mardi 16 avril 2013

mercenaires opérant en Syrie sont financés avec l’argent de la drogue



En plus de l’argent du Qatar et d’Arabie Saoudite , « jusqu’à 20.000 mercenaires opérant en Syrie sont financés massivement avec l’argent provenant du trafic de drogue afghane », a déclaré jeudi 11 avril aux journalistes le directeur du Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants (FSKN) Viktor Ivanov.

« Les groupements criminels transnationaux sont en mesure de financer avec l’argent de l’héroïne l’afflux d’un grand nombre de criminels et de mercenaires de différents pays vers n’importe quel point du monde. Entre 15.000 et 20.000 mercenaires [financés par ces moyens] sont déployés en Syrie, où ils déstabilisent le pays », a déclaré le responsable russe lors d’une rencontre avec une délégation de l’Université militaire pakistanaise chargée du développement de la coopération bilatérale dans le domaine de la lutte antidrogue.

M.Ivanov a en outre ajouté que ce sont des groupes criminels transnationaux, et non les talibans afghans, qui représentaient le plus grand risque pour les pays voisins.
Moscou préoccupé par la présence d’Al-Qaïda
Moscou est préoccupé par l’intérêt croissant que porte la nébuleuse terroriste Al-Qaïda à la Syrie, dont elle entend de toute évidence faire sa principale tête de pont au Proche-Orient, rapporte jeudi le ministère russe des Affaires étrangères.
« La Russie condamne résolument et de manière inconditionnelle le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations. Aussi, déplorons-nous que certains de nos partenaires sur les scènes internationale et régionale fassent preuve de doubles standards et n’évaluent pas de manière adéquate les raids des terroristes », lit-on dans le communiqué.
Par ailleurs, Moscou est préoccupé par une éventuelle extension du conflit syrien au Liban voisin.
« La coordination entre les terroristes opérant en Syrie et en Irak devient de plus en plus évidente. Le Liban devient lui aussi de plus en plus souvent l’objet de déclarations et d’actes provocateurs. Ainsi, les médias libanais ont rapporté le 10 novembre dernier la découverte d’un moulage d’explosifs dans un quartier chiite de Beyrouth, assorti d’une note menaçante, signée +Jabhat al-Nosra+ », note la diplomatie russe.
Le chef de la filiale irakienne d’Al-Qaïda, Abou Bakr al-Baghdadi, a récemment déclaré que le groupe djihadiste Jabhat al-Nosra, l’un des plus puissants de la rébellion anti-Bachar el-Assad et que Washington considère comme une organisation terroriste, était une cellule d’Al-Qaïda.
Le chef de Jabhat al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani, a publiquement confirmé que les commandos de son groupe avaient prêté allégeance au chef d’Al-Qaïda, Cheikh Ayman al-Zawahiri. Ainsi, la rébellion syrienne donne un nouveau signe de radicalisation.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles