mercredi 3 avril 2013

Le monde en 2020 selon la CIA


Le monde en 2020 selon la CIA
Pour vous, et pour moi aussi jusqu’à récemment, la CIA (Central Intelligence Agency) était sans doute un organisme mystérieux fermé à toute publication sur Internet ; eh bien, détrompons-nous : non seulement la CIA a un site Internet, mais encore on peut y trouver des informations très intéressantes pour tous ceux qui, à l’image des lecteurs de GLOBECO, veulent comprendre le monde d’aujourd’hui et de demain …
Ainsi, cette vénérable institution vient de publier, sous le timbre de son « Conseil national de l’intelligence » (eh oui !) une étude passionnante de 123 pages qui s’appelle : « Projet 2020 du conseil national de l’intelligence » (en Anglais : « National Intelligence Council’s 2020 project »), que vous pouvez trouver très facilement in extenso sur le site de la CIA ; à vrai dire, ce n’est pas la première fois que la CIA se livre à cet exercice : dans le numéro de GLOBECO consacré à 2020, j’avais déjà fait mention de ces travaux que la CIA renouvelle tous les 5ans ; la dernière fois, l’étude concernait 2015 ; cette fois, l’horizon est 2020.
La méthode est toujours la même : la CIA désigne deux ou trois « chefs de projet » parmi les plus prestigieux des chercheurs du monde entier, ou du moins des Etats Unis ; ces derniers s’entourent eux-mêmes des meilleurs « stratèges » mondiaux, et pas seulement américains ni occidentaux, concernant les grands problèmes du monde actuel ; ils tiennent des journées de travail dans toutes les grandes régions du monde, depuis l’Inde et l’Afrique du Sud jusqu’à la Hongrie et le Chili, et il en sort un rapport très argumenté, agrémenté d’un résumé très bien fait d’une dizaine de pages qui vous évitera de lire le texte entier si vous êtes pressé ou si vous lisez difficilement l’Anglais ; GLOBECO vous offre une autre solution : lire cet article, soit pour solde de tout compte, soit pour vous donner envie de lire le texte ou du moins son résumé.
Quelles sont donc les grandes tendances (trends) qui marqueront le monde de 2020 ?
1 - Première « mégatendance » (megatrend) : la mondialisation
Sans aucun doute, c’est la mondialisation qui sera la marque principale du monde de 2020, dans la mesure où elle influencera tous les autres aspects ; cette mondialisation est considérée comme inéluctable, sauf guerre ou crise économique majeure, et elle aura des conséquences bénéfiques : en particulier, la création mondiale de richesses devrait être supérieure en 2020 de 80 % par rapport ce qu’elle est aujourd’hui, mais elle ne sera pas uniformément répartie et des régions entières comme l’Afrique subsaharienne resteront à la traîne.
Les auteurs du rapport considèrent que cette croissance supplémentaire et très importante pourra se faire sans que se posent des problèmes insupportables de disponibilité en énergie ou d’environnement : les chercheurs et les industriels seront dans ces domaines plus efficaces que les gouvernements.
Autre point fort du rapport : les pays qui profiteront le plus de la mondialisation seront ceux qui sauront mettre en œuvre et développer les nouvelles technologies de l’information, mais plus encore les biotechnologies et les nanotechnologies.
Les lecteurs de GLOBECO n’auront aucune peine à suivre les auteurs du rapport sur ce premier point : GLOBECO a été créé il y a près de 10 ans en partant de l’idée que la mondialisation serait la tendance majeure du début du 21 ème siècle.
2 – Deuxième grande tendance des années qui viennent : l’émergence de la Chine et de l’Inde.
Le 21e siècle sera celui de l’Asie, comme le 20e a été celui des Etats Unis, et la mondialisation sera de moins en moins occidentale et de plus en plus asiatique : telle est la conviction de nos auteurs, non seulement pour des raisons démographiques, mais aussi parce que la Chine et l’Inde auront acquis en 2020 une puissance économique, financière, technologique et militaire telle que ces deux pays surpasseront, par exemple, n’importe quel pays européen en influence et en pouvoir.
Le rapport indique également que le Brésil et l’Indonésie pourraient être les grands gagnants du bouleversement mondial des années à venir ; par contre, l’Union européenne, la Russie et le Japon devraient perdre de l’influence dans le grand jeu mondial, notamment du fait de leur déclin démographique.
Le résultat devrait être un bouleversement complet des notions qui sont aujourd’hui les nôtres concernant les rapports Nord-Sud, Est Ouest, pays alignés et non alignés, pays développés et pays en développement : un nouveau monde est en train de naître sous nos yeux !
Pourtant, en 2020, une réalité existera toujours : la prépondérance des Etats Unis, mais leur puissance pourrait et devrait être érodée par les nouveaux acteurs mondiaux venus d’Asie.
3 – Troisième grande tendance : des « gouvernances » plus difficiles et une insécurité envahissante
Les Etats continueront à être la base de la puissance et de la gouvernance mondiale, mais il leur sera de plus en plus difficile d’exercer leur pouvoir : la mondialisation, notamment avec Internet, rendra plus ardu l’exercice du pouvoir national, pendant que les grandes entreprises mondiales et les ONG auront de plus en plus de pouvoirs et de moyens, aux dépens des Etats condamnés par la démocratie à lorgner le court terme.
L’autre grande difficulté viendra de l’émergence d’une contestation de la démocratie et des valeurs occidentales par l’Asie, par l’Islam et par des mouvements religieux attachés à privilégier le choc des civilisations plutôt que l’avènement de la démocratie libérale ; encore heureux si ces mouvements contestataires d’inspiration ethnique ou religieuse ne se procurent pas, d’ici à 2020, des armes de destruction massive, notamment chimiques ou biologiques plutôt que nucléaires. Le rapport évoque ouvertement un risque de recul de la démocratie dans le monde, même s’il est assez confiant sur l’évolution de la Chine dans ce domaine.
Plus difficile sera également la gouvernance au niveau international ; visiblement, pour les auteurs du rapport, l’ONU et son immense machine, qualifiée d’obsolescente, ne sont pas capables de faire face à tous ces dangers qui incluent la grande criminalité internationale !
Du coup, le risque d’une insécurité envahissante existe bien, même si le monde sera plus riche grâce à la mondialisation ; le choc de cette dernière et les bouleversements qu’elle implique seront tels en effet que même les classes moyennes des pays développés seront touchées par les délocalisations ; la conséquence sera une grande instabilité, du fait que les gouvernements risquent d’être plus faibles, que les économies des pays développés croîtront moins vite, que les mouvements religieux exploiteront ces situations et que les jeunes sans avenir des pays pauvres seront disponibles pour suivre n’importe quel extrémiste.
Certes, il n’y a pas a priori de risque d’escalade vers un grand conflit mondial, mais on ne peut exclure des conflits militaires régionaux, non seulement au Moyen Orient, mais aussi au Cachemire, entre les deux Corée et dans le détroit de Formose entre la Chine et Taïwan.
Face à cette situation, il appartiendra aux Etats Unis de tisser des relations plus confiantes avec l’Union européenne et plus fortes avec les grandes nations asiatiques, mais il faut également savoir que, d’ici à 2020, les Etats Unis seront toujours les seuls à pouvoir s’opposer réellement aux mouvements terroristes et à pouvoir maintenir ou rétablir la paix dans les endroits les plus dangereux de la planète ; pour les auteurs du rapport, cela requiert une profonde réflexion sur les moyens de mettre en place un nouvel ordre international !
4 – Les 4 scénarios
Le premier scénario est intitulé « Davos world » : c’est un monde où la croissance, le développement et la démocratie l’emportent sur tout le reste et où la pauvreté, la misère et la violence ont de moins en moins de place ; c’est le scénario optimiste par excellence ;
Le second scénario est intitulé : « Pax americana » : dans ce scénario, les Etats Unis accentuent leur rôle de gendarme du monde et éteignent l’un après l’autre les incendies qui naissent ici et là ;
Le troisième scénario est intitulé : « A new califate » : dans ce scénario, les musulmans constituent une vraie puissance mondiale capable de rivaliser avec l’Occident considéré comme un ennemi ;
Le quatrième scénario est intitulé : « Cycle for fear » ; dans ce scénario, les mesures de sécurité sont poussées à un tel point dans le monde qu chacun se demande s’il ne vit pas dans un monde digne d’Orwell !
Le rapport indique que ces 4 scénarios ne sont pas exclusifs et qu’ils peuvent interférer les uns avec les autres.
5 – Quelques remarques
Globalement, je suis d’accord avec les conclusions de ce rapport, comme en témoigne tout ce que j’ai écrit dans GLOBECO et dans les articles rassemblés sur mon site Internet (www.globeco.fr ) sous la rubrique : « Il ne faut pas désespérer la planète. »
Quelques remarques, voire quelques critiques, me paraissent cependant pouvoir être faites :
D’abord, il me semble que les éléments démographiques ne sont pas assez présents dans le rapport ; certes, ces éléments sont pris en compte pour expliquer la plus grande influence probable de la Chine et de l’Inde et la moindre influence probable de l’Europe, du Japon et de la Russie, mais ils n’entrent pas en ligne de compte mondialement ; or, il est bien certain que le problème se posera de plus en plus au niveau mondial, au fur et à mesure qu’on s’approchera du maximum de population mondiale, c’est à dire entre 2050 et 2060 ; on n’y est pas encore mais il serait dommage de l’ignorer ; vous pouvez consulter à ce sujet mon article intitulé ; « Démographie mondiale, attention, danger ! » sur mon site Internet www.globeco.fr, rubrique : « il ne faut pas désespérer la planète ».
Ensuite, les comparaisons entre pays sont faites à partir de chiffres en dollars calculés selon la méthode des dollars courants ; il me semble qu’il serait préférable de prendre la méthode de la parité de pouvoir d’achat, qui permet de mieux comparer les pays entre eux ; ainsi, si on prenait la méthode des dollars en parité de pouvoir d’achat, on verrait que le PIB global de la Chine risque de dépasser le PIB des Éts Unis avant 2025, ce qui ne se voit pas du tout si on choisit exclusivement l’autre méthode !
De la même façon, je suis surpris que le rapport mette sur le même pied l’émergence de la Chine et de l’Inde en tant que puissances économiques ; en réalité, la puissance économique chinoise sera pratiquement au même niveau que celle des Etats Unis dès 2020-2025, mais il faudra attendre au moins 10 ans de plus pour que l’Inde se retrouve au même niveau que les Etats Unis en termes de puissance économique globale ; par ailleurs, je ne suis pas sûr que le Brésil et l’Indonésie accèdent en 2020 au statut de grande puissance mondiale ; il y a tellement d’incertitudes concernant le développement de ces deux pays !
Autre surprise : le rapport me paraît traiter avec un certaine désinvolture le changement climatique : point n’est besoin d’être un ayatollah de l’écologie pour savoir qu’il s’agit d’un vrai problème et que les Etats Unis devraient s’en soucier dès à présent comme nous tous !
Enfin, le rapport passe également sous silence les risque économiques que font courir au monde les déficits budgétaires et commerciaux des Etats Unis ; pourtant, il s’agit là sans doute d’un des dangers principaux de crise économique et financière grave que court notre monde : pourquoi l’ignorer ?
Pierre le Roy Directeur de GLOBECO

Source: http://www.geopolintel.fr/article88.html


Alter Info
l'Information Alternative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Messages les plus consultés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles