jeudi 17 janvier 2013

Approche américaine de l'islamisme et du salafisme tunisiens

Document américain très important qui a été publié par "Combating Terrorisme Center" (CCT) et dont l'auteur est Anne Wolf, une chercheuse américaine qui a été en mission en Tunisie après la "révolution du jasmin". Malgré ses insuffisances et la dominance du point de vue islamiste sur cette chercheuse, ce document est utile à lire car il indique l'approche américaine de l'islamisme dans ses rapports au salafisme-djihadisme. Ce document a été publié en anglais et nous avons tout fait pour rendre sa version française compréhensible.
Approche américaine de l'islamisme et du salafisme tunisiens
Dans une interview de décembre 2012, le Président tunisien Moncef Marzouki a admis publiquement que son gouvernement a sous-estimé le danger posé par la Tunisie salafiste-djihadiste [1]. Depuis l'éviction de l'ancien président Zine el-Abidine Ben en 2011, la Tunisie a connu une résurgence du salafisme, y compris une violente salafiste-djihadiste. Bien que les autorités tunisiennes responsables de l'augmentation du nombre de djihadistes principalement sur la dynamique régionale vers le conservatisme religieux ainsi que la suppression de l'ancien régime des islamistes, il est évident que la Tunisie a un problème de radicalisation nationale. Des ressortissants tunisiens ont été récemment impliqué dans un certain nombre d'incidents violents en Tunisie et dans d'autres pays de la région, avec une formation reçue à l'étranger, comme dans la guerre civile libyenne [2]. À la fin de décembre 2012, les autorités tunisiennes ont même démantelé une cellule terroriste liée à Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) qui préparait des actes de sabotage [3]
Cet article décrit les récents incidents violents en Tunisie et examine également les facteurs à l'origine de la radicalisation de certains musulmans dans le pays.
Histoire de la violence à motivation religieuse en Tunisie

Au long de son histoire récente, la Tunisie a connu des attaques sporadiques motivées par la religion. Le 2 Août 1987, quatre bombes ont explosé dans quatre hôtels de Sousse et Monastir, blessant 13 personnes. [4] Une cellule extrémiste appelé Jihad islamique, qui a ensuite été dissous, en a revendiqué la responsabilité. [5] Le 17 février 1991, trois islamistes ont attaqué le bureau du gouvernement du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), le parti de Bab Souika, en laissant un garde de sécurité mort. [6] L'attaque la plus importante, cependant, était le 11 Avril 2002, quand un jeune tunisien lié à Al-Qaîda a bombardé la synagogue de Djerba, dans le sud de la Tunisie. L'attaque s'est soldée par la mort de 21 personnes, dont 14 touristes allemands, cinq Tunisiens et deux citoyens français. [7]
En 2003, en réponse immédiate à l'attentat de Djerba, Ben Ali a mis en œuvre un ensemble complet de lois anti-terroristes. [8] Les incidents à motivation religieuse ont diminué dans les années qui ont suivies. Pourtant, en 2006, un petit groupe de cinq Tunisiens et un Mauritanien, connu sous le nom Soldats de Asad Ibn al-Furhat [9] (ou le groupe Suleiman), est entré en Tunisie à partir de l'Algérie avec des fusils Kalachnikov et des grenades [10]. Suleiman Groupe visant à établir un mouvement djihadiste l'échelle nationale pour faire tomber le régime de Ben Ali par la force. Formé par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (qui est devenu AQMI en 2007), le groupe a rapidement recruté de nouveaux membres, au nombre de 40 [11] Pourtant, le gouvernement a ensuite écrasé le groupe dans la ville de Soliman. 
Cette situation a changé avec la révolution de la Tunisie en 2011, qui a vu une résurgence de l’ultraconservatisme religieux, y compris salafiste-djihadisme. Depuis la révolution, les musulmans ultraconservateurs ont obtenu des armes et se sont affrontés avec les forces de sécurité dans tout le pays. En mai 2012, salafistes-djihadistes et les criminels ordinaires ont attaqué un poste de police ainsi que des bars vendant de l'alcool dans le gouvernorat du Kef. [12] En Juin, ils ont attaqué plusieurs bureaux de l'union tunisienne commerciale et  l'Union Générale Tunisienne du Travail ( UGTT). Le même mois, une attaque contre une exposition d'art à La Marsa a fait un mort, blessé 65 policiers et a conduit à l'arrestation de plus de 160 personnes. [13] En Septembre, les émeutiers violentes salafistes sont descendus dans les rues pour protester contre un film américain ridiculisant le prophète Mahomet et ont pris d'assaut l'ambassade américaine à Tunis. Il y a eu trois morts et l'ambassade américaine a rappelé son personnel non essentiel de Tunis. [14]
En outre, deux tuniso-djihadistes salafistes ont été arrêtés en Octobre 2012 pour leur implication présumée dans l'attentat contre l'ambassade américaine en Libye qui a conduit à la mort de son ambassadeur. L'un des suspects, Ali Harzi, a été libéré faute de preuves en Janvier 2013, bien que les autorités "fortement soupçonné" son implication. Il est, cependant, toujours face à des accusations d'appartenance à une organisation terroriste. [15]
Plus récemment, le 21 Décembre, les autorités tunisiennes a découvert une cellule terroriste affilié à Aqmi, conduisant à l'arrestation de 16 personnes, dont trois Libyens, tandis que la recherche de18 autres membres de la cellule sont toujours en cours. Les membres du groupe, connu sous le nom de milice Okba Ibn Nafaa en Tunisie, la formation aurait reçu des armes en Algérie et en Libye. [16] Ils ont cherché à établir une succursale tunisienne d'Aqmi pour renverser le gouvernement par la force. [17]
Radicalisation en Tunisie

Certains territoires en Tunisie ont toujours été plus rebelles et religieusement conservateurs que d'autres. Au sud de la Tunisie et de l'intérieur, en particulier, ont a du mal à faire face aux politiques de modernisation lancées par les gouvernements coloniaux et post-indépendance, dont les dirigeants venaient de régions favorisées. [18] Le caractère séculier du régime Habib Bourguiba et Ben Ali ont été particulièrement aliénante pour les musulmans conservateurs de la Tunisie. Les deux, Bourguiba et Ben Ali, originaires de la région côtière de la Tunisie, qui a bénéficié des dépenses publiques beaucoup plus élevé pour le développement de l'intérieur de la Tunisie et du sud, entrainant en un écart important dans la prospérité régionale et de la modernisation. [19]
La politique de Bourguiba et Ben Ali visant à limiter le pouvoir des institutions religieuses traditionnelles a aussi aliéné de nombreux musulmans conservateurs. Par exemple, peu de temps après son accession au pouvoir, Bourguiba démonté la mosquée Zaytouna et d'autres institutions islamiques avec leurs traditions séculaires de l'enseignement et de l'érudition. Sa volonté de rompre avec la plupart des traditions islamiques de la Tunisie, tels que le jeûne, [20] a conduit de nombreux musulmans conservateurs à se retirer plus loin dans la religion. Par conséquent, la société tunisienne est devenue de plus en plus polarisée entre l'élite laïque et le public généralement plus conservateur. Cela est devenu particulièrement évident lorsque l'urbanisation a exposé de nombreux musulmans conservateurs à la vie des laïcs du pays dans les grandes villes. [21]
La plus forte opposition à l'élite laïque était le mouvement islamiste Jama `a Islamiyya (Le Groupe islamique), rebaptisé Mouvement de la Tendance Islamique en 1981, puis en 1989 Ennahda. Bien que ce mouvement islamiste n'a été que vaguement liés à la violence [22], sa suppression par le régime et la persécution ont contribué à la scission de certains de ses membres et à la création de groupuscules violents de plus. [23]
Cette suppression en 1991 a été la conséquence de l'affaire de Bab Souika, à moins que le gouvernement de Ben Ali y a trouvé un prétexte pour sévir contre tout le mouvement islamiste. Les termes «islamistes» et «terroristes» sont même devenus interchangeables à bien des égards dans les cercles du régime [24]. Pourtant, la répression contre les islamistes a provoqué l'émergence d'interprétations plus radicales de l'islam en Tunisie, bien que cette tendance s'explique également par une dynamique régionale vers le radicalisme religieux à l'époque. En 2003, les lois anti-terroristes, qui ont abouti à l'emprisonnement de centaines d'islamistes, dont certains ont été torturés, encore aggravé le ressentiment que de nombreux musulmans conservateurs tenu envers le régime. [25]
Résurgence du salafisme Après la Révolution

Pourtant, ce n'est qu'après la révolution de 2011 que la Tunisie a commencé à souffrir de fréquents petits actes de violence à motivation religieuse, malgré le fait que la majorité des musulmans ultraconservateurs en Tunisie font partie des «salafistes scientifiques" qui rejettent l'usage de la violence et se concentrent sur la prédication de l’islam «pur». La plupart des salafistes scientifiques sont apolitiques, mais récemment, certains ont également décidé de participer au jeu politique par la création du Parti du Front de réforme salafiste, ou Jabhat al-Islah. [26] L'ultraconservateur Hizb-ut-Tahrir parti appartenant à l’organisation internationale avec le même nom, a également été récemment autorisée en Tunisie. À l'instar des salafistes scientifiques, Hizb-ut-Tahrir a approuvé la non-violence, bien que certains de ses dirigeants ont exprimé dans le passéune  rhétorique plus violente. Les deux groupes ultraconservateurs préconisent la création d'un califat, mais Jabhat al-Islah favorable à une approche progressive nationale pour atteindre cet objectif, tandis que le Hizb-ut-Tahrir prône une révolution islamique internationale.
Alors qu'une minorité salafiste au sein de la mouvance islamiste est généralement estimée à 10.000 personnes dans un pays d'environ 10,7 millions [27], lesTunisiens salafistes-djihadistes, qui sont prêts à adopter la violence pour atteindre leurs objectifs, ont imprégné la perception de cette mouvance dans son ensemble. De plus en plus de mélange et de collaboration entre les djihadistes et des criminels ordinaires, ou des personnes économiquement désenchantés, sont à l’origine de la récente flambée d'incidents violents en Tunisie [28].
La résurgence récente du salafisme est due à plusieurs facteurs. Plus important encore, en 2011, de nombreux militants salafistes emprisonnés sous l'ancien régime, comme Sayf Allah bin Hussayn (également connu sous le nom d'Abou Iyadh), ont été libérés de prison. [29] En outre, de nombreux exilés musulmans ultraconservateurs sont retournés en Tunisie suite à la révolution, comme Cheikh Béchir Ben Hassan, un chef de file dans le paysage salafiste de la Tunisie qui a joué un rôle actif dans la propagation de l'islam ultraconservateur depuis son retour en Tunisie. Les libertés religieuses accrues dans la jeune démocratie tunisienne ont également permis aux érudits religieux ultraconservateurs de l'étranger de venir dans le pays pour répandre leurs croyances. Par ailleurs, les difficultés économiques durables est un facteur important à jouer dans les mains des salafistes. Dans certaines régions, comme le sud-ouest de la Tunisie, le chômage s'élève à près de 30%, tandis que le chômage des jeunes est encore plus élevé. Cela augmente le ressentiment envers le gouvernement, que peuvent exploiter les salafistes. [30]
Il ya un certain nombre d'installations de soutien qui facilitent la propagation du salafisme en Tunisie. Les mosquées reprises par les ultraconservateurs restent des institutions importantes pour accroître leur influence, bien que le gouvernement a récemment réussi à reprendre quelques-unes. [31] Selon les estimations du gouvernement tunisien, l’islam radical contrôle entre 100 et 500 mosquées sur 5.000 dans le pays. [ 32] Certains imams auto-proclamés, et même l'imam de la mosquée Zaytouna, prestigieuse, a appelé à la mort des artistes de l'exposition La Marsa arts avant d'être déposé par le gouvernement. [33]
La section tunisienne de la plate-forme djihadiste Ansar al-Sharia [34], fondée par Abou Iyadh à sa sortie de prison, est un autre moyen important d'organiser et de diriger le mouvement salafiste. En mai 2012, Ansar al-Sharia a organisé un rassemblement de masse à Kairouan en présence de 5.000 salafistes. [35]. Ansar al-Sharia a également organisé de nombreuses campagnes contre le blasphème et la ségrégation des sexes encouragée. [36] De manière significative, les membres de la cellule d'AQMI démantelée en décembre 2012 étaient tous des membres actifs d'Ansar al-Sharia, même si un lien direct entre l'organisation Ansar al-Chari a et AQMI ne peut pas encore être prouvée. [37]
Dans un climat de crise régionale et la guerre en Syrie, la plupart des salafistes-djihadistes tunisiens sont toujours à la recherche d'autres pays pour mener le djihad, avec seulement de petites structures organisationnelles. Récemment, les autorités syriennes ont révélé une liste contenant les identités de 108 étrangers djihadiste combattants dont 46 étaient des Tunisiens. [38] Cela indique le véritable défi qui attend la Tunisie, à savoir, lorsque ces combattants vont rentrer chez eux, formés et potentiellement armés. Vraisemblablement et à long terme, la Tunisie pourrait devenir une base pour l'action djihadiste, notamment dans la région montagneuse et le Sud, qui constituent un terrain particulièrement fertile pour la création de cellules de violence. [39]Tunisie-Secret.com


Conclusion

La menace salafiste-djihadiste pour l’avenir de la Tunisie, dépend de la réponse du régime à la violence à motivation religieuse. Jusqu'à présent, le parti Ennahda a souligné la nécessité d'engager un dialogue avec les musulmans ultraconservateurs de la Tunisie, tout en soutenant que toute forme de violence ne sera pas tolérée. Des membres supérieurs d’Ennahda ont averti à plusieurs reprises que l'exclusion de la société des salafistes  favoriserait leur radicalisation. [40]

Pourtant, Ennahda a conduit le régime dans de nombreux cas à fermer les yeux sur la violence salafiste à petite échelle [41] Seuls les incidents salafistes les plus importants ont appelé une réponse du régime.  Après l'attaque de l'exposition La Marsa, des membres d’Ennahda ont déclaré que les lois anti-terroristes de Ben Ali pourraient être évoquées pour faire face à de telles attaques. [42] De plus, l'attaque contre l'ambassade américaine à Tunis a entraîné l'emprisonnement de 144 personnes, dont deux cadres supérieurs d'Ansar al-Sharia. [43] En prison, les salafistes ont engagé une grève de la faim qui a causé la mort de deux membres, dont un chef de file. [44]

De tels développements n'ont augmenté que l'animosité entre Ennahda et les musulmans ultraconservateurs, qui voient Ennahda comme un allié de l'Occident [45]. Malgré cela, les Tunisiens salafiste-djihadistes sont susceptibles de continuer à bénéficier d'Ennahda et d’adhérer à son approche "douce". Cela est d'autant plus important qu’Ennahda devrait rester l'un des plus important acteur, sinon le joueur le plus important dans la politique tunisienne dans les années à venir.

Anne Wolf est diplômée de l'Université de Cambridge spécialisé dans les affaires nord-africaine. Elle travaille en Tunisie en tant qu'analyste journaliste, chercheur en risque politique. http://www.tunisie-secret.com






Références 

[1] Dans une interview avec Le Monde. Aujourd'hui, le président Marzouki a déclaré en référence à l'attaque salafiste récente contre l'ambassade américaine à Tunis: "Nous [le gouvernement] ne savions pas comment dangereux et violents ces salafistes pouvaient être." Pour plus de détails, voir Philps Alan, "Moncef Marzouki sur la Tunisie et les luttes de rédaction d'une nouvelle Constitution," The World Today 68:11 (2012).
[2] «islamistes tunisiens reçu des armes en provenance de Libye," al-Monitor 15 Février 2012.
[3] Thomas Joscelyn, «Le gouvernement tunisien d'Al-Qaïda arrestations cellulaire liée à Ansar al charia," The Long War, Journal 22 Décembre 2012; Monia Ghanmi, "la Tunisie Feuilles du plan d'expansion d'Al-Qaïda", a expliqué à Magharebia, 24 Décembre, 2012.
[4] «Les Italiens 7, 4 Britanniques Hurt dans Blasts hôtel tunisien", Associated Press, Août 3, 1987.
[5] Les membres du Jihad islamique ont été arrêtés au risque de la peine de mort. Voir Alison Pargeter, «Radicalisation en Tunisie», dans George Joffe ed, La radicalisation islamiste en Afrique du Nord:. Politique et processus (New York: Routledge, 2011), p. 79.
[6] Michael Willis, politique et pouvoir au Maghreb: l'Algérie, la Tunisie et le Maroc à partir de l'Indépendance au Printemps arabe (London: C. Hurst & Co., 2012), p. 168.
[7] «Al-Qaïda revendique l'attentat Tunisie", BBC, 23 Juin, 2002; «président tunisien à Djerba pour marquer la Décennie Depuis l’attaque sanglante de la Synagogue," al-Arabiya, 6 Janvier 2013.
[8] Bien appelée «Loi anti-terrorisme sur le soutien des efforts internationaux contre le terrorisme et le blanchiment d'argent », certains aspects de la législation ont été en violation avec des obligations internationales de la Tunisie comme ils ont permis à des arrestations arbitraires et des poursuites de prisonniers politiques. Pour plus de détails, consultez la section «Examen périodique universel de la Tunisie: Présentation de Human Rights Watch au Conseil des droits de l'homme," Human Rights Watch, Avril 7, 2008.
[9] Asad Ibn al-Furhat était un érudit tunisien et combattant qui a dirigé une armée musulmane contre la Sicile en 827.
[10] Pargeter, «Radicalisation en Tunisie."
[11] Ibid.
[12] «La Tunisie salafistes dans la rue pour protester contre une arrestation», Associated Press, 26 mai 2012.
[13] «salafistes tunisiens Riot sur« Insulter «Art», Reuters, Juin 13 janvier 2012.
[14] "Death Toll Tunisie se lève à quatre en attaque de l'ambassade américaine», Reuters, 15 Septembre, 2012.
[15] Scott Shane et Tim Arango, "la Turquie Détient 2 en liaison avec Massacres en Libye», New York Times, Octobre 5 2012; "Suspect tunisienne en attaque sur Consulat américain en Libye Libéré», Associated Press 8 Janvier 2013.
[16] Joscelyn.
[17] Ibid.
[18] Alison Pargeter, «localisme et la radicalisation en Afrique du Nord: les facteurs locaux et le développement de l'islam politique au Maroc, en Tunisie et en Libye », Affaires internationales 85:5 (2009): p. 1039 unités.
[19] Alexis Arieff, «La transition politique en Tunisie", Congressional Research Service, 18 Juin 2012.
[20] Bourguiba célèbre apparition à la télévision pendant le ramadan en buvant un verre de jus d'orange et de demander aux Tunisiens de faire la même chose.
[21] Pargeter, «localisme et la radicalisation en Afrique du Nord: les facteurs locaux et le développement de l'islam politique au Maroc, la Tunisie et la Libye", p. 1.041.
[22] En 1991, Bab Souika attaque a été exécutée par les jeunes membres du mouvement Ennahda, mais les tentatives de lier ses cadres supérieurs à l'attaque ou d'autres incidents ont échoué.
[23] Par exemple, le Jihad islamique, qui a revendiqué les attentats contre les hôtels en 1987, est une faction dissidente du Mouvement de la Tendance Islamique.
[24] Ces informations proviennent des câbles divulgués par l’ambassade américaine publiés par Wikileaks. Le câble en question est daté du 29 Novembre, 2005.
[25] «Examen périodique universel de la Tunisie: Présentation de Human Rights Watch au Conseil des droits."
[26] Pour plus de détails, voir Anne Wolf, "Nouveau Parti salafiste : Une menace pour la transition démocratique en Tunisie" Middle East Online, 3 Août 2012.
[27] «La Tunisie, arrestation de 86 personnes après les émeutes islamistes salafistes contre exposition d’art», al-Arabiya, Juin 12, 2012.
[28] Anne Wolf et Raphaël Lefèvre, «Le démon ou le Demonized? Déconstruire »le salafisme» en Tunisie, «Open Democracy 5 Juin 2012.
[29] Abou Iyadh a combattu en Afghanistan contre les Etats-Unis avant d'être arrêté en Turquie en 2003, d'où il a été extradé vers la Tunisie. Après avoir rencontré Oussama Ben Laden en 2000 dans la province de Kandahar, Abou Iyadh n'a jamais nié ses liens avec Al-Qaida, bien qu'il n'ait jamais appartenu au groupe. À l'heure actuelle, il est recherché par les autorités tunisiennes pour l'attaque de septembre 2012 contre US Ambassade à Tunis. Voir Louisa Loveluck, «Semer les graines de la charia en Tunisie… », Le Moyen-Orient Channel, la politique étrangère, Septembre 27, 2012.
[30] "Tunisie, défis économiques, sociaux et transformation historique», le Fonds monétaire international, Septembre 5, 2012.
[31] En Novembre 2012, ministre des Affaires religieuses Noureddine el-Khadmi a déclaré que près de 100 mosquées sont encore contrôlés par les salafistes contre 500 au début de l'année. Pour plus de détails, voir Antoine Lambroschini, "la Tunisie salafiste, appels au calme et mise en garde contre l’explosion», Agence France-Presse, Novembre 2, 2012.
[32] Ibid.
[33] «Les artistes tunisiens d'appeler l'assistance internationale», Euromed Audiovisuel, Juin 19, 2012.
[34] Bien que vaguement liés entre eux, le groupe Ansar al-Sharia, une des branches de la Tunisie et de la Libye sont considérés comme les principaux responsables des attaques Ambassade des États-Unis dans les deux pays. Moins connu est que, outre ces activités violentes, les deux Ansar al-Sharia sont de plus en plus engagées dans la fourniture des services sociaux et l'organisation d'événements, tels que les rassemblements de masse, campagnes contre le blasphème et conférences de spécialistes ultraconservateurs, même si la branche de la Tunisie est beaucoup plus active et répartie géographiquement que la Libye. Pour plus de détails, voir Aaron Zelin, "Disciples Maqdissi en Libye et en Tunisie », Le Moyen-Orient de la Manche, la politique étrangère, Novembre 14, 2012.
[35] Pour plus de détails, voir Fabio Merone et Francesco Cavatorta, «L'émergence du salafisme en Tunisie", Jadaliyya, 17 Août 2012.
[36] Ibid.
[37] Joscelyn.
[38] "46 'Terroristes» tunisiens arrêtés en Syrie, "affaires Nouvelles, Octobre 21, 2012.
[39] Les autorités tunisiennes ont du mal à contrôler les vastes zones désertiques du sud et les régions montagneuses proches de la frontière. Déjà, les membres du Groupe de Soliman utilisaient les montagnes de la Tunisie pour établir des camps et apprendre le maniement des armes. Plus récemment, certains suspects liés à la milice Okba Ibn Nafaa a réussi à s'échapper vers Jebel Chambi, la plus haute montagne de la Tunisie.
[40] Pour plus de détails, voir Erik Churchill et Aaron Zelin, «Une question d'équilibre: la lutte d'Ennahda contre les salafistes", Carnegie Endowment for International Peace 19 Avril 2012.
[41] Par exemple, quand un groupe de salafistes a attaqué des manifestants qui ont exprimé leur solidarité avec le propriétaire du Nessma TV, Nabil Karoui, aucune mesure n'a été prise contre les assaillants. Pour plus de détails, voir Roberta Lusardi, «les islamistes d'Ennahda en Tunisie: les salafistes et," Middle East Policy Council, le 8 mai 2012.
[42] "Tunisie émeutiers sous la loi anti-terreur», al-Arabiya, Juin 12, 2012.
[43] «Leaders salafistes tunisiens en prison, un an après l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis », Reuters, Octobre 24, 2012.
[44] "Gouvernement Tunisie fait face à dilemme sur Grèves de la faim islamistes," al-Arabiya 20 Novembre 2012.
[45] «Leaders salafistes tunisiens en prison, un an après l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis », Reuters, Octobre 24, 2012.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles