lundi 7 janvier 2013

Le garde du corps de Bachar el Assad lui met un coup de boule !

 Scoop JSSNews: Le dictateur  syrien Bachar al-Assad a tenu dimanche un rare discours, retransmis par la télévision officielle. Il a affirmé que le conflit meurtrier en Syrie n’opposait pas son régime à l’opposition, mais la Syrie à ses ennemis, qui souhaitent, selon lui, sa partition. Et alors qu’il était au pied de la tribune, une partie de la foule a tenté de lui sauter dessus…


Les gardes du corps l’on protégé mais… rien à faire… La haine était trop grande… Un garde du corps s’est alors tourné vers le dictateur et… lui a mis un discret coup de tête ! Un truc bien vicieux, presque imperceptible s’il n’y avait pas eu de vidéo:


De la lâcheté à l’état pur !
En outre, dans son discours, Bachar al-Assad a affirmé que le conflit qui a fait, selon l’ONU, plus de 60 000 morts, n’opposait pas « le pouvoir et l’opposition, mais la patrie et ses ennemis, le peuple et ses assassins« , ajoutant que certains voulaient la partition de la Syrie.
Le président a en outre appelé à un « dialogue national« , pour lequel il a affirmé ne pas avoir trouvé de « partenaire« , faisant allusion à l’opposition qui refuse d’entamer toute négociation avant un départ du chef d’Etat contesté depuis près de deux ans.
Mais ce dialogue, a-t-il précisé, ne s’ouvrira qu’à plusieurs conditions.  »Les pays impliqués doivent s’engager à arrêter de financer l’armement et les hommes armés doivent arrêter les opérations terroristes, nos forces cesseront ensuite immédiatement les opérations militaires, tout en conservant le droit de répliquer« , a-t-il affirmé.
Et ce n’est qu’après ces étapes, que se tiendra « une conférence de dialogue national, auquel participeront toutes les parties« , a-t-il poursuivi.
Si ce dialogue ne s’est pas ouvert jusqu’à présent, « ce n’est pas parce que nous ne voulons pas d’une solution politique, mais parce que nous n’avons pas trouvé de partenaire« , a-t-il ajouté.

Le président syrien s’exprimait sur la scène de la Maison de la culture et des arts dans le centre de Damas, où il est arrivé sous les applaudissements nourris de centaines de personnes qui ont scandé « Par notre âme et par notre sang, nous nous sacrifierons pour toi« .
Derrière lui s’affichait un immense drapeau syrien composé d’une multitude de visages.
« Nous avons dit lors de la formation de la Coalition que nous souhaitions une solution politique, mais l’objectif pour les Syriens est de le sortir (du pays) et ils ont déjà perdu pour cela plus de 60 000 martyrs (…) ils n’ont pas fait tous ces sacrifices pour permettre le maintien du régime tyrannique« , a déclaré à l’AFP le porte-parole de la Coalition de l’opposition syrienne, Walid al-Bounni joint par téléphone.
Selon lui, le discours de Bachar al-Assad s’adresse principalement « à la communauté internationale car il est clair qu’il y a de véritables efforts (au niveau international) pour aboutir à une solution politique reprenant les exigences du peuple syrien (qui souhaite) la fin de la tyrannie et à sa tête le régime du clan Assad« , a-t-il poursuivi.

Walid al-Bounni a encore accusé Bachar al-Assad « d’écarter toute possibilité de dialogue avec les forces révolutionnaires (…) il veut dialoguer avec des interlocuteurs qu’il a choisis et refuse toute initiative reprenant les aspirations du peuple syrien et conduisant au final à son départ et au démantèlement de son régime« .
Notons que la Coalition a posé comme condition sine qua non à tout dialogue le départ du chef d’Etat contesté depuis près de deux ans.
Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a estimé dimanche que le discours du président syrien Bachar al-Assad allait « au-delà de l’hypocrisie ».
« Il est responsable des morts, de la violence et de l’oppression qui engloutissent la Syrie et ses vaines promesses de réformes ne trompent personne« , a déclaré le chef de la diplomatie britannique dans un message posté sur Twitter.
En début de matinée, le Premier ministre britannique David Cameron avait réaffirmé que le président syrien devait s’en aller.
« ‘Partez’: voilà mon message à Assad« , avait déclaré le chef du gouvernement sur la chaîne BBC 1. « La quantité de sang qu’il a sur les mains est vraiment impensable« , avait-il souligné.
Par Alhee Poney – JSSNews                                                                            

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles