de-Grâce, à Paris, le président de la République, dont le pronostic vital n'a jamais été engagé et qui voit son état de santé s'améliorer de jour en jour, est tenu, sur recommandation de ses médecins, d'observer un strict repos en vue d'un total rétablissement », a-t-il affirmé.


C'est la quatrième fois depuis 2005 que le président algérien est hospitalisé en France, selon L’Opinion.


http://www.tsa-algerie.com/actualite/item/547-il-est-toujours-en-france-le-president-bouteflika-a-quitte-le-val-de-grace

Les medias sionistes francais affirment que Bouteflika aurait ete transfere dans un etablissement hospitalier traitant les lesions neurologiques tres graves et tres lourdes (ils ne disent pas ici 'mort cerebrale' ou 'etat comateux tres profond', ca veut dire la meme chose), remarquez que ce sont les israeliens qui communiquent sur Bouteflika et notament la garde rapprochee de Hollande. A l'instar de la racaille franco-israelienne Gaston Ghrenassia, dit Enrico Macias qui affirme avoir vu Bouteflika lors d'une visite a l'hopital militaire du Val de Grace dans un 'etat tres grave'... un ancien reflexe talmudique, qui refait surface, on vous dit!


http://islamic-intelligence.blogspot.fr/


Alter Info
l'Information Alternative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles